11 bébés tués dans l’incendie d’un hôpital sénégalais

0
52

Un incendie dans l’unité néonatale d’un hôpital au Sénégal a tué 11 nouveau-nés, a déclaré le président Macky Sall. Seuls trois enfants ont pu être sauvés.

L’incendie de l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh s’est produit dans le service de maternité, a tweeté le président Macky Sall.

Les premiers rapports suggèrent que l’incendie a été causé par un court-circuit, selon des politiciens sénégalais.

Trois bébés ont été sauvés de l’incendie, a déclaré le maire de la ville, Demba Diop Sy.

L’incendie s’est propagé très rapidement et les services d’urgence étaient toujours sur les lieux, a déclaré M. Sy aux médias locaux.

L’hôpital vient d’être inauguré, selon l’AFP, citant des médias locaux.

Mothers Confront Horror After 11 Babies Die in Senegal Hospital Fire

« A leurs mères et à leurs familles, j’exprime ma plus profonde sympathie », a écrit le président Sall dans un tweet.

« Cette situation est très malheureuse et extrêmement douloureuse », a déclaré le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr depuis Genève, où il participait à une réunion de l’Organisation mondiale de la santé.

Il a déclaré qu’une enquête était en cours et qu’il écourterait son voyage pour rentrer immédiatement au Sénégal.

L’incident a déclenché une vague d’indignation sur les réseaux sociaux face à l’état des soins de santé dans le pays.

Le député de l’opposition Mamadou Lamine Diallo a critiqué le gouvernement en tweetant : « Plus de bébés brûlés dans un hôpital public… C’est inacceptable ».

Le groupe de défense des droits Amnesty International a exhorté le gouvernement à créer une « commission d’enquête indépendante pour déterminer les responsabilités et punir les coupables, quel que soit leur niveau dans l’appareil d’État », a déclaré le directeur national Seydi Gassama dans un tweet.

Amnesty a demandé que tous les services néonatals du Sénégal soient inspectés après qu’un incident similaire s’est produit l’année dernière dans la ville de Linguère, dans le nord du pays.

Quatre nouveau-nés y ont été tués après qu’un incendie s’est déclaré dans la maternité d’un hôpital. À l’époque, le maire a déclaré qu’il y avait une panne électrique dans l’unité de climatisation de la maternité.

La tragédie de mercredi fait également suite à un tollé national suscité par la mort d’une femme en travail, Astou Sokhna, décédée alors qu’elle mendiait une césarienne au cours de ses 20 heures de travail. Son enfant à naître est également mort.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here