La fille trans d’Elon Musk demande à changer de nom, elle ne « souhaite plus être liée » à lui

0
285

Elon Musk, l’homme le plus riche du monde, a acheté ou proposé d’acheter beaucoup de grosses choses bizarres, y compris Twitter et un cheval pour l’hôtesse de l’air à qui il aurait montré son pénis et proposé des relations sexuelles en 2016. Mais comme les Beatles l’ont chanté : L’argent ne peut pas vous acheter l’amour.

TMZ rapporte que la fille trans d’Elon Musk, née Xavier Musk, a eu 18 ans et a déposé des documents au tribunal du comté de L.A. pour changer son nom en Vivian Jenna Wilson, citant « l’identité de genre et le fait que je ne vis plus ou ne souhaite plus être lié à mon père biologique de quelque manière que ce soit, forme ou forme.

Musk a affirmé dans le passé soutenir les droits LGBTQ+, mais tweete également des conneries grossièrement offensantes comme celle-ci à propos de personnes annonçant leurs pronoms :

Image

Ironiquement, le shitposter chronique et père de sept enfants a récemment averti que les gens devaient commencer à avoir plus de bébés, sinon « la civilisation va s’effondrer ». Peu importe que d’anciens employés de Tesla prétendent qu’ils ont été licenciés parce qu’ils étaient enceintes ou qu’ils avaient pris un congé de maternité, qu’Elon a nommé son dernier bébé une équation mathématique et a admis qu’il n’aide pas vraiment à prendre soin de lui, et maintenant que sa propre fille veut laisser tomber son nom de famille et se dissocier entièrement de lui.

TMZ rapporte que « ni Elon ni Vivian n’ont encore rien dit publiquement sur leur relation ou sa transition ». Et Vivian n’a pas précisé exactement ce qu’elle déteste tant chez son père. Mais comme l’a écrit Kylie Cheung de Jezebel, Musk achète littéralement Twitter dans le but de créer le genre de trolls d’extrême droite qui ne croient pas que sa fille trans devrait avoir le droit d’exister.

Musk a souvent cité le respect de la « liberté d’expression » comme raison de son intérêt pour Twitter, malgré la réalité évidente que la dernière obsession de l’homme de 50 ans est très enracinée dans une sorte de triste crise de la quarantaine. Mais sa promesse de favoriser une expression plus libre sur la plate-forme est néanmoins plus qu’un peu préoccupante : pour Very Online, des provocateurs libertaires tels que Musk, la « liberté d’expression » fait souvent référence au harcèlement incontrôlé des femmes, des personnes LGBTQ et des personnes de couleur, et les trolls débattent de leurs droits humains pour se sentir intelligents. Sous la direction de Musk, l’usine de Tesla fait face à un certain nombre de poursuites pour racisme rampant « rappelant Jim Crow », ainsi que pour harcèlement sexuel endémique et même agression.

L’audience de Vivian est prévue pour vendredi, et nous lui souhaitons tout le meilleur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here