La musicothérapie avec des percussions!

0
55

 

Lou Farley, conseiller professionnel agréé et membre de l’American Counselling Association, s’entoure également d’instruments à percussion. Farley joue de la batterie depuis plus de 10 ans. Il a reçu à la fois une formation formelle et des leçons privées de percussions et travaille actuellement avec des guérisseurs autochtones dans la région de Laramie, Wyo.,. Farley utilise souvent les percussions pour compléter la thérapie par la parole dans sa pratique privée, à la fois en séances individuelles et en groupe. En fait, Farley affirme que les tambours peuvent être un élément précieux dans les quatre étapes principales de la thérapie (évaluation, planification du traitement, traitement et évaluation du traitement).

Farley a donné un exemple de la façon dont il pourrait utiliser la batterie pour travailler avec un adolescent très résistant. Disons que le jeune garçon a indiqué un penchant pour les percussions. Farley laissait tomber un tambour devant lui et lui demandait de jouer pendant cinq minutes. La façon dont l’enfant joue de la batterie peut révéler une grande partie de son monde intérieur. Si l’enfant joue avec les mains serrées et un rythme régulier et sûr, cela peut suggérer qu’il a peur et qu’il est nerveux et qu’il trouve du réconfort dans l’ordre. Il peut ne pas se sentir à l’aise de prendre les devants. Farley refléterait ensuite ces qualités personnelles au client, et les deux pourraient comprendre comment ces qualités affectent ses relations sociales.

Une intervention possible consiste à demander au client de jouer de la « batterie bâclée » pendant cinq minutes. Farley et l’enfant traiteraient ensuite ce que cela ressentait, Farley encourageant davantage le client à prendre un risque et à se détendre. Ensuite, Farley pourrait jouer de la batterie avec lui, fournissant un petit sens de l’ordre, tout en illustrant au client qu’un manque d’ordre parfait ne signifie pas que son monde va s’effondrer ; lâcher prise est OK. Six mois plus tard, Farley pourrait à nouveau voir comment le client joue de la batterie, en l’utilisant comme test décisif pour l’efficacité du traitement.

GUÉRISON PERCUSSIVE : DE L’INTRAPERSONNEL À L’INTERPERSONNEL
L’efficacité des tambours en tant qu’outil de conseil ne se limite pas aux individus. En fait, les couples et les groupes peuvent également en profiter. C’est précisément ce que Robert Friedman, auteur de The Healing Power of the Drum, trouve dans sa propre pratique. Friedman aide les couples à trouver de nouvelles voies de discussion via le tambour. Selon une interview avec Michelle Cook, Friedman cherche à permettre à ses clients de devenir plus « synchronisés avec leurs rythmes personnels ».

Qu’en est-il de l’utilité de la percussion pour la thérapie de groupe ? La percussion peut être un moyen de communication de groupe, tout comme les cultures tribales l’utilisent depuis des millénaires. En fait, vous pourriez être surpris de voir certaines des populations spécifiques qui bénéficient de cette forme de counseling de groupe. Par exemple, Dalena Watson a découvert que les groupes de thérapie par le tambour pouvaient permettre aux délinquants sexuels de traiter et de réguler des émotions intenses. De même, Vaughn Kaser a découvert que de tels groupes peuvent aider les pédophiles à acquérir une conscience et un contrôle kinesthésiques. La thérapie par le tambour a également amélioré les compétences sociales des groupes d’étudiants et a facilité l’amélioration de la communication, du comportement et de la coopération chez les adolescents en colère.

Mais l’une des applications les plus innovantes de la thérapie par le tambour de groupe s’est produite dans deux centres de santé mentale cliniques à Kansas City, où des patients gravement malades mentaux ont été formés pour devenir des musiciens de scène. Un anthropologue, un travailleur social et deux musiciens professionnels ont lancé un programme de thérapie par le tambour pour un groupe diversifié de patients aux prises avec des troubles graves tels que la maniaco-dépression, la schizophrénie et le trouble de la personnalité multiple. Selon Jeffrey Longhofer et Jerry Floersch, les animateurs ont choisi d’enseigner au groupe la tradition africaine du « Dagbama », qui est polyrythmique et assez différente de tout ce qui existe dans la culture occidentale. Les patients ont été informés tout de suite qu’ils auraient la chance de devenir des musiciens légitimes. Imaginez l’autonomisation qui a accompagné cette assurance !

Le groupe a pratiqué ensemble et, au fil du temps, ils sont devenus plus compétents. Chaque personne avait une part unique dans la production, mais chacun était autorisé à contribuer à un tout significatif. L’inclusion est un facteur de guérison crucial pour les personnes dont les maladies sont si souvent un facteur d’exclusion. Avec le temps, leur estime de soi est montée en flèche et leurs compétences interpersonnelles se sont épanouies. Ils ont acquis à la fois un sentiment d’accomplissement et d’identité au sein d’un groupe.

L’histoire ne s’arrête pas là. Tout au long de la formation musicale, les animateurs avaient prévu de permettre à ces patients d’apporter leurs performances dans la communauté. Et ils l’ont fait. Essentiellement, ces concerts offraient aux patients non seulement une manière significative de contribuer à la société, mais aussi un contexte dans lequel ils pouvaient se réintégrer dans la société qu’ils pourraient un jour rejoindre. En effet, cette expérience a offert une incroyable source d’empowerment pour cette population, tout en offrant peut-être de façon inattendue un chemin viable vers une nouvelle vocation.

Commentez via Facebook