Douches froides et pas de lumière : comment une ville allemande mène la bataille énergétique de la Russie

0
53

La ville allemande de Hanovre a interdit l’eau chaude dans les bâtiments publics et a introduit des mesures pour réduire la consommation de chauffage et d’énergie alors que l’Europe est confrontée à une crise potentielle du gaz naturel cet hiver.

« Chaque kilowattheure économisé sauve les réservoirs de stockage de gaz », a déclaré mercredi la mairie dans un communiqué.
C’est la première ville d’Allemagne à passer aux douches froides dans les bâtiments publics, rendant l’eau chaude indisponible pour le lavage des mains et d’autres utilisations dans les installations gouvernementales, les gymnases et les piscines.

La ville, située dans le nord-ouest du pays, réduira également le chauffage dans les bâtiments publics et cessera d’éclairer les bâtiments publics le soir. Hanovre éteindra également les fontaines publiques.

« L’objectif est de réduire notre consommation d’énergie de 15% », a déclaré le maire Belit Onay. « Il s’agit d’une réponse à la pénurie de gaz imminente, qui est un grand défi pour les municipalités, en particulier pour une grande ville comme Hanovre. »
« La situation est imprévisible, comme l’ont montré ces derniers jours », a-t-il ajouté. « Néanmoins, la capitale de l’Etat essaie de se préparer du mieux qu’elle peut. »

Dans toute l’Union européenne, les États membres s’efforcent d’économiser du gaz et de le stocker pour l’hiver, et mardi, les ministres de l’énergie ont convenu en principe de réduire la consommation de gaz de 15 % d’août à mars. Le bloc a tenté de réduire rapidement ses importations de gaz russe depuis que Moscou a envahi l’Ukraine fin février, et s’est engagé à rompre complètement sa dépendance d’ici 2027.

L’Allemagne, la plus grande économie du bloc, s’est historiquement appuyée sur le gaz russe pour alimenter ses foyers et ses entreprises. Le pays a réussi à réduire la part de Moscou dans ses importations de gaz à 35 % contre 55 % depuis le début de la guerre.
Le mois dernier, le géant russe de l’énergie, Gazprom, a réduit de 60 % les débits du gazoduc Nord Stream 1, accusant l’Occident de retenir des équipements vitaux en raison des sanctions.

Cette décision a incité l’Allemagne à déclarer une « crise du gaz » et à activer la deuxième phase de son programme d’urgence pour le gaz en trois étapes, la rapprochant un peu plus du rationnement de l’approvisionnement de l’industrie.
Plus tôt cette semaine, Gazprom a de nouveau réduit les livraisons via le pipeline à seulement 20% de sa capacité, citant des travaux de maintenance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here