Si vous recherchez des fruits rares sur Internet, les listes qui s’affichent montrent des fruits qui ne sont considérés comme «rares» que parce qu’ils sont difficiles à trouver en dehors de leur pays d’origine. Ces fruits peuvent être exotiques, surtout en Occident, mais ils ne sont pas nécessairement rares et sont assez communs dans leurs habitats d’origine. Pour notre liste de fruits rares, nous avons en fait trouvé des fruits qui ont très peu de plantes individuelles à l’état sauvage. Tous ces fruits rares sont en danger critique d’extinction et pourraient même être proches de l’extinction.

Caféier de Humblot

Caféier de Humblot

Nombre estimé d’usines actuelles : moins de 110

Localisation (Gamme) : Ile de Mayotte ; et les îles de Ngazidja (Grande Comore) et Nzwani (Anjouan) aux Comores

Nom scientifique : Coffea humblotiana

Statut de conservation : En danger critique d’extinction

Caféier de Humblot cultive des fruits très importants, dont les graines produisent l’une des boissons préférées au monde, le café. Ce caféier rare est originaire des îles Comores (au large de la côte sud-est de l’Afrique) et est naturellement sans caféine, comme la plupart des espèces de caféiers. Selon la Liste rouge de l’UICN, il reste probablement moins de 110 plantes de Caféier de Humblot à l’état sauvage et son nombre diminue.

Le Caféier de Humblot est menacé par la perte d’habitat due à l’expansion de l’agriculture. Une grande partie des forêts où poussent les rares caféiers ont également été défrichées pour le bois, le pâturage, l’exploitation forestière sélective et les cultures. De plus, lors des prospections du Caféier de Humblot, de gros escargots ont été observés rampant partout dans les fruits, ce qui peut avoir un impact négatif sur le taux de reproduction de la plante.

Solanum lidii o Pimentero de Temisas | Ecosistemaglobal esta mejorando su  servicio

 

Pimentero de Temisas

Nombre estimé d’usines actuelles : moins de 100

Emplacement (Gamme): Gran Canaria, Îles Canaries, Espagne

Nom scientifique : Solanum lidii

Statut de conservation : En danger critique d’extinction

Le Pimentero de Temisas pousse sur l’île de Gran Canaria dans les îles Canaries en Espagne. En espagnol, Pimentero de Temisas se traduit par « poivrière de Temisas » et ce fruit rare est également appelé « tomate forestière ». Bien que le Pimentero de Temisas produise des fruits, il n’est utilisé par les habitants que comme plante ornementale en raison de ses fleurs violettes vives.

On estime qu’il n’y a qu’environ 93 plantes individuelles de Pimentero de Temisas poussant à l’état sauvage près des villages de Temisas, Barranco de la Cruz-Lomo del Chorrillo, Fortaleza Grande, Risco del Sao et Risco Gallegos-Amurga. Heureusement, le Pimentero de Temisas est une espèce protégée et figure au Catalogue national des espèces menacées et au Catalogue des espèces protégées des îles Canaries. Le Pimentero de Temisas est également cultivé dans les jardins botaniques Viera & Clavijo.

Sardinian Currant

Groseille sarde

Nombre estimé d’usines actuelles : environ 80

Emplacement (Gamme): Province de Nuoro, Sardaigne, Italie

Nom scientifique : Ribes sardoum

Statut de conservation : En danger critique d’extinction

La groseille sarde ne pousse qu’à un seul endroit dans la province de Nuoro sur l’île de Sardaigne en Italie. Au fil des ans, le nombre estimé de plants de groseille sarde a fluctué, mais les données les plus récentes de 2017 indiquent qu’il existe environ 80 plants de groseille sarde matures.

Dans le passé, le groseillier sarde était plus répandu dans la zone boréale, mais est maintenant une espèce relique car on ne le trouve qu’à un seul endroit aujourd’hui. La plus grande menace pour le cassis sarde est le pâturage non réglementé d’animaux sauvages comme les mouflons (moutons sauvages) et les chèvres sauvages. En plus des menaces extérieures, la groseille sarde a un faible taux de production de fruits, ce qui limite le nombre de plants.

Gergeranian Pear - Global Trees

Poire Gergéranienne

Nombre estimé d’usines actuelles : moins de 50

Localisation (Gamme): Région floristique de Daralegis en Arménie

Nom scientifique : Pyrus gergerana

Statut de conservation : En danger critique d’extinction

La poire de Gergeranian est un fruit rare trouvé près du village de Ger-Ger en Arménie. Le nombre actuel de plants de poiriers de Gergeranian restants est estimé à moins de 50 individus. La Global Trees Campaign s’est efforcée de mieux comprendre le poirier de Gergeranian et a en fait trouvé de très petites populations d’arbres dans de nouveaux endroits. La répartition limitée du poirier rare est en outre affectée par la perte d’habitat. La forêt cultivée par le poirier de Gergeranian a été défrichée pour être utilisée comme pâturage pour le pâturage du bétail communautaire et la fenaison. Au cours d’une récente étude de terrain menée par Global Trees Campaign, les défenseurs de l’environnement ont remarqué que certains des poiriers de Gergeranian avaient été endommagés par des incendies utilisés pour défricher la terre pour l’agriculture.

Madagascar Banana

Banane de Madagascar

Nombre estimé d’usines actuelles : environ 3 à 5

Localisation (Gamme): Ouest de Madagascar

Nom scientifique : Ensete perrieri

Statut de conservation : En danger critique d’extinction

La banane de Madagascar ou Ensete perrieri est une espèce sauvage de bananier qui est liée à l’Abysla banane de Chine, qui est la culture vivrière la plus importante d’Éthiopie. Il est également lointainement lié à la banane Cavendish, la banane vendue dans les épiceries aux États-Unis et en Europe. Alors que de nombreuses espèces de bananes sont en voie de disparition, y compris la bien-aimée Cavendish, la banane de Madagascar est en danger critique d’extinction. Il peut y avoir aussi peu que trois plants de bananier de Madagascar matures poussant dans l’ouest de Madagascar. Les scientifiques ont trouvé des plants de banane de Madagascar poussant près des plantes matures et ils espèrent qu’ils pourraient atteindre la maturité un jour. Bien que la banane de Madagascar ne soit pas cultivée à cause de ses grosses graines, elle peut être la clé pour sauver nos espèces de bananes comestibles préférées, sensibles aux ravageurs et aux maladies.

Texas Native Plants Database

La prune de Murray

Nombre estimé de plantes actuelles : Peut-être éteinte ; très probablement il ne reste que quelques individus

Emplacement (plage) : Edwards Plateau et région de Trans-Pecos, Texas, États-Unis

Nom scientifique : Prunus murrayana

Statut de conservation : En danger critique d’extinction

Le prunier de Murray est une espèce de prunier sauvage que l’on ne trouve qu’au Texas et il est si rare que personne n’a vu aucune des plantes survivantes produire des fruits depuis sa découverte en 1928. De plus, des enquêtes récentes suggèrent que le prunier de Murray pourrait éventuellement être éteint. car aucune des plantes individuelles connues ne s’est reproduite. En raison de ces facteurs, la prune de Murray est le fruit le plus rare au monde.

 

 

 

Malheureusement, il n’y a pas de plantes Murray’s Plum cultivées dans les jardins botaniques ou les conservatoires. Selon la Liste rouge de l’UICN, davantage d’enquêtes sur le terrain sont nécessaires pour déterminer le nombre de plants de prunier de Murray restants et les menaces auxquelles ces plants restants peuvent être confrontés.

Commentez via Facebook