Au moins 168 morts dans des violences au Darfour au Soudan: un groupe d’aide

0
218

Au moins 168 personnes ont été tuées dans des combats entre Arabes et non-Arabes dans la région soudanaise du Darfour déchirée par la guerre, a déclaré un groupe d’aide soudanais.

Adam Regal, porte-parole de la Coordination générale pour les réfugiés et les personnes déplacées au Darfour, a déclaré dimanche que les combats dans la région de Kreinik, dans la province du Darfour occidental, avaient également fait 98 blessés.

Nostress Media Ltd

Il a déclaré que les affrontements ont éclaté pour la première fois jeudi avec le meurtre de deux personnes par un assaillant inconnu à Kreinik, à environ 30 km (18 miles) à l’est de Genena, la capitale provinciale du Darfour occidental.

Les affrontements ont ensuite atteint Genena, où des groupes armés ont attaqué des blessés alors qu’ils étaient soignés à l’hôpital principal de la ville, selon Salah Saleh, médecin et ancien directeur médical de l’hôpital.

Des images publiées en ligne dimanche montraient des maisons en feu envoyant des panaches de fumée noire épaisse vers le ciel, tandis que d’autres montraient des plaques rondes de terre brûlée où se trouvaient des huttes avant d’être incendiées.

L’agence de presse AFP n’a pas pu vérifier de manière indépendante l’authenticité des images.

Le Comité international de la Croix-Rouge a appelé les autorités à assurer l’arrivée en toute sécurité des blessés dans les hôpitaux.

Les ‘Janjawids’ blâmés
Dimanche, le groupe d’aide a accusé la milice soutenue par le gouvernement connue sous le nom de Janjaweed d’avoir orchestré les dernières attaques.

Le groupe armé majoritairement arabe s’est fait connaître au début des années 2000 pour son rôle dans la répression d’une rébellion d’une minorité ethnique au Darfour.

Beaucoup de ses membres ont depuis été intégrés dans les forces paramilitaires redoutées de soutien rapide, commandées par le général Mohamed Hamdan Dagalo, chef adjoint de facto du Soudan, selon des groupes de défense des droits.

Le conflit qui a éclaté en 2003 a opposé les rebelles des minorités ethniques qui se sont plaints de discrimination contre le gouvernement à majorité arabe du président Omar el-Béchir.

Le gouvernement d’Al-Bashir a répondu en libérant les Janjawids, principalement recrutés parmi les tribus pastorales arabes, qui ont été accusés d’atrocités, notamment de meurtres, de viols, de pillages et d’incendies de villages.

Le conflit a tué 300 000 personnes et en a déplacé 2,5 millions, selon les chiffres des Nations Unies.

Les combats à grande échelle se sont calmés dans une grande partie du Darfour, mais la région reste inondée d’armes et des combats éclatent souvent pour l’accès aux pâturages ou à l’eau.

La région soudanaise du Darfour a connu ces derniers mois des affrontements meurtriers entre tribus rivales alors que le pays reste embourbé dans une crise plus large après le coup d’État de l’année dernière, lorsque des généraux de haut rang ont renversé un gouvernement dirigé par des civils.

Le coup d’État d’octobre a bouleversé la voie fragile du pays vers la démocratie après qu’un soulèvement populaire a conduit l’armée à renverser el-Béchir en avril 2019.

Nostress Media Ltd