Règles douloureuses et stress : quel rapport ?

0
16

Une femme sur cinq souffre de règles douloureuses, c’est d’ailleurs l’un des troubles gynécologiques les plus fréquents. L’origine de ces maux n’a pas encore été établie jusqu’à présent, mais il semblerait que le stress ait une influence non négligeable sur l’apparition de ces troubles.

Les règles douleurs et les dysménorrhées

 

Les dysménorrhées se réfèrent aux douleurs ressenties par la femme au niveau de la zone abdominale et des bas du dos durant les règles. 43 % et 90 % des femmes souffriraient respectivement de dysménorrhées et de règles douloureuses et plus de 10% présenteraient des dysménorrhées sévères et handicapantes, qui peuvent parfois conduire à des arrêts de travail momentanés. Les symptômes s’accompagnent parfois d’un niveau de stress élevé et d’une grande irritabilité, ce qui laisse supposer que les hormones sont en ébullition à cette période.

Outre les troubles hormonaux qui sont à sa source, une étude récente a démontré le lien entre les règles douloureuses et le stress. Il semblerait en effet qu’un stress chronique viendrait aggraver les symptômes et doubler le risque de leur survenue. L’étude a également avancé qu’un meilleur contrôle du stress aurait un effet préventif sur les règles douloureuses.

Le stress et les règles douloureuses

 

Les recherches menées au fil des années tendent à prouver l’existence du lien entre le stress et l’apparition des troubles gynécologiques et autres problèmes survenus pendant la grossesse comme l’accouchement prématuré. Si jusqu’à présent, l’on n’a pas réussi à relier directement les causes des règles douloureuses et le stress, c’est parce que les études menées jusqu’ici ne se basaient que sur les déclarations subjectives des femmes. De nouvelles preuves ont amené à la conclusion selon laquelle un gros stress viendrait doubler l’apparition des symptômes de règles douloureuses.

Les chercheurs ont également établi qu’un grand stress vient doubler le risque de règles douloureuses. Pour obtenir de bonnes bases d’études, les chercheurs ont étudié 1 160 cycles de 388 femmes pendant 12mois. Ils ont exclus les femmes qui souffrent de troubles gynécologiques organiques afin que les données recueillies soient plus claires. Chaque participante a rempli un questionnaire contenant le rythme des rapports sexuels, le niveau de stress et les caractéristiques de leurs cycles.

Des résultats étonnants

 

Les résultats de l’enquête ont prouvés que le stress a effectivement un impact non négligeable sur le cycle menstruel et les douleurs ressenties pendant les règles. Le niveau des dysménorrhées augmente avec le degré de stress ressenti, il peut aller ainsi de 21,9% à 43,9%. En cas de stress chronique doublé par une anxiété soutenue, le risque de plus fortes douleurs est plus élevé. L’étude a également permis de noter que le niveau de stress est à son apogée durant les deux semaines qui précèdent l’ovulation.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse selon laquelle l’humeur de la femme a une influence avérée sur son cycle. En identifiant ainsi la source des douleurs ressenties par des millions de femmes dans le monde, les chercheurs peuvent désormais rechercher des solutions plus efficaces qui leur accorderont une meilleure qualité de vie. La prévention des douleurs passera ainsi par une meilleure gestion du stress. À cela s’ajoute un bon traitement pharmacologique adapté à chaque cas. Il convient toutefois de rappeler que même si les anti-douleurs soulagent, ils peuvent entraîner une dépendance sur le long ferme.

 

Commentez via Facebook