Cancer : mieux comprendre l’impact du stress

0
254

Le Professeur Spiegel, chercheur en psychoneuroendocrinologie, s’est penché sur la corrélation entre le stress et le cancer et a mis en évidence le fait que l’état de stress générait des réactions dans le corps humain, que ce soit au niveau du système immunitaire ou du système nerveux.

Le taux de cortisol et le stress

 

Depuis plus de quarante ans, le Pr Spiegel recherche les liens entre le stress et les symptômes des maladies. Au fil de ses recherches, il est venu à la conclusion que le stress est l’élément déclencheur de toutes les réactions dans le corps, depuis le système nerveux en passant le métabolique et l’immunitaire. Ce serait également le stress qui est la source de l’angoisse que ressentent les patients dès qu’ils savent qu’ils sont atteints d’une maladie en particulier, les rendant ainsi plus fragiles.

Toujours d’après les résultats de ses recherches, le Pr Spiegel a déclaré que le stress affecte le système endocrinien, déployant ainsi  une montée de cortisol et de glucose dans le sang lors des périodes de grands stress. En cas de burn-out ou de stress chronique, le niveau de cortisol reste élevé et ne baisse plus, ce qui entraîne une forte tension dans l’organisme. En effet, si le cortisol est naturellement élevé le matin, il doit pouvoir baisser à la fin de la journée.

Cancer et stress : quelle relation ?

 

Le Professeur Spiegel a également découvert au fil de ses recherches que les femmes atteintes de cancer du sein et qui affichent un taux élevé de cortisol dans le sang vivaient moins longtemps que celles qui en avaient en taux normal.  Il en a ainsi conclut que le niveau de stress dans le corps  influe sur la courbe de la maladie et que pour ne pas plier sous les symptômes, les patients devaient arriver à mieux réguler leur stress.

La longueur du télomètre, extrémité du chromosome, est aussi liée au taux d’anxiété et au stress.  Le fruit de ses études a aussi montré qu’une altération de la protéine P53 par le stress viendrait affecter sur la suppression des cellules responsables du cancer. Enfin, le stress influe sur la qualité du sommeil, outil qui permet au système immunitaire de récupérer lorsqu’il est trop sollicité. Cependant, comme 50% des patients atteints de cancer souffrent d’insomnies, cela n’améliore pas leur état.

Comment gérer le stress ?

 

Le Professeur Spiegel a établi des liens entre le stress, les troubles du sommeil et les symptômes du cancer. Les déséquilibres du système nerveux viendraient troubler le système cardio-vasculaire et l’immunité, ce qui génère des troubles dans l’organisme, la rendant ainsi plus vulnérable aux signes du cancer. D’après le Pr Spiegel, il existe toutefois quelques astuces permettant de réduire le stress et ainsi, limiter ses effets sur la maladie.

Le Professeur Spiegel a répertorié les meilleurs outils qui permettent  de lutter efficacement contre le stress lié à la maladie et en atout spécialement retenu quelques-uns : bien dormir la nuit, pratiquer une activité physique quotidienne, utiliser des outils thérapeutiques, utiliser l’auto-hypnose pour attirer les bonnes vibrations, participer à des groupes de soutien et se faire soutenir par ses proches.

Commentez via Facebook