Troubles du cycle menstruel : stop au stress !

0
485

Plus d’une femme sur cinq souffre de troubles du cycle menstruel. Le retard des règles n’est pas seulement le fruit d’un dérèglement hormonal, cela peut aussi survenir à la suite d’un grand stress.

Quel est le lien entre le stress et les règles ?

 

Les études réalisées pendant ces dernières années ont permis de noter que les troubles du cycle menstruel et le stress sont intimement liés.  En effet, le mental agit de manière troublante sur le corps et il n’est pas rare que lorsque l’on est soumis à un grand stress, cela entraîne un retard des règles. Le cerveau active la production des hormones via l’hypophyse et l’hypothalamus.

Ces derniers provoquent par la suite divers phénomènes tels que les règles via la maturation de l’ovule. C’est également ces mêmes hormones qui oeuvrent pour l’expulsion de l’ovaire et l’épaississement de la muqueuse utérine. Il convient de rappeler que c’est cette partie de l’utérus qui permet d’accueillir l’embryon en cas d’ovulation ou de l’expulser en cas de non-fécondation par les règles. Un grand stress peut troubler le processus et ainsi, entraîner un retard des règles.

Quand stress et hormones causent un retard de règles

 

Pour éviter les troubles hormonaux, il faudra ainsi que le cerveau puisse continuer à commander la production  d’hormones telles que le cortisol, l’adrénaline et la noradrénaline. S’ils sont produits de manière égale alors, le corps pourra réagir positivement aux situations de stress. S’ils sont par contre produits en trop grande quantité et trop longtemps alors, cela va générer un déséquilibre et un trouble hormonal. Les troubles hormonaux entraînent par la suite un problème de sécrétion des hormones sexuelles ainsi que le retard des règles.

Les chocs psychologiques et stress post-traumatiques survenus à la suite d’un deuil, d’une période de surmenage ou de tout autre évènement troublant peuvent également entraîner un retard des règles ou un dérèglement des règles (flux plus ou moins élevé). Pour éviter ainsi les troubles du cycle hormonal, il est impératif d’éviter toutes les sources de stress et d’opter pour des activités anti-stress comme la marche ou la médiation. Un suivi médical est aussi impératif afin d’éviter toute complication.

Le stress et le rythme hormonal

 

Le phénomène de dysménorrhée atteint une femme sur deux et les douleurs varient selon chaque femme, cela va de la simple gêne jusqu’aux crampes abdominales et parfois, la douleur est si vive qu’elle en devient handicapantes. Il s’avère également que le stress a un impact non négligeable sur le rythme hormonal. En effet, les états de grand stress perturbent le cycle menstruel et entraînent un déséquilibre des règles (durée, flux, etc.). En somme, pour éviter les douleurs vives, il faut éviter toute source de stress.

 

Commentez via Facebook