Guerre d’Ukraine : des fuites au Pentagone révèlent des querelles russes sur le nombre de morts

0
1746

Des documents américains divulgués ont révélé que des désaccords au sein de l’appareil de sécurité russe avaient conduit le ministère de la Défense à être accusé de sous-estimer le nombre de victimes de la guerre en Ukraine.

La Russie a très peu parlé publiquement de l’ampleur de ses morts à la guerre.

Mais les dossiers montrent que le service de sécurité du FSB a affirmé que les responsables ne comptaient pas les morts de la Garde nationale russe, des mercenaires Wagner et autres.

La Russie a déjà averti que les fuites pourraient être fausses, délibérément rejetées par les États-Unis.

Cependant, le détail corrobore ce qui était déjà largement connu : que les groupes militaires et de sécurité russes ont eu de fréquents désaccords sur la gestion de la guerre en Ukraine et que la Russie a évité de publier le nombre de morts et de blessés.

Le calcul du FSB de près de 110 000 victimes en février est encore bien inférieur aux chiffres de cette semaine dans des documents américains précédemment divulgués, qui estimaient les pertes russes entre 189 500 et 223 000 victimes, avec 35 500 à 43 000 hommes tués au combat.

Le chiffre officiel le plus récent de la Russie remonte à septembre de l’année dernière, lorsque la mort de 5 937 militaires a été confirmée.

Le même document indique que la sous-déclaration des victimes au sein du système met en évidence la « réticence persistante » de l’armée à transmettre de mauvaises nouvelles à la chaîne de commandement.

Les commentateurs ont souvent suggéré que le président Vladimir Poutine a été protégé de l’étendue des pertes de la Russie sur le champ de bataille, et cette évaluation semble être confirmée par ces interceptions de communications, étiquetées « SI » ou Special Intelligence.

Un autre document divulgué classé top secret fait référence à une « guerre de l’information » entre le ministère de la Défense et le patron mercenaire de Wagner Yevgeny Prigozhin en février.

Prigozhin a accusé à plusieurs reprises l’armée d’avoir interrompu l’approvisionnement en munitions alors que ses hommes se battaient pour capturer Bakhmut dans l’est de l’Ukraine.

La fuite cite des responsables du ministère suggérant qu’ils trouvent « des alliés de statut égal pour combattre Prigozhin plutôt que de le faire eux-mêmes ».

Fait révélateur, l’évaluation de la fuite affirme que les pertes importantes subies par la Garde nationale russe, ou Rosgvardia, « entraveront probablement les tentatives de Moscou de sécuriser pleinement tous ses territoires annexés ».

Les troupes de Rosgvardia ont pris part aux combats et ont aidé à organiser les référendums truqués de la Russie qui ont conduit M. Poutine à annexer quatre régions ukrainiennes en septembre dernier.

On sait peu de choses sur l’identité du bailleur, mais le Washington Post a rapporté qu’il était un passionné d’armes à feu dans la vingtaine qui travaillait sur une base militaire américaine.

Selon le Post, le bailleur a transcrit puis tapé le contenu de documents classifiés qu’il avait vus sur la base, puis a publié des photos des documents eux-mêmes.

Parmi les pages de documents photographiés, l’une montre une évaluation américaine de la « campagne d’usure » de la Russie dans la région orientale du Donbass en Ukraine. Il indique qu’à moins d’une « récupération imprévue » des forces russes, l’Ukraine sera en mesure de contrecarrer les objectifs de guerre de Moscou « entraînant une guerre prolongée au-delà de 2023 ».

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a laissé entendre que les États-Unis auraient délibérément jeté les documents.

En tant que « partie au conflit », il a fait valoir que Washington avait peut-être cherché à « induire en erreur l’ennemi, c’est-à-dire la Fédération de Russie ».

Cependant, une autre fuite intrigante cite la Direction principale des opérations russes saluant une opération réussie début février visant à convaincre les services de renseignement ukrainiens d’une potentielle offensive conjointe russo-biélorusse depuis la Biélorussie.

Alors que la campagne militaire de la Russie dans l’Est s’enlisait à l’approche de l’anniversaire de la guerre, des informations faisaient état d’un renforcement de l’armée russe en Biélorussie dans le but de relancer son invasion ratée depuis le territoire biélorusse l’année précédente.

Kiev a été contraint de déplacer des troupes pour défendre la zone contre une éventuelle attaque, les détournant des lignes de front à l’est et au sud.

Le document divulgué cite un responsable de la Direction recommandant deux autres phases d’activité en mars « pour tromper davantage les forces ukrainiennes ». La fuite indique clairement que les plans étaient envoyés au chef militaire biélorusse pour approbation.

 

Source: www.bbc.com