23 C
France
vendredi, décembre 9, 2022

s'abonner

Israël satisfait de la proposition américaine sur sa frontière maritime avec le Liban

Israël a salué une proposition américaine visant à résoudre le différend frontalier maritime du pays avec le Liban, créant un nouvel élan vers un accord entre deux nations encore techniquement en guerre.

Le projet d’accord présenté par l’envoyé américain Amos Hochstein vise à régler les revendications concurrentes sur les gisements de gaz offshore et a été remis aux responsables libanais et israéliens ce week-end.

Les autorités libanaises, qui ont confirmé avoir reçu les conditions, se sont engagées à fournir une réponse « le plus rapidement possible », suite à une vague d’annonces récentes de Beyrouth selon lesquelles un accord avec Israël était proche.

Le Premier ministre israélien Yair Lapid a déclaré dimanche à son cabinet que la proposition américaine « renforce la sécurité et l’économie d’Israël ».

Son gouvernement était en train de « discuter des derniers détails, il n’est donc pas encore possible de faire l’éloge d’un accord conclu », a déclaré Lapid.

« Cependant, comme nous l’avons demandé depuis le début, la proposition protège pleinement les intérêts sécuritaires et diplomatiques d’Israël, ainsi que nos intérêts économiques. »

 

Le Liban et Israël n’ont pas de relations diplomatiques et leur frontière terrestre est surveillée par les Nations Unies.

Ils ont rouvert les négociations sur leur frontière maritime en 2020, mais le processus a été bloqué par la demande du Liban que la carte utilisée par l’ONU dans les pourparlers soit modifiée.

Les progrès ont repris après que le Liban a semblé modifier sa position, en particulier concernant le champ de gaz naturel de Karish, qu’Israël revendique comme son territoire et non ouvert à la négociation.

Le chef du puissant mouvement chiite libanais Hezbollah, Hasan Nasrallah, avait menacé Israël d’attaques s’il commençait à produire à Karish.

Mais Nasrallah a qualifié samedi la proposition américaine de « pas très important ».

« Annonces irresponsables »

Lapid a déclaré qu’Israël recherchait un accord avec le Liban « depuis plus d’une décennie ».

Il a ajouté que son gouvernement « ne s’oppose pas au développement d’un champ gazier libanais supplémentaire, dont nous recevrons bien sûr la part que nous méritons » – une référence apparente au champ de Qana, qui pourrait être soumis à un mécanisme de partage des revenus dans le cadre de la proposition américaine.

« Un tel champ affaiblirait la dépendance du Liban vis-à-vis de l’Iran, limiterait le Hezbollah et apporterait la stabilité régionale », a déclaré Lapid.

La proposition de Hochstein sera soumise pour approbation finale après un examen juridique, a-t-il déclaré.

Les progrès vers l’accord interviennent avant les élections israéliennes du 1er novembre, son cinquième vote en moins de quatre ans.

L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, un fervent faucon de la politique étrangère cherchant à revenir au pouvoir, a averti que le gouvernement de droite qu’il entend former après le vote pourrait annuler tout pacte. « Si ce stratagème illégal passe, il ne nous obligera pas », a-t-il déclaré.

Netanyahu a accusé Lapid de « donner au Hezbollah un territoire israélien souverain avec un immense gisement de gaz qui appartient » à l’État juif, sans préciser quelles eaux israéliennes, selon lui, sont cédées.

Israël et le Hezbollah ont mené une guerre de 34 jours en 2006. Netanyahu a déclaré que Lapid avait « honteusement capitulé devant les menaces de Nasrallah ».

Lapid a riposté, accusant Netanyahu de faire des « annonces irresponsables » qui sapent les « intérêts de sécurité » d’Israël.

 

« Investir dans notre gaz »

Le ministre de la Défense Benny Gantz, qui aspire également à être élu Premier ministre dans moins d’un mois, a déclaré que les critiques de Netanyahu étaient mal fondées et dangereuses.

« Je suggérerais que Netanyahu… demande une mise à jour ordonnée sur le sujet avant d’alimenter la propagande de Nasrallah, qui a mis en danger et met toujours en danger l’accord », a déclaré Gantz dans un communiqué.

Gantz a également déclaré que l’accord, s’il était finalisé, serait présenté au parlement et relayé au public israélien.

Il n’était pas encore clair si un tel accord nécessiterait l’approbation du parlement, où Lapid n’a pas la majorité.

Le ministère de la Justice a déclaré dimanche soir qu’il examinait toujours l’accord et les questions juridiques qui l’accompagnent.

L’économie libanaise étant de plus en plus en détresse, le Hezbollah s’est engagé à respecter tout ce que Beyrouth acceptera dans les pourparlers indirects.

« Nous soutenons la position libanaise afin de protéger notre droit de délimiter nos frontières maritimes et d’investir dans notre gaz », a déclaré l’Agence nationale de presse libanaise, citant un haut responsable du Hezbollah, Mohammad Raad.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles