Comment arrêter la consommation émotionnelle ?

Manger émotionnellement se produit souvent en raison de sentiments de stress, d’anxiété, de peur, d’ennui, de tristesse ou de solitude. Vous pouvez utiliser l’alimentation pour supprimer les émotions négatives et vous sentir impuissant une fois que vos fringales vous touchent. Vous pouvez être amené à manger par un événement majeur de la vie ou par les aspects négatifs de la vie quotidienne [1]. Manger émotionnellement peut nuire à votre santé physique et mentale, car cela peut entraîner un gain de poids et des problèmes alimentaires.

Différencier entre la faim physique et la faim émotionnelle. Pour reconnaître les causes de votre consommation émotionnelle, il peut être utile de comprendre d’abord quand vous vous sentez affamé physiquement et lorsque vous vous sentez émotionnellement affamé. Habituellement, la faim émotive se manifeste soudainement et se sent urgente. Vous pourriez penser à manger et à satisfaire votre envie immédiatement. Ceci est différent de la faim physique, qui se manifeste généralement progressivement, sauf si vous n’avez pas mangé depuis longtemps.

Soyez conscient de la différence entre la consommation excessive et la consommation émotionnelle. Bien que les émotions entrent en jeu avec la frénésie alimentaire, la frénésie alimentaire consiste généralement à manger des quantités inhabituellement élevées de nourriture dans un délai donné.

Reconnaissez vos causes ou déclencheurs possibles. Pour arrêter votre consommation émotionnelle, vous devez d’abord déterminer les causes profondes ou les déclencheurs de votre alimentation. Identifier les causes possibles vous aidera ensuite à mieux les gérer et vous empêchera de manger émotionnellement à l’avenir. Les causes courantes de l’alimentation émotionnelle comprennent:

Stress: Le stress peut être un important déclencheur pour la consommation émotionnelle, car des niveaux élevés de stress entraînent une augmentation de vos hormones et de votre taux de cortisol. Le stress chronique peut vous donner envie de manger des aliments salés, sucrés et riches en matières grasses pour vous donner un regain d’énergie et de soulagement.

Sentiments et pensées intenses: les sentiments comme la colère, la peur, la tristesse, l’anxiété, la solitude, le ressentiment et la honte peuvent tous mener à une alimentation émotionnelle. Vous pouvez utiliser l’alimentation comme un moyen de vous soustraire à ces émotions ou d’éviter de traiter ces émotions.

Ennui: être ennuyé et inoccupé peut mener à une alimentation émotionnelle, surtout si vous vous sentez insatisfait et vide. Vous pouvez essayer de combler ce vide en mangeant.

Commencez un journal alimentaire. Pour mieux comprendre vos déclencheurs de consommation émotionnelle, vous pouvez conserver un journal alimentaire. Notez vos repas pour la journée ainsi que ce que vous mangez, quand vous mangez, comment vous vous sentez quand vous mangez et à quel point vous avez faim. Soyez précis et cohérent au sujet de la tenue du journal car cela pourrait vous permettre de reconnaître les habitudes alimentaires. Ces modèles peuvent vous aider à mieux comprendre comment votre humeur affecte votre alimentation et votre alimentation.

Parlez à vos amis et à votre famille de vos problèmes concernant l’alimentation. Parfois, il peut être utile de parler à vos proches de vos habitudes alimentaires pour mieux comprendre vos habitudes. Il peut être difficile de reconnaître vos propres habitudes émotionnelles, particulièrement en ce qui concerne la nourriture. N’ayez pas peur de parler à vos proches et à vos proches de vos difficultés à manger. Demandez-leur s’ils pensent que vous pouvez manger en fonction de vos émotions et s’ils remarquent des facteurs ou des comportements dans votre comportement.

Obtenez des conseils professionnels d’un thérapeute ou d’un conseiller. Bien que vous puissiez être capable de reconnaître vos propres déclencheurs grâce à l’auto-analyse et en discutant avec vos proches, vous souhaiterez peut-être également solliciter une opinion professionnelle sur votre alimentation. Vous pouvez parler à votre médecin de famille de votre alimentation émotionnelle et obtenir une référence pour un thérapeute. Vous pouvez également parler à un conseiller à l’école ou sur le lieu de travail.

Commentez via Facebook