Des manifestants irakiens font irruption au Parlement pour dénoncer la nomination du nouveau Premier ministre

0
29

Des centaines de manifestants en colère fidèles au puissant religieux Moqtada al-Sadr ont fait irruption mercredi dans la zone verte fortement protégée de Bagdad, dénonçant la nomination d’un nouveau Premier ministre.

Mohammed Shiya al-Sudani a été officiellement nommé lundi à la tête du pays par le Cadre de coordination, la plus grande alliance chiite au parlement irakien.

Sa nomination fait suite à la démission massive du bloc parlementaire d’al-Sadr, un groupe de plus de 70 législateurs qui s’est retiré de l’organe directeur le mois dernier dans une apparente démonstration de force après des mois d’impasse politique.

L’Irak a du mal à former un nouveau gouvernement depuis les élections parlementaires d’octobre ; Les propres tentatives de Sadr pour former un gouvernement ont déjà échoué au milieu de l’opposition de blocs rivaux.

« Si le bloc sadriste restant [au parlement] est un obstacle à la formation du gouvernement, alors tous les législateurs du bloc sont honorablement prêts à démissionner du parlement », a déclaré Sadr dans un discours télévisé en juin.

Le religieux, qui se positionne à la fois contre l’Iran et les États-Unis, est immensément populaire. Le succès de son bloc lors du vote d’octobre a menacé d’écarter les blocs chiites alignés sur l’Iran qui ont longtemps dominé la politique du pays riche en pétrole.

Mercredi, al-Sadr a déclaré aux manifestants devant le bâtiment du Parlement que leur « message » avait été reçu et qu’ils devaient rentrer chez eux.

« Une révolution de réforme et de rejet de l’injustice et de la corruption. Votre message a été reçu. Vous avez terrifié les corrompus. Priez et rentrez chez vous en toute sécurité », a-t-il tweeté.

Le gouvernement sortant du Premier ministre Mustafa al-Kadhimi a également publié une déclaration appelant les manifestants sadristes à « se retirer immédiatement de la zone verte », à préserver les propriétés publiques et privées et à se conformer aux instructions des forces de sécurité.

« Les forces de sécurité s’engageront à protéger les institutions de l’État et les missions internationales, et à prévenir toute perturbation de la sécurité et de l’ordre », a ajouté al-Kadhimi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here