Les crises cardiaques sont de plus en plus courantes chez les jeunes femmes !

Une nouvelle recherche révèle une tendance inquiétante dans l’incidence des crises cardiaques au cours des dernières décennies. Les résultats indiquent que les jeunes femmes sont plus susceptibles que les jeunes hommes d’avoir besoin d’une hospitalisation pour subir une crise cardiaque, ainsi que de développer d’autres affections cardiométaboliques.

Maladie cardiovasculaire – terme générique qui recouvre différents types d’affections affectant le cœur ou les vaisseaux sanguins, notamment la coronaropathie, les accidents vasculaires cérébraux, les cardiopathies congénitales et la maladie artérielle périphérique provoquant environ 1 décès sur 3 dans le monde.

Cependant, il existe des différences entre les sexes en ce qui concerne la prévalence de certains événements cardiovasculaires, tels que les maladies coronariennes, une maladie cardiovasculaire pouvant éventuellement conduire à une crise cardiaque.

Les crises cardiaques ne sont plus une maladie de vieillard.

Une étude a également révélé que cette augmentation était encore plus importante chez les femmes. Ainsi, 21% des admissions à l’hôpital pour victimes de crise cardiaque concernaient de jeunes femmes au début de l’étude, mais cette proportion est passée à 31% à la fin.

En outre, les recherches ont révélé que les jeunes femmes étaient moins susceptibles que les jeunes hommes de recevoir des traitements cardiovasculaires, tels que médicaments antiplaquettaires, angiographie coronaire ou revascularisation coronaire.

L’auteur principal de l’étude commente les conclusions: « La maladie cardiaque est parfois considérée comme une maladie de vieillard, mais la trajectoire des crises cardiaques chez les jeunes va dans le mauvais sens […] Elle augmente en fait pour les jeunes femmes.

Traditionnellement, la coronaropathie est perçue comme une maladie masculine. Par conséquent, les femmes qui se présentent au service des urgences avec une douleur à la poitrine ne sont peut-être pas considérées à haut risque.

 

Commentez via Facebook