ABBA : « Voyage » est un choc technologiquement époustouflant

0
89

Être ou ne pas être? Là n’est plus la question ». C’est un concept existentiel très lourd à vous avoir imposé lors d’un concert pop, mais ce n’est pas un concert normal. Les mots sont venus d’un avatar numérique de Benny Andersson d’ABBA – pas un « hologramme », nous dit-on, mais plutôt une réincarnation CGI (ou « ABBA-tar ») basée sur les mouvements et les performances des légendes pop suédoises vivantes, puis minutieusement présenté avec toutes sortes de fumée et de miroirs pour les faire paraître à jamais enfermés dans leur apogée des années 70.

Quelle que soit la sorcellerie, cela fonctionne – et plus encore. Après avoir été accueillis à Stratford, l’ABBA Arena construite à cet effet dans l’est de Londres par des scènes de forêt nordique, nous sommes rapidement plongés dans un nouveau monde de science-fiction audacieux. Les quatre êtres en forme d’ABBA émergent lentement de dessous la scène ; la foule ravie de ce qui semble être le retour très réel et physique de ces héros des années 70.

Leurs mouvements, leurs ombres, leurs vêtements, la façon dont les paillettes scintillent à la lumière… comment cela ne peut-il pas être réel ? Les ABBAtars roulent à travers les majestueusement sombres « The Visitors » et « Hole In Your Soul », puis l’impact frappe vraiment lorsque le groupe réel (immaculéement qualifié) apparaît à côté d’eux, jouant des instruments et fournissant des chœurs, et vous pouvez ‘ ne pas faire la différence entre l’homme et la machine.

Les visuels et les effets à succès renforcent les nouvelles formes numériques d’ABBA en les faisant paraître surhumaines – nous emmenant des couchers de soleil méditerranéens aux aurores boréales puis à l’espace extra-atmosphérique – et créent une surcharge sensorielle alors qu’ils écrasent un méga-mélange de bangers de mariage avec enthousiasme. « Chiquitita », « Fernando », « Mama Mia » et « Dancing Queen » mettent tout le monde debout et hors de leur esprit, mais c’est l’impact global de « Lay Your Love On Me », « Gimme Gimme Gimme », « The Winner Takes It All » et un « Voulez-Vous » tout-puissant qui constituent les véritables moments forts du set. Les nouveaux morceaux «Don’t Shut Me Down» et «I Still Have Faith In You», qui font partie de l’album de retour de l’année dernière dont ce spectacle tire son nom, atterrissent avec un sacré coup de poing, ajoutant plus de sens à leur retour.

Certains moments, comme le montage de l’Eurovision « Waterloo » et un dessin animé de conte folklorique récurrent, semblent un peu inutiles et pourraient gagner à être remplacés par un élément de performance, mais encore une fois, ils laissent le spectacle respirer un peu. Lors de la finale, des applaudissements enthousiastes saluent l’ABBA moderne – seulement pour découvrir que nous avons été dupés par encore plus de supercherie visuelle lorsque l’ABBA réel monte sur scène pour un plaisir vertigineux. Nous ne savons vraiment plus ce qui est réel.

Les rockeurs et les poppers vieillissants sont tenus d’imiter l’idée, mais il sera difficile de se rapprocher de l’expérience d’ABBA Voyage. Pour notre part, nous souhaitons la bienvenue à nos nouveaux seigneurs ABBAtar, ne serait-ce que pour nous avoir rendu ces chansons d’une manière totalement nouvelle et joyeuse. Comme l’a conclu l’Anderson numérique : « Sans une chanson ou une danse, que sommes-nous ? Telle est la question. »

‘ABBA’ a joué :

‘The Visitors’

‘Hole in Your Soul’

‘SOS’

‘Knowing Me, Knowing You’

‘Chiquitita’

‘Fernando’

‘Mamma Mia’

‘Does Your Mother Know’

‘Eagle’

‘Lay All Your Love On Me’

‘Summer Night City’

‘Gimme! Gimme! Gimme! (A Man After Midnight)’

‘Voulez-Vous’

‘When All Is Said and Done’

‘Don’t Shut Me Down’

‘I Still Have Faith in You’

‘Waterloo’

‘Dancing Queen’

‘Thank You for the Music’

‘The Winner Takes It All’

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here