27 C
France
samedi, avril 13, 2024

s'abonner

La police moldave arrête des membres d’un réseau soutenu par la Russie pour un complot de troubles

La police moldave a déclaré avoir déjoué un complot organisé par des groupes d’acteurs soutenus par la Russie qui avaient été formés pour provoquer des troubles de masse lors d’une manifestation contre le nouveau gouvernement pro-occidental du pays.

Le chef de la police moldave, Viorel Cernauteanu, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’un agent infiltré avait infiltré des groupes de « divertisseurs », des citoyens russes, à qui on aurait promis 10 000 dollars pour organiser des « désordres de masse » lors de la manifestation dans la capitale, Chisinau, le dimanche. Sept personnes ont été arrêtées, a-t-il dit.

La manifestation était l’une des nombreuses manifestations organisées ces dernières semaines par un groupe se faisant appeler Mouvement pour le peuple, qui est soutenu par le parti Shor de Moldavie, favorable à la Russie, qui détient six sièges dans la législature de 101 sièges du pays. Des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche à Chișinău, les manifestants critiquant le gouvernement pro-européen pour une forte augmentation du coût de la vie.

Alors que la Russie a réduit l’approvisionnement en gaz de la Moldavie au cours de l’année écoulée, les factures ont été multipliées par six dans le pays de 2,6 millions. La crise énergétique et la guerre dans l’Ukraine voisine ont également contribué à faire grimper l’inflation à 30 %.

Avec l’aide économique de l’Occident, le gouvernement a subventionné les factures d’énergie, mais beaucoup ont encore du mal.

« De quoi pouvons-nous vivre ? » a déclaré Tamara, une manifestante de 70 ans.

Un autre manifestant, Ivan Vasile, 85 ans, a déclaré que sa pension équivalait à 100 £ par mois. « Puis-je me permettre de m’acheter du fromage ? Je ne peux pas », a déclaré Vasile. « Je ne mange qu’un peu plus que du pain. Avant, l’électricité et le gaz étaient moins chers. La démocratie est pour les riches.

Des mois de rassemblements, organisés par le parti de l’oligarque pro-russe en fuite Ilan Shor, ont été condamnés par le gouvernement comme une campagne parrainée par le Kremlin pour déstabiliser le pays. L’oligarque aurait fui en Israël après avoir été reconnu coupable d’avoir participé au vol de 1 milliard de dollars (830 millions de livres sterling) dans les banques moldaves.

Lors des manifestations de dimanche, les dirigeants du parti Shor ont crié « A bas Maia Sandu », la présidente moldave pro-européenne, « A bas la dictature » et « A bas la police » au micro, tout en encourageant les manifestants à briser les cordons de police.

La police a déclaré avoir arrêté 54 manifestants, dont 21 mineurs, qui affichaient un « comportement douteux » ou portaient des objets interdits, dont au moins un couteau.

La police a également déclaré que quatre alertes à la bombe avaient été enregistrées dimanche, dont une à l’aéroport international de la capitale, qu’elle a qualifiées de « partie continue des mesures de déstabilisation » contre la Moldavie.

En tant que voisin de l’Ukraine, la Moldavie se trouve dans une position géopolitique précaire. Environ 1 500 soldats russes sont déjà stationnés dans l’État séparatiste non reconnu de Transnistrie, soutenu par Moscou.

Tout le monde dans la foule n’était pas favorable à la Russie. « Je suis ici pour voir comment les gens sont manipulés », a déclaré Ion Grosu, un retraité. « Ils veulent retourner dans le passé soviétique mais tous les empires meurent. »

A quelques pas de la manifestation antigouvernementale, une dizaine de contre-manifestants ont crié « Shor, va en prison » dans un mégaphone.

« Beaucoup de gens ne comprennent pas que des voleurs veulent arriver au pouvoir », a déclaré Alexandru Melnic, un contre-manifestant de 82 ans. « Pour la première fois en 32 ans [depuis l’indépendance de la Moldavie], nous faisons les premiers pas dans la bonne direction », a-t-il déclaré à propos des ambitions du pays en matière d’intégration à l’UE. La Moldavie a obtenu le statut de candidat à l’UE en juin dernier, aux côtés de l’Ukraine.

Sandu a déclaré le mois dernier que la Russie prévoyait de fournir aux citoyens étrangers une formation militaire, qui agiraient ensuite en tant que manifestants afin de pénétrer dans les institutions de l’État et de prendre des otages. Vendredi, le coordinateur de la communication stratégique du Conseil de sécurité nationale des États-Unis, John Kirby, a mis en garde contre de nouveaux efforts russes pour déstabiliser la Moldavie.

Avant la manifestation de dimanche, le chef de la police moldave, Viorel Cernăuțeanu, a déclaré lors d’une conférence de presse que le FSB, les services secrets russes, prévoyait d’utiliser 10 groupes de cinq à 10 hommes russes et moldaves ayant un casier judiciaire ou une formation sportive pour briser les cordons de police. et déclencher la violence. Mais un agent infiltré moldave a aidé à révéler les plans, a ajouté Cernăuțeanu. Des dizaines ont été arrêtés, dont sept chefs de l’opération.

Un membre présumé du groupe paramilitaire russe Wagner s’est vu refuser l’entrée en Moldavie, selon la police des frontières. Il fait partie des 182 citoyens étrangers qui se sont vu refuser l’accès au pays au cours de la semaine écoulée. Le mois dernier, deux citoyens étrangers ont été expulsés pour espionnage, selon les services de renseignement moldaves.

« J’attire l’attention sur le lien potentiel entre les groupes découverts par la police et le groupe Wagner », a déclaré l’analyste Valeriu Pașa du groupe de réflexion moldave WatchDog. « Le but de la Russie est de provoquer le chaos et le mécontentement. De cette façon, il serait plus facile de renverser le gouvernement actuel de la Moldavie. L’intention de Shor est d’occuper les autorités afin que la réforme de la justice n’aboutisse pas et qu’il n’obtienne pas de condamnation définitive.

 

Source: www.theguardian.com

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles