25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

La police norvégienne arrête un « chercheur brésilien » soupçonné d’espionnage pour la Russie

La police norvégienne a arrêté lundi un universitaire travaillant à l’Université de Tromsø dans le cercle polaire arctique, soupçonné d’espionnage secret pour la Russie, selon la chaîne de télévision publique norvégienne NRK.

La police norvégienne a déclaré à NRK que l’homme, un chercheur de l’université, prétend être un citoyen brésilien, mais ils soupçonnent qu’il pourrait utiliser une fausse identité et pourrait en fait être un citoyen russe.

« Nous avons demandé qu’un chercheur brésilien de l’Université de Tromsø soit expulsé de Norvège car nous pensons qu’il représente une menace pour les intérêts nationaux fondamentaux », a déclaré Hedvig Moe, chef adjoint du service de sécurité de la police norvégienne, s’adressant à NRK.

« Le PST (Service de sécurité de la police norvégienne) s’inquiète d’avoir acquis un réseau et des informations sur la politique norvégienne de la région nord. Même si ce réseau ou les informations recueillies petit à petit ne constituent pas une menace pour la sécurité du royaume, nous craignons que ces informations ne soient utilisées à mauvais escient par la Russie », a ajouté Moe.

CNN a contacté la police pour obtenir des commentaires.

L’agence n’a pas révélé le nom de l’homme mais a déclaré sur son compte Twitter qu’il était soupçonné d’avoir enfreint deux sections du code pénal norvégien, traitant de « renseignements illégaux » qui pourraient « porter atteinte aux intérêts nationaux fondamentaux » et aux « intérêts de sécurité de d’autres États.

PST a déclaré qu’il travaillait en étroite collaboration avec les agences de renseignement d’autres pays alors qu’ils travaillaient sur l’affaire.

Les autorités russes n’ont pas encore commenté l’arrestation, mais dans un e-mail adressé à NRK, l’ambassade de Russie a déclaré qu’elle n’était pas au courant des circonstances de l’affaire et l’a décrite comme faisant partie de la « folie d’espionnage » en Norvège, où « tout ce qui est russe… est suspect ». et ça sent l’espionnage.

Le radiodiffuseur public a déclaré que l’affaire était traitée comme une affaire d’immigration, et l’avocat de l’homme a déclaré qu’il s’opposait à la détention et « n’était pas d’accord avec le fondement de celle-ci ». Il a déclaré avoir reçu « jusqu’à présent très peu d’informations concrètes sur l’affaire ».

En juillet, Richard Moore, le chef du service de renseignement étranger britannique MI6, a déclaré à Jim Sciutto de CNN que depuis que la Russie a envahi l’Ukraine en février, les pays européens ont expulsé « au nord de 400 agents de renseignement russes opérant sous couverture diplomatique » à travers le bloc.

Le pays est sur les nerfs après une série de fuites dans deux gazoducs russes – qui passent tous deux sous la mer Baltique près de la Suède et du Danemark – qui, selon les dirigeants de plusieurs pays, sont probablement le résultat d’un sabotage.

 

Les fuites se sont produites juste avant le lancement cérémoniel du Baltic Pipe transportant du gaz de la Norvège vers la Pologne, pièce maîtresse des efforts de Varsovie pour se diversifier à partir des approvisionnements russes.

En juin, les autorités néerlandaises ont déclaré avoir déjoué une tentative d’un espion russe d’accéder à la Cour pénale internationale (CPI) en se faisant passer pour un stagiaire.

Ils l’ont identifié comme étant Sergey Vladimirovich Cherkasov, un officier du renseignement militaire russe qui s’est rendu en avril aux Pays-Bas pour commencer un stage à la Cour pénale internationale (CPI). De là, il aurait eu un perchoir pour espionner les enquêtes sur les crimes de guerre dans les actions militaires russes en Ukraine et ailleurs, selon des sources.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles