27 C
France
lundi, août 8, 2022

s'abonner

Comment Paris fait la guerre aux nuisances sonores

Pour lutter contre les méfaits des nuisances sonores urbaines, Paris déploie des capteurs automatisés et sévit contre les véhicules les plus bruyants.

En milieu de matinée, la rue d’Avron est une cacophonie. Le cliquetis du métal résonne des travaux d’échafaudage; les marchands de légumes crient et font des gestes lorsque les caisses de livraison arrivent ; et des flots de navetteurs bavards sortent du métro.

Mais le vacarme le plus fort vient des colonnes de circulation rapide qui bordent les deux côtés de la rue, qui va du tristement célèbre périphérique entourant Paris connu sous le nom de périphérique jusqu’au centre-ville : les sirènes à deux notes des voitures de police, le grondement du diesel des bus et, pire que tout, le gémissement aigu des scooters qui accélèrent toutes les quelques secondes.

« C’est l’enfer ici », raconte Dominique Léchenet, 55 ans, résident de longue date. « Il y a des voitures, des motos, une station de métro et un grand carrefour routier. Je ne supporte pas le bruit. C’est insupportable. »

Les plaintes des habitants de la rue d’Avron, considérée comme l’une des routes les plus bruyantes de l’une des villes les plus bruyantes d’Europe, ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd : en février, les autorités municipales ont installé un appareil appelé radar sonore, le premier à Paris. — sur un lampadaire le long de l’artère du 20e arrondissement est de la ville pour détecter les véhicules les plus bruyants. Un deuxième a été ajouté dans le nord-ouest du 17e arrondissement peu après.

relates to Europe’s Noise Capital Tries to Turn Down the Volume
Les dispositifs dits « méduse », du nom de leur ressemblance avec une méduse, ont été développés par l’association Bruitparif pour identifier les conducteurs et motards qui bafouent les réglementations municipales en matière de bruit. Équipés de caméras multidirectionnelles et d’une batterie suspendue de huit microphones, les capteurs peuvent se concentrer sur les sources de bruit extrême et photographier les plaques d’immatriculation des contrevenants. En 2023, la ville commencera à infliger une amende de 135 euros aux conducteurs si leurs véhicules enfreignent les niveaux de bruit définis.

Les motos et les scooters – souvent avec leurs systèmes d’échappement modifiés illégalement pour augmenter le bruit et la puissance – sont un problème particulier à Paris, selon Franck-Olivier Torro, porte-parole du groupe de campagne Ras Le Scoot (ou « Assez avec le scooter »).

« Le bruit peut être assourdissant », déclare Torro, citant une étude de Bruitparif qui a révélé qu’un seul scooter non silencieux traversant Paris la nuit peut réveiller jusqu’à 10 000 personnes.

Mais les radars sonores, qui ont également été installés dans six autres sites à travers le pays, dont Nice et Toulouse, font partie d’une campagne nationale plus large contre le bruit excessif, qui, selon les responsables, est un problème de santé publique majeur négligé, et pas seulement une nuisance. La loi française d’orientation de la mobilité, votée en décembre 2019, définit pour la première fois le bruit comme une forme de « pollution ».

Le large spectre des bruits urbains, et ses effets décidément inégaux sur les citadins, a suscité un regain d’attention avec l’apparition de la pandémie de Covid-19 et le basculement vers le travail à distance qu’elle a déclenché. À Vancouver, par exemple, les plaintes concernant le bruit résidentiel et de construction ont plus que doublé au cours des premières semaines de la pandémie. Mais que les coupables soient des souffleuses à feuilles hurlantes, des camions qui tournent au ralenti ou des autoradios qui font du bruit, l’application des plaintes pour bruit excessif a tendance à être inégale et inefficace. L’avènement de technologies de capteurs automatisés comme le programme de radar sonore de Paris pourrait changer cela, offrant l’espoir que les villes peuvent développer de nouveaux remèdes pour une plainte urbaine séculaire.

relates to Europe’s Noise Capital Tries to Turn Down the Volume
Paris est en quelque sorte un point chaud à la fois pour la pollution sonore et pour les efforts municipaux pour la contrôler. Les données de l’Agence européenne pour l’environnement montrent que la capitale française est l’une des villes les plus bruyantes d’Europe, avec plus de 5,5 millions de personnes dans la région parisienne exposées au bruit de la circulation routière à 55 décibels ou plus – que l’Organisation mondiale de la santé définit comme le seuil des troubles cardiovasculaires et de l’hypertension artérielle. pression – contre 2,6 millions de personnes à Londres et 1,7 million de personnes à Rome.

Au niveau national, les effets néfastes de la pollution sonore en France, qui comprennent la perte de productivité causée par les troubles du sommeil, coûtent jusqu’à 147 milliards d’euros chaque année, selon une étude du Conseil national du bruit (CNB) et de l’Environnement et Agence de Maîtrise de l’Energie (ADEME). Quelque 25 millions de résidents français ont déclaré que le bruit impactait leur vie ; 432 000 ont déclaré qu’ils prenaient des tranquillisants pour y faire face.

« Le bruit rend les gens malades », déclare Dan Lert, adjoint au maire de Paris. « Ça pourrit la vie des Parisiens. C’est pourquoi nous avons décidé d’agir. »

Lert dirige actuellement le Plan Bruit de la ville, ou plan de bruit, qui vise à atténuer le vacarme. Lors de son premier Plan Bruit, qui s’est déroulé de 2015 à 2020, Paris a mis en place plusieurs mesures dans le cadre de sa lutte contre le bruit : pose de murs anti-bruit sur la moitié de la longueur du périphérique, renforcement des contrôles acoustiques en bordure de route, test d’enrobés innovants à faible bruit et établir des règles qui stipulent que les nouveaux logements doivent avoir au moins une façade « non exposée au bruit ».

L’effort pour calmer Paris complète la campagne plus large visant à rendre Paris plus verte, plus propre et moins dépendante de la voiture, qui comprend une série de restrictions de véhicules dans le centre-ville, la répression des véhicules les plus polluants et une expansion ambitieuse des réseaux cyclables. Ces changements ont réduit le niveau sonore moyen de la ville de deux décibels et réduit le nombre de personnes vivant dans un environnement bruyant (en utilisant la mesure européenne « Lden » d’une moyenne sur 24 heures supérieure à 68 dB) de 231 000 en 2015 à 100 994 en 2021.

Le deuxième Plan Bruit vise à réduire le volume de 37 % supplémentaires entre 2021 et 2026, ciblant à la fois le « bruit environnemental » causé par les transports et l’industrie et le « bruit de voisinage » lié aux activités sociales. En plus des radars sonores, la limite de vitesse dans la majeure partie de la ville a été réduite de 50 kilomètres par heure à 30 km/h. De plus, des frais de stationnement pour motos – actuellement gratuits – seront bientôt introduits et les restrictions seront renforcées sur les chantiers, les livraisons et les voisins bruyants. Même la police de la ville a été invitée à éteindre ses sirènes la nuit.

Mais ces efforts de suppression du bruit ont également suscité une certaine résistance – en particulier de la part des propriétaires de motos, qui ont organisé des manifestations de masse bruyantes à travers Paris en 2021 pour protester contre les nouvelles redevances de stationnement, les limitations de vitesse et d’autres mesures.

Les autorités réagissent à un nombre croissant de recherches qui montrent que la pollution sonore est un tueur pas si silencieux. Selon un rapport de l’OMS de 2018, le bruit est le deuxième plus grand facteur environnemental causant des problèmes de santé après la pollution de l’air, et un rapport de l’ONU en février a déclaré que la pollution sonore urbaine était l’une des « principales menaces environnementales émergentes » au monde. Une étude réalisée en 2019 par l’Agence régionale de santé de Paris et Bruitparif a révélé que le bruit réduisait l’espérance de vie des Parisiens de 10,7 mois.

« Pendant longtemps, le bruit était davantage perçu comme un problème de qualité de vie, mais pas comme un risque pour la santé », explique Fanny Mietlicki, la directrice de Bruitparif. « Mais la réalité est qu’il y a des conséquences massives sur la santé, et de plus en plus de recherches le prouvent. »

Des découvertes récentes amplifient encore les inquiétudes : une analyse de 15 ans en Suisse publiée en janvier a révélé que le bruit des transports est un contributeur majeur aux décès cardiovasculaires et a « des effets commençant en dessous des limites actuelles des directives [de l’OMS] ». Au-delà des menaces les plus évidentes, le bruit a le potentiel d’avoir un impact sur le fonctionnement interne des réseaux de gènes et du microbiote intestinal, selon une étude de 2021. Et des chercheurs de Madrid ont même découvert que le bruit est «une variable environnementale importante… pour l’incidence et la gravité du COVID-19».

Leurs conclusions sont unanimes : il faut faire plus pour lutter contre le bruit. En vertu de la directive de 2002 sur le bruit dans l’environnement de l’Union européenne, les villes de plus de 100 000 habitants doivent publier une carte du bruit tous les cinq ans.

« Déplacez-vous une école et un hôpital loin du bruit, ou déplacez-vous simplement les voitures? »

Mais selon David Rojas-Rueda, professeur à la Colorado State University, ces données doivent être exploitées. « Les données sont cruciales », déclare Rojas-Rueda, qui dirige actuellement un projet d’un an visant à produire une carte du bruit du Colorado. « Si vous ne mesurez pas les choses, vous ne savez pas ce qui se passe. Mais une fois que vous l’avez, vous devez l’utiliser.

Pour lutter contre le bruit, les villes ont opté pour une gamme de réponses réactionnaires ou réglementaires. La ville de New York, par exemple, a limité le moment de la journée où les travaux de construction peuvent être effectués ; Les villes néerlandaises se concentrent sur « l’isolation acoustique » des maisons. Mais Rojas-Rueda pense que l’approche holistique de Paris sera plus efficace à long terme.

« Déplacez-vous une école et un hôpital loin du bruit, ou déplacez-vous simplement les voitures? » dit Rojas-Rueda, qui a participé à une étude qui a révélé que le modèle Superblock de Barcelone des zones piétonnes d’abord a conduit à des réductions importantes de la pollution atmosphérique et sonore. « Il est logique d’améliorer l’habitabilité globale des villes. »

Et en réduisant la pollution sonore, dit-il, il y a un autre avantage clé : les inégalités sont réduites. L’analyse des données américaines a révélé que l’exposition au bruit est plus élevée dans les zones avec des proportions plus élevées de résidents non blancs et à faible revenu. Le Plan Bruit de Paris reconnaît ces « inégalités environnementales, sociales et territoriales de santé »

« Les ménages les plus pauvres souffrent le plus », déclare Lert.

La terne rue d’Avron, artère majeure d’un quartier populaire, correspond tout à fait à cette description : c’est un monde loin du faste des Champs-Élysées.

« Toute la journée, c’est trop fort », raconte Felix Westphal, 33 ans, qui vit dans un appartement qui donne sur la rue. « Des camions bennes. Camionnettes de livraison. Et un klaxon retentit chaque fois que les portes de l’enceinte de l’autre côté de la route s’ouvrent – toute la nuit.

Cependant, certains bruits typiquement parisiens ne seront probablement pas étouffés de si tôt. Non loin de la rue d’Avron se dresse la place de la Nation, une place historique régulièrement utilisée pour commencer ou terminer des manifestations politiques à Paris. Indépendamment du radar sonore installé à proximité, les habitants suggèrent que la tradition française chérie de protestation à pleine gorge restera intacte.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles