La mission d’Emmanuel Macron pour contrer la Russie en Afrique

0
134

Libreville, Luanda, Brazzaville, Kinshasa – Le président français Emmanuel Macron effectue une tournée éclair des capitales africaines alors qu’il tente de détourner la politique française sur le continent de l’implication militaire.

On peut difficilement lui reprocher d’ignorer l’Afrique – il s’agit de son 18e voyage présidentiel – mais cela intervient à un moment de concurrence toujours plus forte de la Chine et de la Russie, et de ressentiment croissant à l’égard des liens économiques étroits entre la France et son ancien colonial, que certains voient comme une forme d’exploitation continue.

Et il insiste sur le fait qu’il reviendra encore et encore sur un continent qu’il considère comme un partenaire crucial pour l’Europe dans la résolution des grands problèmes mondiaux des décennies à venir.

Bien que l’Ukraine domine inévitablement l’agenda diplomatique international, M. Macron estime que Paris et Bruxelles ne peuvent se permettre de négliger l’Afrique. Elle présente des défis et d’énormes opportunités de développement, avec un dynamisme juvénile qui, selon lui, contribuera énormément à la croissance future de l’Europe.

Le président français est également parfaitement conscient de la façon dont d’autres nations cherchent à étendre leur propre influence au sud du Sahara.

La Russie, dans l’espoir de reconstruire l’influence qu’elle avait perdue depuis les décennies de guerre froide, offre un soutien en matière de sécurité aux gouvernements qui se sentent menacés ou isolés du courant international : des mercenaires de l’entrepreneur militaire lié au Kremlin, Wagner, opèrent désormais au Mali et dans la région centrale. République africaine, où ils ont été accusés d’atteintes aux droits humains.

La Chine est un important bailleur de fonds et constructeur d’infrastructures, bien qu’à des conditions qui, selon M. Macron, pourraient piéger certains pays dans une crise de la dette. La Turquie et l’Inde sont également de plus en plus actives.

Et dans toute la région, le sentiment anti-français populaire est attisé par des messages animés sur les réseaux sociaux auxquels Paris n’a jusqu’à présent trouvé aucune réponse efficace.

J’aime Poutine, je déteste la France : comment les opérations d’information ciblent l’Afrique?
Dans un long discours lundi soir, pour préparer le terrain pour sa dernière tournée, le président a réaffirmé sa propre stratégie pour maintenir un rôle pour la France dans cette arène de plus en plus compétitive. C’était un message adressé à la fois aux Africains et à son propre public national.

Il ne pense pas que les Français devraient essayer d’égaler l’effort de sécurité russe en réétendant leur propre présence militaire pour correspondre à ce que Moscou offre.

En tout cas, ce ne serait guère une option alors que Paris a été contraint de retirer ses troupes du Mali et du Burkina Faso, où les juntes militaires désormais en charge cherchent à se distancer de l’ancienne puissance coloniale dans les deux pays.

Au lieu de cela, il vise à réorienter le soutien français pour se concentrer davantage sur la formation et le soutien technique des forces armées africaines, avec des effectifs réduits et des programmes de collaboration militaire adaptés aux demandes spécifiques de chaque pays.

Et cette semaine, M. Macron est allé plus loin dans cette politique en annonçant que les bases françaises restantes en Afrique – au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Gabon – seraient désormais cogérées et partagées avec les forces des pays hôtes, et même disponibles pour accueillir d’autres partenaires extérieurs si ces gouvernements le souhaitaient. Seule la base de Djibouti, stratégiquement située à l’embouchure de la mer Rouge restera exclusivement française.

Il a souligné que la base d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, est bien placée pour entraîner les troupes des différents États d’Afrique de l’Ouest qui collaborent désormais aux efforts visant à empêcher les groupes djihadistes du Sahel de pousser vers le sud en direction de la côte.

Mais il est aussi soucieux de poursuivre la diversification de l’engagement français sur un canevas beaucoup plus large, touchant la culture, l’histoire, l’immigration, le commerce, le développement ou encore la réforme du franc CFA – une monnaie utilisée par 14 pays et arrimée à l’euro sous garantie. fourni par Paris.

Il y a une opposition croissante à l’utilisation de cette monnaie, que certains considèrent comme une forme de néo-colonialisme, même si ses partisans disent qu’elle contribue à assurer la stabilité financière.

M. Macron a lancé cette approche pour la première fois dans un discours très médiatisé sur l’Afrique en novembre 2017, devant un public d’étudiants dans un amphithéâtre de l’Université de Ouagadougou au Burkina Faso.

Et il l’a poursuivi au cours des cinq dernières années, dans le but de transformer les perceptions des deux côtés.

Les gouvernements précédents à Paris, en particulier dans les années 1990, avaient déjà cherché à s’éloigner de l’ancien réseau de relations spéciales acquises mutuellement complaisantes entre les élites africaines et françaises résumées dans le terme « Françafrique », se déplaçant plutôt vers un soutien plus fort à la démocratie et au développement à la base.

Cependant, M. Macron est allé plus loin dans la confrontation des épisodes douloureux et parfois honteux du passé, en chargeant des historiens de produire des rapports sans ménagement dans leur examen du bilan de la France dans la guerre d’indépendance de l’Algérie et des événements entourant le génocide rwandais de 1994.

Un programme de retour des trésors pillés à l’époque coloniale a déjà vu le retour d’une épée sénégalaise totémique et d’une partie d’un trône royal malgache, tandis que des objets pillés dans le royaume du Dahomey ont été renvoyés au Bénin et des dispositions ont été prises pour le retour d’un tambour ivoirien iconique.

Parallèlement à cet effort de réconciliation avec l’histoire passée, M. Macron a cherché à approfondir les liens culturels et les échanges d’idées d’aujourd’hui. Il a annoncé des programmes pour promouvoir la formation sportive et faciliter l’accès aux visas pour les Africains pour poursuivre des études supérieures en France.

Cependant, l’impact public de ces initiatives, en particulier aux yeux de l’opinion publique africaine, a été largement perdu au cours des années où la dimension la plus importante de l’engagement français a été la lutte militaire contre les groupes militants au Sahel.

La France met un terme à l’opération antijihadiste au Sahel
Une polémique croissante est venue entourer les opérations de la force française Barkhane, finalement retirée du Mali en août dernier. Cela a alimenté une recrudescence du nationalisme populiste dans certains pays et un ressentiment plus généralisé à l’égard de la France dans la majeure partie de l’Afrique occidentale et centrale francophone, en particulier parmi les jeunes urbains.

Après avoir initié un changement vers une approche militaire plus discrète et plus collaborative, M. Macron tente d’utiliser la tournée de quatre pays de cette semaine pour revigorer ce programme plus large de réforme et de changement.

Mais même ce voyage sera assailli par des complications politiques familières.

Des manifestations anti-françaises ont eu lieu en République démocratique du Congo avant sa visite. En outre, les opposants au président gabonais Ali Bongo Ondimba et au président congolais Félix Tshisekedi se sont plaints que la visite de M. Macron pourrait être interprétée comme une ingérence visant à renforcer l’image de ces dirigeants en place en cette année électorale pour les deux pays.

 

Source: www.bbc.com