28 C
France
jeudi, décembre 8, 2022

s'abonner

Giorgia Meloni: le nouveau leader italien arrive à un moment critique pour l’Europe

Du désert politique à la pole position pour devenir la première femme Premier ministre d’Italie, c’est le moment que Giorgia Meloni attend toute sa vie politique, depuis qu’elle a commencé comme militante adolescente d’extrême droite dans un quartier populaire de Rome.

Une greffeuse dure et une politicienne rusée, elle a présenté deux visages lors de la campagne électorale de cette élection.

Ses tons tranchants et ardents, d’une part, et une personnalité plus mesurée et conservatrice, d’autre part. Elle espérait que cela attirerait un vote plus général. Le pari est réussi. Elle se dirige vers le Palazzo Chigi – la résidence du Premier ministre. Un véritable rêve devenu réalité.

Mais pas pour tout le monde. Des millions d’Italiens n’ont pas voté pour elle. Ils disent ne pas se reconnaître dans ses propositions nationalistes et protectionnistes, sa rhétorique anti-immigration et ses mœurs familiales conservatrices.

Pour l’UE, c’est un scénario cauchemardesque.

Le nationalisme ardent de Giorgia Meloni inquiète Bruxelles. L’Italie est la troisième économie du bloc et l’un de ses membres fondateurs. Mme Meloni est profondément eurosceptique dans l’âme. Au cours de la campagne électorale, elle a souvent évoqué le fait que l’Italie était opprimée par les membres les plus grands et les plus riches de l’UE. Et bien qu’elle évite d’appeler l’Italie à quitter l’euro ou l’Union européenne, elle devrait faire équipe avec des membres considérés par Bruxelles comme « problématiques » – la Hongrie et la Pologne – en particulier en matière de migration.

 

 

« Mais Bruxelles ne devrait pas paniquer », m’a dit Nicoletta Pirozzi de l’Institut des relations internationales de Rome. Elle décrit Mme Meloni comme une pragmatique politique, qui a mesuré l’importance de l’argent de l’UE, en particulier les fonds Covid-19 très attendus et considérables, conçus pour aider à stimuler les économies des États membres après la pandémie.

Mais la discipline budgétaire pourrait certainement être un point d’éclair avec Bruxelles. L’Italie est l’une des nations les plus endettées d’Europe, mais les promesses de bien-être de Giorgia Meloni sont considérables. Ils incluent davantage de soutien pour les personnes handicapées, pour la garde des enfants, pour les retraités et pour les femmes italiennes. Sa tentative, dit-elle, est de les encourager à avoir plus de bébés et de réduire le nombre de travailleurs immigrés en Italie.

Ces promesses représentent beaucoup d’argent. Tout comme sa promesse favorable aux entreprises d’un impôt forfaitaire. Réaliste ou non, sur le papier, cela signifierait moins de revenus du gouvernement pour jouer avec – et beaucoup de pression pour emprunter davantage.

 

La victoire électorale de Giorgia Meloni intervient à un moment critique pour l’Europe, avec le retour de la guerre sur le continent. Les sanctions contre la Russie font monter les pressions inflationnistes. Et Mme Meloni sait que les principales préoccupations des Italiens sont la crise aiguë du coût de la vie et la montée en flèche des coûts de l’énergie. L’Italie a été particulièrement touchée car elle dépendait tellement de la Russie pour le gaz.

Les alliés de l’OTAN craignent que la montée de la pression publique italienne sur ce qui devrait être un hiver difficile ne persuade Giorgia Meloni de renoncer aux sanctions et à une ligne dure contre Moscou suite à son invasion de l’Ukraine. Pour ajouter à la complexité ici, ses partenaires de coalition choisis pour gouverner – le magnat Silvio Berlusconi et le populiste anti-immigration Matteo Salvini ont des liens historiques avec Vladmir Poutine. Mme Meloni, d’autre part, aime se considérer comme une atlantiste – quelqu’un qui aligne son soutien sur l’Europe occidentale et les États-Unis.

Lorsque nous avons visité Garbatella, le quartier de Rome orné de graffitis et où elle a grandi et s’est lancée dans la politique, les clients d’un café local étaient réticents à dire s’ils avaient voté pour leur ancien voisin. Mais toutes les personnes à qui nous avons parlé espéraient qu’elle honorerait sa promesse d’inverser la fortune chancelante de l’Italie.

Alessandro Cesaroni

Le barista plus grand que nature, Alessandro Cesaroni, m’a dit que lui et « La Meloni » avaient le même âge (45 ans), bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés. De toute évidence, rit-il, ils avaient pris des chemins très différents dans la vie. « Moi, je suis un garçon du quartier, alors qu’elle prend le plus haut poste en politique ! »

Il a été impressionné, dit-il, par son style politique.

« Meloni vient sur les places des villes, dans des petits endroits comme celui-ci. Elle sait parler aux travailleurs ordinaires. Elle ne prêche pas comme d’autres depuis une chaire. Nous ne pouvons qu’espérer qu’elle tiendra sa promesse de remettre l’Italie sur pied. »

Paula Cesaroni

L’UE a aussi ses doigts (métaphoriques) croisés. Qu’un front nationaliste de droite ne se construit pas en Europe.

Giorgia Meloni sera le gouvernement italien le plus à droite depuis la Seconde Guerre mondiale. Et l’élection en Italie fait suite à un vote en Suède, qui a vu les démocrates suédois – avec ses racines dans le néonazisme – devenir le deuxième plus grand parti du pays.

Cet été, le Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen a réalisé une performance spectaculaire lors des élections législatives françaises. Et, comme mentionné ci-dessus, l’UE est déjà aux prises avec ce qu’elle appelle des « problèmes d’État de droit » avec les gouvernements nationalistes de Pologne et de Hongrie.

 

Une bataille que les enthousiastes de l’UE semblent avoir déjà perdue est le rêve d’une union politique toujours plus étroite entre les États membres. Peu de pays de l’UE y souscriraient de nos jours, quelle que soit la tendance politique de leur gouvernement.

Qu’il s’agisse du Français Macron, de l’Allemand Scholz ou du Néerlandais Mark Rutte, l’attitude qui prévaut chez la plupart peut se résumer ainsi : unissons-nous lorsque cela est mutuellement bénéfique, comme l’achat de vaccins pendant la pandémie, mais oublions de trop mettre en commun notre souveraineté, merci tu.

Et en ce sens, Giorgia Meloni s’intégrera parfaitement.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles