25 C
France
mardi, novembre 29, 2022

s'abonner

La Corée du Nord tire un missile après avoir menacé d’une étape « plus féroce »

La Corée du Nord a lancé jeudi un missile balistique à courte portée vers ses eaux orientales, quelques heures après que le Nord a menacé de lancer des réponses militaires « plus féroces » aux États-Unis, renforçant son engagement en matière de sécurité envers ses alliés la Corée du Sud et le Japon.

Le missile tiré depuis la zone côtière nord-est de Wonsan à 10 h 48 a atterri dans les eaux entre la péninsule coréenne et le Japon, selon ses voisins. Après avoir détecté le lancement, les militaires sud-coréens, américains et japonais ont rapidement condamné le lancement qui, selon eux, menace la stabilité dans la région.

Il s’agissait du premier tir de missile balistique de la Corée du Nord en huit jours et du dernier de son barrage de tests de ces derniers mois. La Corée du Nord a précédemment déclaré que certains des tests étaient des simulations d’attaques nucléaires contre des cibles sud-coréennes et américaines. De nombreux experts disent que la Corée du Nord voudrait éventuellement renforcer sa capacité nucléaire pour arracher de plus grandes concessions à ses rivaux.

Plus tôt jeudi, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Choe Son Hui, a averti qu’un récent accord au sommet entre les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon sur le Nord rendrait les tensions sur la péninsule coréenne « plus imprévisibles ».

La déclaration de Choe était la première réponse officielle de la Corée du Nord au sommet trilatéral du président américain Joe Biden avec ses homologues sud-coréen et japonais en marge d’un rassemblement régional dimanche au Cambodge. Dans leur déclaration commune, les trois dirigeants ont fermement condamné les récents essais de missiles de la Corée du Nord et ont convenu de travailler ensemble pour renforcer la dissuasion. Biden a réaffirmé l’engagement des États-Unis à défendre la Corée du Sud et le Japon avec une gamme complète de capacités, y compris ses armes nucléaires.

« Plus les États-Unis sont enthousiastes à l’égard de l' »offre renforcée de dissuasion étendue » à leurs alliés et plus ils intensifient leurs activités militaires provocatrices et bluffantes sur la péninsule coréenne et dans la région, plus la contre-action militaire (de la Corée du Nord) sera féroce. proportionnellement à cela », a déclaré Choe. « Cela constituera une menace plus sérieuse, réaliste et inévitable pour les États-Unis et leurs forces vassales. »

Choe n’a pas dit quelles mesures la Corée du Nord pourrait prendre, mais a déclaré que « les États-Unis seront bien conscients qu’ils jouent, ce qu’ils regretteront certainement ».

Le ministère sud-coréen de la Défense a répondu plus tard jeudi que le but du sommet trilatéral était de coordonner une réponse conjointe pour freiner et dissuader l’avancée des menaces nucléaires et de missiles de la Corée du Nord. Le porte-parole Moon Hong Sik a déclaré aux journalistes que la coopération en matière de sécurité entre Séoul, Washington et Tokyo contribuait à renforcer la dissuasion étendue des États-Unis envers ses alliés.

Le missile nord-coréen lancé jeudi a parcouru environ 240 kilomètres (150 miles) à une altitude maximale de 47 kilomètres (29 miles), ont déclaré les chefs d’état-major interarmées sud-coréens. Il a qualifié le lancement de « grave provocation » qui porte atteinte à la paix et à la sécurité dans la péninsule coréenne.

Le ministère japonais de la Défense a déclaré que les lancements répétés de missiles par la Corée du Nord menaçaient la paix et la sécurité du Japon, de la région et de la société internationale. Le commandement américain du Pacifique a déclaré que le lancement de jeudi « mettait en évidence l’impact déstabilisateur des programmes illégaux d’armes de destruction massive et de missiles balistiques (de la Corée du Nord). »

Après le lancement, les chefs d’état-major interarmées de la Corée du Sud ont déclaré que les militaires sud-coréen et américain avaient organisé plus tôt jeudi des exercices de défense antimissile pour examiner l’état de préparation combiné aux provocations nord-coréennes. Mais les responsables militaires sud-coréens ont refusé de fournir plus de détails sur les exercices, y compris s’ils étaient déjà programmés ou s’ils avaient été organisés après avoir détecté des signes d’un lancement imminent de missiles nord-coréens.

La Corée du Nord a fermement maintenu que ses récentes activités d’essais d’armes sont des contre-mesures militaires légitimes aux exercices militaires américano-sud-coréens, qu’elle considère comme une pratique pour lancer des attaques contre le Nord. Washington et Séoul ont déclaré que leurs exercices étaient de nature défensive.

Au cours des dernières années, l’entraînement militaire annuel entre Séoul et Washington a été réduit ou annulé pour soutenir la diplomatie désormais en sommeil avec la Corée du Nord et se prémunir contre la pandémie de COVID-19. Mais ces derniers mois, les troupes sud-coréennes et américaines ont élargi leurs exercices réguliers et repris l’entraînement trilatéral avec le Japon en réponse aux efforts de la Corée du Nord pour élargir ses arsenaux nucléaires et de missiles.

Dans sa déclaration de jeudi, Choe a déclaré que « les États-Unis et leurs partisans ont organisé des exercices de guerre à grande échelle pour l’agression les uns après les autres, mais ils n’ont pas réussi à contenir la contre-action écrasante de la Corée du Nord ».

On craignait que la Corée du Nord ne procède à son premier essai nucléaire en cinq ans comme prochaine étape majeure vers le renforcement de sa capacité militaire contre les États-Unis et ses alliés.

Des responsables américains et sud-coréens ont déclaré que la Corée du Nord avait terminé les préparatifs pour effectuer une explosion nucléaire dans son installation d’essais à distance dans le nord-est. Certains experts affirment que le test, s’il était effectué, serait destiné à développer des ogives nucléaires à placer sur des missiles à courte portée capables de toucher des cibles clés en Corée du Sud, telles que des bases militaires américaines.

Le lancement de jeudi est intervenu un jour après que les membres du Groupe des 20 principales économies ont terminé leur sommet en Indonésie. Le sommet a été largement éclipsé par d’autres questions comme la guerre de la Russie contre l’Ukraine, mais Biden et le président sud-coréen Yoon Suk Yeol ont profité de leurs réunions bilatérales avec le président chinois Xi Jinping pour soulever la question de la Corée du Nord. Les deux hommes ont eu un sommet trilatéral avec le Premier ministre japonais Fumio Kishida et ont discuté de la Corée du Nord avant de se rendre en Indonésie pour le sommet du G-20.

Dans leurs entretiens bilatéraux respectifs avec Xi, Biden a noté que tous les membres de la communauté internationale avaient intérêt à encourager la Corée du Nord à agir de manière responsable, tandis que Yoon a appelé la Chine à jouer un rôle plus actif et constructif dans la lutte contre les menaces nucléaires nord-coréennes.

La Chine, dernier allié majeur du Nord et plus grande source d’aide, est soupçonnée d’éviter d’appliquer pleinement les sanctions des Nations Unies contre la Corée du Nord et d’envoyer une aide clandestine au Nord pour aider son voisin appauvri à rester à flot et à continuer de servir de rempart contre les influences américaines sur la péninsule coréenne.

 

Source:

  1. Associated Press
  2. Getty images

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles