23 C
France
vendredi, décembre 9, 2022

s'abonner

Des défenseurs des droits humains de Russie, d’Ukraine et de Biélorussie se partagent le prix Nobel de la paix

Des groupes de défense des droits de l’homme de Russie et d’Ukraine – Memorial et le Centre pour les libertés civiles – ont remporté le Prix Nobel de la paix pour 2022, avec l’avocat biélorusse emprisonné Ales Bialiatski.

Les nouveaux lauréats ont été honorés pour « un effort exceptionnel pour documenter les crimes de guerre, les violations des droits de l’homme et les abus de pouvoir » dans leurs pays respectifs. « Ils ont promu pendant de nombreuses années le droit de critiquer le pouvoir et de protéger les droits fondamentaux des citoyens », a déclaré le Comité Nobel norvégien.

Leur victoire intervient sept mois après que la Russie a mené une guerre à grande échelle contre l’Ukraine, avec l’aide de la Biélorussie. Ce conflit en cours pesait lourdement sur le prix de cette année, et il avait été supposé que le comité chercherait à rendre hommage aux militants des pays touchés.

Le groupe ukrainien, Center for Civil Liberties, s’est « engagé dans des efforts pour identifier et documenter les crimes de guerre russes contre la population civile ukrainienne » depuis le lancement de l’invasion en février, a indiqué le comité.

« En collaboration avec des partenaires internationaux, le centre joue un rôle de pionnier en vue de tenir les coupables responsables de leurs crimes.

Memorial a été fondé en 1987 et, après la chute de l’Union soviétique, est devenu l’un des plus importants organismes de surveillance des droits de l’homme en Russie. Il a travaillé pour exposer les abus et les atrocités de l’ère stalinienne.

 

Le groupe a été fermé par les tribunaux russes au cours de l’année écoulée, portant un coup dur au paysage des droits civiques du pays.

Bialiatski, quant à lui, a documenté les violations des droits humains en Biélorussie depuis les années 1980. Il a fondé l’organisation Viasna, ou Printemps, en 1996 après un référendum qui a consolidé les pouvoirs autoritaires du président et proche allié de la Russie Alexandre Loukachenko.

Le militant a été arrêté en 2020 au milieu de manifestations généralisées contre le régime de Loukachenko. « Il est toujours détenu sans jugement. Malgré d’énormes difficultés personnelles, M. Bialiatski n’a pas cédé d’un pouce dans son combat pour les droits de l’homme et la démocratie en Biélorussie », a déclaré la commission.

Ales Bialiatski speaking at the European Parliament headquarters in Strasbourg in 2014.

“Cette année, nous étions dans une situation de guerre en Europe, ce qui était très inhabituel, mais aussi face à une guerre qui a un effet global sur les gens du monde entier », a déclaré aux journalistes Berit Reiss-Andersen, présidente du comité.

Reiss-Andersen a déclaré que le prix n’était pas destiné à envoyer un message au président russe Vladimir Poutine ou à toute autre personne. Mais elle a ajouté qu’il représente « un gouvernement autoritaire qui réprime les militants des droits de l’homme ».

Les trois gagnants se partageront le prix en argent de 10 000 000 couronnes suédoises (900 000 $). Les prix Nobel seront officiellement décernés aux lauréats lors d’une cérémonie le 10 décembre, jour anniversaire de la mort d’Alfred Nobel.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles