27 C
France
samedi, avril 13, 2024

s'abonner

La France défie la Russie en tant que deuxième exportateur d’armes derrière les États-Unis

La France conteste la position de la Russie en tant que deuxième exportateur mondial d’armes derrière les États-Unis, tandis que la part de la Grande-Bretagne sur le marché mondial a diminué, selon une analyse.

Une forte augmentation des ventes et des commandes futures d’armes aux pays d’Asie, d’Océanie et du Moyen-Orient au cours des cinq dernières années suggère que les fournisseurs français pourraient dépasser leurs rivaux russes d’ici une décennie.

La part de la France dans les exportations mondiales de défense s’est élevée à 11 % sur la période 2018-22, contre 7,1 % en 2013-17, soit une augmentation de 44 %. L’Inde, le Qatar et l’Égypte étaient les plus gros clients.

Dans le même temps, la part de la Russie dans les exportations mondiales d’armes a chuté de 31 %, passant de près d’un quart de toutes les ventes (22 %) au cours des cinq années précédant 2017 à 16 % au cours des cinq dernières années.

L’effondrement des exportations russes s’est produit au cours des trois dernières années, les ventes à la Chine et à l’Égypte, deux de ses plus grands marchés, étant sous pression, selon une analyse de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri).

Le statut de quasi-paria de la Russie parmi certains pays avant et après son invasion totale de l’Ukraine en février de l’année dernière semble avoir été un frein majeur aux exportations, ainsi que l’autosuffisance croissante de la Chine.

« Il est probable que les volumes de commandes en provenance de ces deux États vont diminuer dans les années à venir », estiment les auteurs du rapport du Sipri, intitulé Trends in International Arms Transfers. « L’Égypte, par exemple, a annulé une importante commande d’avions de combat en 2022, probablement en raison de la pression des États-Unis, et la Chine devient moins dépendante des importations russes à mesure qu’elle accélère la production nationale d’armes majeures avancées.

« Le faible volume de livraisons en attente d’armes majeures en provenance de Russie indique que ses exportations d’armes devraient continuer à baisser dans les années à venir. »

Le rapport ajoute : « Les avions de combat et les hélicoptères de combat font partie des principales exportations d’armes de la Russie depuis 1992. Elle en a livré un total de 328 en 2018-22, ce qui représentait 40 % des exportations d’armes russes au cours de la période.

«À la fin de 2022, il n’avait des livraisons en attente que pour 84 avions de combat et hélicoptères de combat. L’invasion de l’Ukraine par la Russie mettra probablement des contraintes supplémentaires sur la capacité de la Russie à exporter des armes, car elle est susceptible de donner la priorité à la production d’armes pour sa propre armée par rapport à celles destinées à l’exportation.

La Russie est le deuxième exportateur d’armes au monde depuis au moins trois décennies, la vente d’hélicoptères et d’avions de combat étant le pilier de son industrie de défense.

Pieter Wezeman, chercheur principal au Sipri et l’un des auteurs du rapport, a déclaré que la France pourrait aller de l’avant, compte tenu de l’activisme de l’État français dans l’expansion de son secteur de la défense et de l’impact des sanctions occidentales et des efforts diplomatiques sur la Russie après l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine. .

Wezeman a déclaré : « La France a connu une forte augmentation des exportations d’armes en termes de livraisons. Dans le même temps, l’industrie française de l’armement, soutenue par le gouvernement français, a réussi à signer davantage de gros contrats d’exportation d’armes, avec des livraisons prévues dans les années à venir.

« La France a considérablement plus d’armes majeures en commande pour l’exportation que la Russie, ce qui suggère qu’il est possible qu’au cours de la prochaine décennie, les exportations d’armes françaises soient du même ordre de grandeur, voire plus importantes que celles de la Russie. »

Le secteur de la défense du Royaume-Uni n’a pas réussi à conclure des accords avec des partenaires clés tels que l’Arabie saoudite ces dernières années, ce qui a entraîné une contraction de ses exportations d’armes de plus d’un tiers (35 %), réduisant la part mondiale des exportations d’armes du pays de 4,7 % entre 2013 et 2017. à seulement 3,2 % en 2018-22.

Wezeman a déclaré: «L’Arabie saoudite avait été le plus grand destinataire d’armes britanniques au cours des deux périodes quinquennales précédentes, avant 2018-2022, mais très peu de commandes saoudiennes d’armes majeures en provenance du Royaume-Uni sont actuellement en place.

«En 2020, on parlait encore de plans pour une commande de 48 avions de combat Typhoon, mais cet accord semble avoir calé dans les années qui ont suivi.

Les cinq plus grands exportateurs de défense sont les États-Unis, la Russie, la France, la Chine et l’Allemagne, qui représentent plus des trois quarts (76 %) de toutes les exportations d’armes.

Les États-Unis restent la superpuissance mondiale des ventes d’armes – et s’appuient sur leur rôle. Ses exportations ont augmenté de 14 % en 2013-17 et 2018-22 et sa part des exportations mondiales totales d’armes est passée de 33 % à 40 %.

Un peu moins de la moitié de ces exportations (41 %) sont allées au Moyen-Orient, mais les États-Unis ont livré des armes majeures à 103 États au cours des cinq dernières années, soit presque autant que les deux principaux exportateurs suivants réunis.

L’Ukraine est devenue un important importateur d’armes en 2018-22. C’était le 14e plus grand importateur d’armes au monde au cours de la période et le troisième en 2022. Les cinq plus grands importateurs d’armes en 2018-22 étaient l’Inde, l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Australie et la Chine.

 

Source: www.theguardian.com

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles