La vie urbaine développe le stress

0
289
???????

Des chercheurs canadiens et allemands affirment que la vie urbaine développe l’état de stress. Le stress social affecte aussi bien les hommes que les femmes de tous les âges et se mue à la longue, en une sorte de dépression.

Le stress et la vie urbaine

 

Il semblerait que la vie urbaine ait un impact non négligeable sur la santé mentale. Des chercheurs de l’Université de Heidelberg en Allemagne et de l’Université McGill au Canada ont affirmé que le fait de vivre en métropole était source de stress. Certaines zones du cerveau ont une activité nettement plus élevée chez les urbains que les ruraux, ce qui tend à expliquer pourquoi les gens qui vivent en métropole sont toujours stressés. Bien évidemment, pour en arriver à cette conclusion, ils ont mené des recherches portant sur l’état mental des gens vivant en milieu urbain et le niveau de stress social ressenti par ces derniers.

Les auteurs de l’étude ont pu noter que les gens qui vivent en grandes villes sont plus susceptibles de développer des problèmes de santé mentale comme l’anxiété, le stress, la dépression et même la schizophrénie. À cela s’ajoutent une humeur négative et une difficulté à déstresser même quand l’occasion s’y prête.

Un stress plus élevé chez les citadins

 

Les chercheurs ont fait appel à un panel de personnes pour cette enquête. Les volontaires ont ensuite été exposés à des messages verbaux négatifs et soumis à des tests psychotechniques tels que des énigmes. Pendant ce temps, leurs cerveaux ont été scannés par IRM, ce qui a permis de mesurer le niveau de cortisol, l’hormone du stress,  le rythme cardiaque ainsi que la tension artérielle. De précédentes études de ce genre ont également démontré que les personnes vivant en métropoles étaient plus sujettes au stress, à l’anxiété, à la dépression et à la schizophrénie.

Les résultats de l’étude ont permis de noter que les gens vivant en ville présentaient une activité plus soutenue au niveau de l’amygdale, la région du cerveau qui gère les émotions. Le stress social en ville est si fort  qu’il entraîne des troubles du comportement, de la dépression et de l’irritabilité. Bien entendu, il serait un peu prématuré d’affirmer que le stress social soit générateur de troubles psychologiques, mais il reste que c’est un facteur à ne pas négliger.

En conclusion, l’activité cérébrale des personnes vivant en grande ville et en campagne n’est pas la même. Il semble bel et bien que la vie en ville et le stress social qui l’accompagne ont un réel impact sur la santé mentale de la population.  Forte heureusement, il existe des méthodes anti-stress qui aident à relâcher la pression. Si le stress commence à devenir chronique, il vaut mieux programmer des vacances bien méritées en campagne ou dans toute autre destination où l’on ne sera pas soumis directement au stress de la vie urbaine.

 

Commentez via Facebook