La lutte historique contre l’inflation en Europe commence maintenant

0
59

La Banque centrale européenne est sur le point de relever ses taux d’intérêt pour la première fois en 11 ans alors qu’elle tente de contenir l’inflation record alimentée par la flambée des prix de l’énergie.

Qu’est-ce qui se passe : La BCE a clairement indiqué qu’elle augmenterait les taux lors de sa réunion de jeudi pour la première fois en 4 032 jours. La seule question est l’ampleur de l’augmentation, qui pourrait atteindre un demi-point de pourcentage.
Les stratèges pensent que la banque centrale devrait s’en tenir à une augmentation plus faible d’un quart de point de pourcentage, pariant que la BCE hésitera à contredire les orientations passées qu’elle a données aux marchés.
Mais ils craignent également qu’une plus petite hausse des taux ne soit une erreur. L’inflation annuelle dans l’Union européenne a bondi à 9,6 % en juin. Il atteint 8,6% pour les 19 pays qui utilisent l’euro.
« Le risque d’une hausse [d’un demi-point] a considérablement augmenté et est presque un tirage au sort », a déclaré James Rossiter, responsable de la stratégie macroéconomique mondiale chez Valeurs Mobilières TD. « C’est le résultat sensé de la réunion, mais cela va à l’encontre des communications récentes. »
Le défi auquel est confrontée la BCE n’est pas seulement le taux d’inflation. C’est aussi que la banque centrale est loin derrière ses pairs. Les taux d’intérêt sont toujours en territoire négatif, ce qui, selon les critiques, aggrave encore la hausse des prix.
Après avoir réduit les taux à zéro au début de la pandémie, la Fed s’est lancée dans une frénésie de hausse des taux depuis mars, augmentant son taux de référence par incréments énormes au cours des derniers mois pour lutter contre l’inflation galopante. Seule la Banque du Japon, qui a maintenu jeudi sa politique ultra-facile, n’a pas bougé.

Mais la BCE est aux prises avec un ensemble de circonstances encore plus difficiles que les autres banques centrales.
La flambée des prix de l’énergie en Europe, exacerbée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, est le principal contributeur à l’inflation galopante. Pourtant, ce qui se passe sur ce front échappe totalement au contrôle de la BCE.
Le russe Gazprom a repris jeudi les expéditions de gaz le long du pipeline crucial Nord Stream 1, apaisant les craintes qu’il ne reviendrait pas en ligne après une période de maintenance programmée.
Cependant, l’inquiétude persiste quant au fait que la Russie pourrait couper le gaz à un moment donné dans le futur en représailles aux sanctions. Les prix du gaz naturel en Europe ont reculé mais restent élevés après avoir atteint leur plus haut niveau depuis mars au début du mois.
L’Italie, la troisième plus grande économie d’Europe, est également en proie à une crise politique qui secoue les marchés boursiers et obligataires du pays.
Le Premier ministre italien Mario Draghi, favori des investisseurs, a présenté jeudi sa démission au président après avoir perdu le soutien de plusieurs partis clés de sa coalition gouvernementale. Cela pourrait conduire à des élections anticipées.
La BCE devrait dévoiler un nouvel outil visant à calmer les marchés obligataires des pays les plus vulnérables de la zone euro comme l’Italie. Il devra cependant choisir ses mots avec soin, car il veut être considéré comme restant au-dessus de la mêlée politique.
Perspectives d’avenir : Les risques de récession en Europe augmentent fortement. Cela pourrait limiter la capacité de la BCE à continuer de relever les taux d’intérêt, ce qui aide à lutter contre l’inflation mais aussi à ralentir l’économie. La banque centrale n’a peut-être pas beaucoup de marge de manœuvre avant d’être forcée de changer de cap.
« Tout ce qui se passe en ce moment limite la possibilité pour la BCE de vraiment augmenter beaucoup », m’a dit Carsten Brzeski, responsable mondial de la macro chez ING.
Tesla n’a pas enregistré de bénéfices record cette fois-ci

Le dernier en date : les blocages causés par la flambée de Covid-19 en Chine ont fait chuter les ventes et les bénéfices d’un trimestre à l’autre. Tesla (TSLA) a déclaré un bénéfice ajusté de 2,6 milliards de dollars au deuxième trimestre, en baisse par rapport aux 3,7 milliards de dollars du premier trimestre, mais 1 milliard de dollars de plus que ce qu’il avait gagné un an plus tôt.
Les revenus de 16,9 milliards de dollars au cours du trimestre ont chuté de 10 % par rapport au premier trimestre, mais ont augmenté de 42 % par rapport à il y a un an.
Les bénéfices ont été meilleurs que les prévisions de Wall Street, tandis que les revenus ont été légèrement inférieurs aux attentes. Les actions sont en hausse de 3% dans les échanges avant commercialisation.
Décomposition : l’usine de l’entreprise à Shanghai a dû arrêter la production pendant la majeure partie du trimestre en raison des fermetures obligatoires dans la ville. Les restrictions à travers la Chine ont également pratiquement stoppé les ventes sur le plus grand marché automobile du monde et perturbé le flux de pièces en provenance des fournisseurs.
Tesla a ouvert une usine au Texas au début du trimestre et une autre en Allemagne fin mars. Mais des problèmes de chaîne d’approvisionnement ont entravé les efforts pour augmenter la production. Le PDG Elon Musk a prédit que les usines d’Austin et de Berlin seraient en mesure de produire 5 000 voitures par semaine au plus tard au début de l’année prochaine.
La question crypto : vous vous souvenez quand Tesla a révélé qu’elle avait acheté 1,5 milliard de dollars en bitcoins en février 2021 ? Il réduit maintenant son exposition.
La société a vendu 75% de ses avoirs en bitcoins, ce qui, selon elle, a ajouté 936 millions de dollars en espèces à son bilan. Musk a déclaré que la vente avait été faite pour collecter des fonds pour aider à faire face à la fermeture de l’usine de Shanghai – et n’est pas un signe que le constructeur automobile change d’avis sur la cryptographie.
« Nous sommes certainement ouverts à l’augmentation de notre bitco dans les avoirs à l’avenir, cela ne devrait donc pas être considéré comme un verdict sur le bitcoin », a-t-il déclaré.

Qu’est-il arrivé aux placements refuges?
Les investisseurs à la recherche de refuges pendant la pire inflation depuis plus de 40 ans n’ont pas de chance.
Alors que les marchés trébuchent sur les craintes que l’économie se dirige vers une récession, les investisseurs individuels recherchent un terrain plus élevé pour protéger leur patrimoine.
Plusieurs couvertures traditionnelles contre l’inflation ont bien fonctionné par le passé : l’or, les fiducies de placement immobilier et les obligations d’État américaines qui compensent les effets de l’inflation, appelées TIPS. Plus récemment, la crypto a été ajoutée à la liste.
Cette fois-ci, les investisseurs rencontrent un problème, rapporte ma collègue de CNN Business, Nicole Goodkind. Depuis début juin, toutes ces haies populaires ont perdu de l’argent. L’or, l’argent, les indices de référence qui suivent les FPI et les TIPS – ainsi que le bitcoin – sont en baisse.
Une partie du problème est que l’inflation est élevée à l’échelle mondiale, ce qui limite les endroits où s’abriter. Un autre problème est la force du dollar américain. Cela nuit à la valeur des matières premières comme l’or, car elles deviennent plus chères à acquérir pour les investisseurs étrangers. La crypto, quant à elle, a vu éclater une bulle spéculative, faisant chuter les prix sur Terre.
Les rendements des TIPS chutent parce qu’ils réagissent à l’évolution prévue de l’inflation dans les années à venir, et non à ce qui se passe actuellement. Les investisseurs croient toujours que la Réserve fédérale sera en mesure de maîtriser l’inflation en augmentant les taux, réduisant ainsi les paris selon lesquels les prix continueront d’augmenter à un rythme aussi rapide sur toute la ligne.
« Les marchés vont toujours évaluer ce qu’ils pensent qui va se passer sur une longue période », a déclaré Tom Graff, responsable des investissements chez Facet Wealth. « Ils ne sont pas idiots : l’inflation monte en flèche en ce moment, mais elle ne va probablement pas durer éternellement. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here