24 C
France
mardi, novembre 29, 2022

s'abonner

Comment la nature impacte-t-elle notre bien-être ?

La recherche révèle que les environnements peuvent augmenter ou réduire notre stress, qui à son tour a un impact sur notre corps. Ce que vous voyez, entendez, vivez à tout moment change non seulement votre humeur, mais aussi le fonctionnement de vos systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire.

Le stress d’un environnement désagréable peut vous rendre anxieux, triste ou impuissant. Cela élève à son tour votre tension artérielle, votre fréquence cardiaque et votre tension musculaire et supprime votre système immunitaire. Un environnement agréable renverse cela.

Et quel que soit leur âge ou leur culture, les humains trouvent la nature agréable. Dans une étude citée dans le livre Healing Gardens, les chercheurs ont découvert que plus des deux tiers des personnes choisissent un cadre naturel pour se retirer lorsqu’elles sont stressées.

La nature guérit
Être dans la nature, ou même regarder des scènes de la nature, réduit la colère, la peur et le stress et augmente les sentiments agréables. L’exposition à la nature vous permet non seulement de vous sentir mieux sur le plan émotionnel, mais contribue également à votre bien-être physique, en réduisant la tension artérielle, la fréquence cardiaque, la tension musculaire et la production d’hormones de stress. Cela pourrait même réduire la mortalité, selon des scientifiques tels que les chercheurs en santé publique Stamatakis et Mitchell.

Des recherches effectuées dans des hôpitaux, des bureaux et des écoles ont montré que même une simple plante dans une pièce peut avoir un impact significatif sur le stress et l’anxiété.

La nature apaise

De plus, la nature nous aide à faire face à la douleur. Parce que nous sommes génétiquement programmés pour trouver des arbres, des plantes, de l’eau et d’autres éléments de la nature captivants, nous sommes absorbés par des scènes de la nature et distraits de notre douleur et de notre inconfort.

Ceci est bien démontré dans une étude désormais classique de patients ayant subi une chirurgie de la vésicule biliaire ; la moitié avait une vue sur les arbres et l’autre moitié avait une vue sur un mur. Selon le médecin qui a mené l’étude, Robert Ulrich, les patients ayant la vue sur les arbres supportaient mieux la douleur, semblaient aux infirmières avoir moins d’effets négatifs et passaient moins de temps à l’hôpital. Des études plus récentes ont montré des résultats similaires avec des scènes de la nature et des plantes dans les chambres d’hôpital.

La nature restaure
L’un des domaines les plus intrigants de la recherche actuelle est l’impact de la nature sur le bien-être général. Dans une étude publiée dans Mind, 95% des personnes interrogées ont déclaré que leur humeur s’était améliorée après avoir passé du temps à l’extérieur, passant de déprimé, stressé et anxieux à plus calme et équilibré. D’autres études d’Ulrich, Kim et Cervinka montrent que le temps passé dans la nature ou des scènes de la nature sont associés à une humeur positive, au bien-être psychologique, à la signification et à la vitalité.

De plus, passer du temps dans la nature ou regarder des scènes de nature augmente notre capacité d’attention. Parce que les humains trouvent la nature intrinsèquement intéressante, nous pouvons naturellement nous concentrer sur ce que nous vivons dans la nature. Cela offre également un répit à nos esprits hyperactifs, nous rafraîchissant pour de nouvelles tâches.

Dans un autre domaine intéressant, les recherches d’Andrea Taylor sur les enfants atteints de TDAH montrent que le temps passé dans la nature augmente leur durée d’attention plus tard.

La nature se connecte
Selon une série d’études de terrain menées par Kuo et Coley au Human-Environment Research Lab, le temps passé dans la nature nous relie les uns aux autres et au reste du monde. Une autre étude de l’Université de l’Illinois suggère que les résidents des logements sociaux de Chicago qui avaient des arbres et des espaces verts autour de leur immeuble ont déclaré connaître plus de gens, avoir des sentiments d’unité plus forts avec leurs voisins, être plus soucieux de s’entraider et de se soutenir, et avoir des sentiments plus forts. d’appartenance que les locataires d’immeubles sans arbres. En plus de ce plus grand sens de la communauté, ils avaient un risque réduit de criminalité de rue, des niveaux inférieurs de violence et d’agression entre partenaires domestiques et une meilleure capacité à faire face aux exigences de la vie, en particulier le stress de vivre dans la pauvreté.

Cette expérience de connexion peut s’expliquer par des études qui ont utilisé l’IRMf pour mesurer l’activité cérébrale. Lorsque les participants regardaient des scènes de la nature, les parties du cerveau associées à l’empathie et à l’amour s’illuminaient, mais lorsqu’ils regardaient des scènes urbaines, les parties du cerveau associées à la peur et à l’anxiété étaient activées. Il semble que la nature inspire des sentiments qui nous relient les uns aux autres et à notre environnement.

Trop de temps devant les écrans est mortel
La «privation de nature», un manque de temps dans le monde naturel, en grande partie dû aux heures passées devant des écrans de télévision ou d’ordinateur, a été associée, sans surprise, à la dépression. Plus inattendues sont les études de Weinstein et d’autres qui associent le temps d’écran à la perte d’empathie et au manque d’altruisme.

