La plongée sous-marine : un anti-stress récemment prouvé

0
413

Plusieurs procédés naturels anti-stress sont actuellement disponibles et réalisables : méditation, sophrologie,… Trois établissements d’assistance publique, dont les Hôpitaux de Paris, l’université d’Aix-Marseille et l’institut de recherche biomédicale des armées, ont récemment mené des recherches concernant les effets anxiolytiques de la plongée sous-marine pour rajouter une nouvelle corde solide à l’arc pour le combat contre le stress.

La plongée sous-marine une méthode de relaxation à part entière

Ce n’est pas tant l’effet du paysage grandiose ainsi que le calme relaxant dans les fonds sous-marins ou encore la sensation de l’eau de mer sur le corps qui fait de la plongée sous-marine une méthode de relaxation à part entière, mais plutôt le mode de respiration à adopter dans les profondeurs sous-marines avec un détendeur. En effet, ce mécanisme nécessaire dans la plongée sous-marine fournit de l’air au plongeur en fonction de la pression de l’eau dans laquelle il évolue. Le plongeur adopte ainsi automatiquement une respiration profonde, lente et longue qui permet au corps de retrouver tout seul le calme et se centrer sur la pleine maîtrise de ses émotions. Ce mode de respiration, surtout adopté par les adeptes du yoga, est reconnu pour aider l’individu à posséder les pleines capacités à gérer avec clarté ses émotions négatives en abordant le mal-être avec patience et en gardant la tête froide. D’autre part, la respiration lente et profonde permet aussi au corps de retrouver tout son potentiel énergétique et aide le cerveau à retrouver toutes ses facultés de concentration ainsi que de réflexion.

Plongée sous-marine : plusieurs perspectives de guérison face au stress

La première liaison entre la plongée sous-marine et son potentiel de bien-être a été constatée dans les calanques de Marseille, après le suivi de plusieurs adeptes de la plongée sous-marine à travers une durée de un an. Issus de villes où le stress inonde le quotidien de ses habitants (La région de Paris et de Lyon), les scientifiques ont toutefois remarqué que les plongeurs étaient moins sensibles aux facteurs du stress. Leur niveau de stress atteint le seuil le plus bas après une évolution dans les profondeurs sous-marines à plus de 20 ou 30 mètres sous la surface de l’eau. La respiration à basse pression facilite d’autant plus ces amateurs de fond sous-marin à se focaliser sur leur nouvelle mode de respiration et faciliter ainsi la disparition des pensées négatives pour se consacrer entièrement à la séance de plongée. Les résultats s’étant avérés très bénéfiques permettent actuellement à quelques hôpitaux d’améliorer le concept de la plongée pour donner l’occasion à tous les stressés de retrouver la quiétude tant recherchée au sein de leur établissement. De plus, le traitement thérapeutique via la plongée a aussi permis à l’armé de se munir d’une solution efficace pour réduire de façon significative le mal-être de tout soldat ayant subi un choc émotionnel profond.

Commentez via Facebook