5 conseils pour vous aider à gérer votre colère

0
415

Personne n’aime se sentir en colère. Mais une chose qui est pire que de se sentir en colère, c’est d’être en colère. Nous ne voulons pas être perçus comme la personne en colère ou nous comporter de manière colérique. Lorsque je travaillais avec colère dans la salle de conseil, j’ai remarqué que les clients pouvaient appartenir à deux catégories ; volcans et icebergs.

Les volcans
Ceux qui extériorisent leur colère. Ils se considéreront comme ayant une « mèche courte » ou une « mauvaise humeur » et auront souvent honte ou peur de leur comportement, en particulier après l’avoir exprimé.

Nostress Media Ltd

Ces clients viennent consulter parce qu’ils ne veulent plus se sentir en colère. Ils peuvent même admirer ceux qui sont cool dans une crise et ne semblent pas laisser leurs émotions prendre le dessus sur eux.

Lorsque la colère devient incontrôlable, elle peut affecter nos relations, notre travail et notre estime de soi. Il est courant d’avoir à la fois peur et honte de la colère, en particulier lorsque vous pouvez voir l’impact que le comportement a sur les autres. Ce regret peut amener les types volcan à croire qu’ils sont indignes d’amour et de respect. Ils peuvent même devenir renfermés, pensant qu’ils représentent un risque pour les autres.

Les icebergs
Vous entendrez ces types dire : « Je ne suis pas une personne en colère. Ils viendront consulter parce qu’ils se sentent stressés ou parce qu’ils sont de mauvaise humeur. Ce sont les clients qui feront tout leur possible pour rester calmes dans une tempête et qui peuvent ressentir un grand sentiment d’accomplissement en le faisant. Ils extérioriseront rarement leur colère, choisissant plutôt de la repousser ou de prétendre qu’elle n’existe pas du tout. Souvent, ils peuvent envier ceux qui peuvent, apparemment, libérer leur colère et passer leur journée comme si de rien n’était.

Il est possible d’aller pendant de longues périodes, voire des années, en supprimant ainsi la colère. Cependant, lorsqu’il est régulièrement ignoré, il ne disparaît pas simplement dans une bouffée de fumée parce que quelqu’un le veut. En fait, ceux qui ont du mal à exprimer leur colère à l’extérieur vont souvent l’intérioriser et cela peut se manifester par de l’hypertension artérielle, de l’anxiété ou de la dépression. Ceux qui tournent leur colère vers l’intérieur sont plus à risque de comportements d’automutilation, d’autonégligence ou même de dépendance.

Le méchant de la pièce
La colère a été étiquetée comme l’émotion méchante; stéréotypés comme agressifs, dangereux, immoraux, immatures ou mesquins. C’est pourquoi ceux qui ne peuvent pas le cacher en ont honte et ceux qui peuvent prétendre qu’il n’est pas là.

shallow focus photography of two brown birds

Pourquoi exprimons-nous la colère si différemment ?
Souvent, notre relation avec la colère est liée à la façon dont nous l’avons vécue pour la première fois. Ceux d’entre nous qui vivaient dans des ménages instables ou agressifs ont peut-être appris que c’est la seule façon d’être entendu et de répéter des comportements similaires. Les clients qui manifestent de la rage peuvent très bien avoir souffert dans leur enfance et n’ont pas eu le pouvoir d’exprimer leur colère extérieurement.

Alternativement, certaines personnes apprennent à se retirer et à se cacher du conflit et à tout faire pour éviter de le ressentir en elles-mêmes. Dans tous les cas, la colère devient indésirable et honteuse.

Certaines personnes grandissent dans un espace où elles apprennent que l’expression de toute émotion négative est inacceptable ou punie, ou peut-être qu’il n’y avait pas du tout d’espace pour se faire entendre. La colère n’était ni bienvenue ni reconnue, de sorte qu’ils n’apprennent jamais à la remarquer, à la reconnaître ou à l’accepter en eux-mêmes. Lorsque les gens apprendront que la colère est l’ennemi, ils feront tout leur possible pour l’ostraciser ou la bannir.

La colère est ton amie
En vérité, chacun de nous est une personne en colère et nous devrions donc l’être ! Il y a de quoi être en colère dans la vie.

La colère est une émotion essentielle et saine et est tout aussi cruciale que toutes nos autres émotions. Cependant, au fil du temps, on lui a donné une mauvaise réputation. Si nous nous permettons de la comprendre un peu mieux, la colère peut nous être très utile.

La colère veille sur vous depuis votre naissance. C’est une émotion protectrice, spécialement conçue pour vous alerter du danger et mettre de l’espace entre les situations ou les personnes qui vous menacent. Il vous protège; ce n’est pas une bonne chose de l’ignorer.

Comme un ami fidèle, il ne va nulle part. Il est là pour vous protéger et continuera de le faire, que cela vous plaise ou non. Où que vous alliez, votre colère vous suivra, mais cela ne doit pas être une mauvaise chose.

brown and black plastic toy

Comment mieux gérer sa colère ?
Voici quelques conseils pour gérer votre colère et apprendre à l’utiliser pour vous aider plutôt que pour vous nuire.

1. Soyez à l’aise avec la colère
Il y a une différence entre les sentiments de colère et les comportements de colère. Lorsque vous apprendrez à faire la différence entre les deux, vous serez plus à même de choisir comment vous y répondez. Si vous craignez vos réactions de colère et pensez que vous en êtes l’esclave, vous continuerez à les repousser jusqu’à ce qu’elles s’accumulent et explosent ou commencent à vous rendre malade ou isolé.

2. Écoutez votre colère et découvrez ce qu’elle vous dit
La colère est une émotion secondaire, dissimulée. Imaginez-le comme une arme efficace qui est là pour vous protéger des émotions plus profondes qui le déclenchent. La clé est d’être assez courageux pour enquêter sur ces autres émotions. Ceux-ci peuvent être la douleur, la peur, la honte ou le chagrin, par exemple Aucun d’entre eux n’est agréable mais, lorsqu’il est travaillé avec douceur, la guérison peut se produire.

3. Comprendre vos déclencheurs
Mes clients craignent souvent de se fâcher ou de s’irriter à propos de petites choses. Je peux vous assurer que l’énorme dispute que vous avez eue au sujet du sèche-cheveux avait très peu à voir avec le sèche-cheveux lui-même. Mais la situation qui l’a provoquée a peut-être activé une blessure émotionnelle qui n’a jamais eu la chance d’être entendue, comprise ou guérie.

Ainsi, en l’absence de compassion, voici votre comportement colérique dans toute sa splendeur mal dirigée. Ici pour vous sauver, quelles qu’en soient les conséquences.

4. Trouvez un moyen sûr d’exprimer votre colère
Il existe de nombreuses façons d’atténuer l’accumulation de stress avant qu’il n’atteigne un point critique. Qu’il s’agisse de se reposer, de faire de l’exercice, de tenir un journal, de passer du temps dans la nature ou d’activités créatives. Choisissez quelque chose qui correspond à votre personnalité et faites-en une habitude régulière. Mieux vaut prévenir que guérir.

5. Parlez à quelqu’un
Le conseil offre un espace de soutien pour explorer ces sentiments douloureux, sans crainte de jugement ou de rejet. Lorsque vous surmonterez la douleur et la relâcherez, vous aurez moins besoin de colère pour vous protéger.

Nostress Media Ltd