Stress et alimentation : les associations dangereuses

0
211
stress, alimentation,

En période de grand stress, les gens ont tendance à chercher du réconfort dans la nourriture. Certes, il a été prouvé que les aliments sucrés avaient des propriétés apaisantes, mais il y a également des aliments à proscrire, car ils viennent alimenter le stress.

L’impact du stress sur le corps

 

Lorsqu’on est confronté à des soucis ou que l’on stresse, on est souvent tenté de se réfugier dans la nourriture. Une étude menée par le Dr Elissa Epel de l’université de Californie de San Francisco a  démontré que le stress favorisait l’accumulation de graisse surtout au niveau des hanches et du ventre. C’est d’ailleurs l’une des principales raisons qui fait que les femmes soient aussi nombreuses à souffrir d’embonpoint. Si un petit bedon n’est pas esthétique, il faut savoir que la surcharge pondérale peut également générer d’autres problèmes de santé tels que les maladies cardiovasculaires ou l’obésité dite « gynoïde» qui ne touchent que les cuisses et les hanches.

L’équipe du Dr Elissa Epel de l’université de Californie de San Francisco s’est penchée sur l’impact du stress sur le corps.  Pour mesurer la résistance au stress du corps humain, l’équipe du Dr Elissa Epel a entrepris divers tests psychologiques sur 59 femmes qui souffraient plus ou moins d’embonpoint.

Quel rapport entre les bourrelets et le stress ?

 

Il semblerait que les mauvaises habitudes alimentaires aient un impact sur le niveau du stress et les femmes qui sont en embonpoint étaient plus sensibles au stress. Comme elles sont plus enrobées, elles secrètent davantage de cortisol aussi connu comme étant l’hormone du stress, créée par la glande surrénale. Le cortisol, en plus d’alimenter l’irritabilité, contribue à induire un stockage des graisses au niveau du ventre, de la hanche et des cuisses.

Les résultats de l’étude ont également prouvés que les femmes qui étaient en surpoids s’adaptaient mieux à leurs bourrelets que les femmes minces qui ont des bourrelets mal placés. Si la sécrétion de cortisol chez les personnes en embonpoint est passagère, elle est plus durable chez les femmes minces. Pour l’ensemble des femmes interrogées, la conclusion est la même : l’alimentation a un réel impact sur le stress, c’est pourquoi il est impératif d’adopter un régime alimentaire sain.

Bien réguler son alimentation

 

Aussi, pour garder la ligne et éviter de flancher sous le coup du stress, il est impératif de suivre une hygiène de vie plus saine. Exit l’alcool, le coca, le thé et le café, bref, tout ce qui est boisson excitante. Il faudra également préférer les aliments à forte teneur en vitamines C, en magnésium et en glucides et favoriser l’apport en fer et en fibres (noix de cajou, amandes, noix de macadamia, noisettes, etc.). Les poissons gras sont aussi à retenir, car ils sont riches en oméga 3, un acide gras essentiel qui aide à ralentir le cortisol, l’hormone du stress, et ainsi à réduire les risques de dépression.
 

Commentez via Facebook