La Russie a besoin de voitures, elle redémarre donc cette marque de l’ère soviétique

0
91

Après que Renault a annoncé cette semaine son départ du marché automobile russe au milieu de la guerre du pays avec l’Ukraine, le maire de Moscou a annoncé que son usine sera utilisée pour redémarrer la défunte marque de voitures Moskvich de l’ère soviétique.

Peu connue en dehors de l’ex-Union soviétique et de ses pays satellites, Moskvich a été fondée vers 1930 et a fonctionné jusqu’en 1991. Comme de nombreuses marques de voitures des pays du bloc communiste, Moskvich a été aux prises avec des problèmes de qualité. La Muskovich 408 des années 1960, qui avait un moteur de 50 chevaux, a même été citée par les responsables soviétiques pour de nombreux défauts, selon le livre « Cars for Comrades » de Lewis Siegelbaum.

L’auteur la décrit simplement comme une « voiture épouvantable ».
Malgré ces problèmes persistants, le gouvernement soviétique a conclu un accord avec le constructeur automobile français Renault, pour moderniser l’usine et augmenter la production à 200 000 voitures d’ici 1975, selon le livre. La production a pris fin lorsque l’Union soviétique s’est dissoute et que des constructeurs automobiles occidentaux, comme Renault, ont emménagé. Une partie d’une ancienne usine de Moskvich a rouvert en 2005 en tant que coentreprise entre Renault et la ville de Moscou.

Renault détenait également une participation majoritaire dans Avtovaz, société mère de la célèbre marque automobile russe Lada. Dans sa déclaration de cette semaine, Renault a déclaré que la participation majoritaire avait été vendue au gouvernement russe, tandis que sa participation majoritaire dans l’usine de Moscou, où les véhicules Renault étaient fabriqués, avait été vendue à la ville de Moscou. Renault a laissé ouverte la possibilité d’un retour sur le marché russe plus tard.

« Le propriétaire étranger a décidé de fermer l’usine Renault de Moscou. C’est son droit, cependant, nous ne pouvons pas permettre à ces plusieurs milliers de travailleurs de se retrouver au chômage », a écrit le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, dans un article de blog, traduit par CNN. Affaires. « Par conséquent, j’ai pris la décision d’enregistrer l’usine comme un atout de la ville et de reprendre la production de voitures particulières sous la marque historique Moskvich. »

« En 2022, nous tournons une nouvelle page de l’histoire de Moskvich », a ajouté Sobianine.
L’entreprise essaiera de garder tous les employés actuels de l’usine qui y travaillent, a écrit le maire. L’usine essaiera également d’obtenir la plupart des pièces des voitures auprès d’entreprises russes. L’usine commencera par produire des voitures à essence conventionnelles mais, à un moment donné, passera à la fabrication de voitures électriques, selon le blog de Sobyanin.

Sobianine n’a toutefois pas précisé quels modèles de véhicules seraient construits sous le nom de Moskvich dans l’ancienne usine Renault dans un avenir proche.

Moskvich trouve ses racines dans ce qui est considéré comme l’une des premières voitures de conception soviétique des années 1920 et 30. Après la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise a commencé à produire des voitures sous le nom de Moskvich, qui signifie « Moscovite », ou originaire de Moscou.
Aujourd’hui, environ 200 000 voitures Moskvich sont encore immatriculées en Russie, selon l’agence d’analyse Autostat.

De manière générale, les voitures produites dans les économies centralisées de l’Union soviétique et de ses pays satellites n’étaient pas réputées pour leur qualité.
Certaines voitures fabriquées dans les pays du bloc communiste, comme la Trabant est-allemande, ont trouvé des adeptes en Occident. Le corps de la Trabant était fabriqué à partir d’un matériau appelé Duroplast qui ressemblait à du plastique mais était fabriqué à partir d’un mélange de pâte de bois, de fibre de coton et de résine.

Même encore, des revirements sont possibles. Škoda, qui a été fabriquée en Tchécoslovaquie alors sous contrôle communiste, a été reprise par le groupe Volkswagen après la chute de l’Union soviétique. Désormais basée en République tchèque, elle est devenue l’une des marques les plus populaires et les plus rentables du groupe VW.