Et les risques sont encore plus élevés que la dépression et l’isolement. Dans une étude de 2011 publiée dans le Journal of the American College of Cardiology, le temps passé devant un écran était associé à un risque de décès plus élevé, et cela indépendamment de l’activité physique !

 

Source :

https://www.takingcharge.csh.umn.edu/how-does-nature-impact-our-wellbeing#:~:text=Exposure%20to%20nature%20not%20only,health%20researchers%20Stamatakis%20and%20Mitchell.

Berman, M. G., Jonides, J., & Kaplan, S. (2008). The cognitive benefits of interacting with nature. Psychological Science, 19(12), 1207-1212.

Bowler, D. E., Buyung-Ali, L. M., Knight, T. M., & Pullin, A. S. (2010). A systematic review of evidence for the added benefits to health of exposure to natural environments. BMC Public Health, 10, 456.

Bringslimark, T., Patil, G., & Hartig, T. (2008). The Association Between Indoor Plants, Stress, Productivity And Sick Leave In Office Workers. Acta Horticulturae, 775, 117.

Cervinka, R., Röderer, K., & Hefler, E. (2012). Are nature lovers happy? On various indicators of well-being and connectedness with nature. Journal of Health Psychology, 17(3), 379-388.

Coley, R., Kuo, F. E., & Sullivan, W. C. (1997). Where does community grow? The social context created by nature in urban public housing. Environment and Behavior, 29(4), 468.

Devries, S. (2003). Natural environments — healthy environments? An exploratory analysis of the relationship between greenspace and health. Environment and Planning, 35(10), 1717.

Diette, G. B., Lechtzin, N., Haponik, E., Devrotes, A., & Rubin, H. R. (2003). Distraction therapy with nature sights and sounds reduces pain during flexible bronchoscopy: A complementary approach to routine analgesia. Chest, 123(3), 941-948.

Dijkstra, K., Pieterse, M., & Pruyn, A. (2006). Physical environmental stimuli that turn healthcare facilities into healing environments through psychologically mediated effects: Systematic review. Journal of Advanced Nursing, 56(2), 166-181.

Hartig, T. (1991). Restorative effects of natural environment experiences. Environment and Behavior, 23, 3.

Hu, Z. (2008). Linking stroke mortality with air pollution, income, and greenness in northwest florida: An ecological geographical study. International Journal of Health Geographics, 7, 1.

Kim, T. (2010). Human brain activation in response to visual stimulation with rural and urban scenery pictures: A functional magnetic resonance imaging study Science of the Total Environment, 408(12), 2600.

Kuo, F. (2001). Aggression and violence in the inner city: Effects of environment via mental fatigue. Environment and Behavior, 33(4), 543.

Largo-Wight, E., Chen, W. W., Dodd, V., & Weiler, R. (2011). Healthy workplaces: The effects of nature contact at work on employee stress and health. Public Health Reports (Washington, D.C.: 1974), 126 Suppl 1, 124-130.

Lohr, V. (2007). Benefits of nature: What we are learning about why people respond to nature. J. Physiol Anthropol: 26(2), 83.

Marcus, C., & Barnes, M. (eds). (1999). Healing gardens ( Trans.). New York, NY: John Wiley and Sons.

Mind Organization. (2007). Ecotherapy: The green agenda for mental health. UK: Mind Publications.

Mitchell, R., & Popham, F. (2008). Effect of exposure to natural environment on health inequalities: An observational population study. Lancet, 372(9650), 1655-1660.

Morrison, C., & Gore, H. (2010). Relationship between excessive internet use and depression: A questionnaire-based study of 1,319 young people and adults. Psychopathology, 43(2), 121-126.

Park, S., & Mattson, R. (2009). Ornamental indoor plants in hospital rooms enhanced health outcomes of patients recovering from surgery. Journal of Alternative & Complementary Medicine, 15(9), 975-980.

Raudenbush, B, et al. (2001). Enhancing athletic performance through the administration of peppermint odor. J Sport Exerc Psychol; 23:156–60.

Stamatakis, E. (2011). Screen-based entertainment time, all-cause mortality, and cardiovascular events: Population-based study with ongoing mortality and hospital events follow-up. Journal of the American College of Cardiology, 57(3), 292-299.

Selub, E., Logan, A. (2012).  Your brain on nature. Mississauga, Ontario: Wiley.

Shepley, M.  Gerbi, R., Watson, A. Imgrund, S.  Patient and staff environments: The impact of daylight and windows on ICU patients and staff.  World Health Design.  Accessed May 11, 2013 at http://www.worldhealthdesign.com/Patient-and-staff-environments.aspx

Taylor, A., Kuo, F.  (2008). Children with attention deficits concentrate better after walk in the park. Journal of Attention Disorders; 12 (5), 402-09.

Ulrich, R. S. (1984). View through a window may influence recovery from surgery. Science, 224(4647), 420-421.

Ulrich, R. S., Simons, R. F., Losito, B. D., Fiorito, E., Miles, M. A., & Zelson, M. (1991). Stress recovery during exposure to natural and urban environments. Journal of Environmental Psychology, 11(3), 201-230.

Weinstein, N. (2009). Can nature make us more caring? Effects of immersion in nature on intrinsic aspirations and generosity. Personality and Social Psychology Bulletin, 35, 1315.

Unsplash

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles