La Turquie demande à la Suède de prendre des mesures concrètes avant l’approbation de l’OTAN

0
90

Ankara a transmis sa demande à la Suède de travailler à la lutte contre les menaces « terroristes » avant d’autoriser la candidature du pays à rejoindre l’OTAN, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan.

« Nous comprenons leurs préoccupations en matière de sécurité et nous voulons que la Suède réponde aux nôtres », a déclaré Erdogan après avoir rencontré mardi le Premier ministre suédois au palais présidentiel d’Ankara.

Le dirigeant turc, qui a accusé la nation scandinave et sa voisine la Finlande d’abriter des groupes rebelles kurdes interdits en Turquie, a ajouté qu’il « souhaitait sincèrement » que la Suède rejoigne l’alliance militaire dirigée par les États-Unis.

Une autre réunion sur la candidature à l’adhésion à l’OTAN est prévue plus tard ce mois-ci, a-t-il dit, sans en préciser la date.

La Suède et la Finlande ont abandonné leur politique de longue date de non-alignement militaire et ont demandé leur adhésion à l’OTAN cette année après que les forces russes ont envahi l’Ukraine en février, craignant que le président russe Vladimir Poutine ne les cible ensuite.

Mais la Turquie, qui a rejoint l’OTAN en 1952, n’a pas encore approuvé son adhésion, qui nécessite l’approbation unanime des membres existants de l’alliance.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson a déclaré qu’il comprenait la lutte de la Turquie contre le « terrorisme » et a promis de répondre à ses demandes.

Erdogan a exigé qu’Oslo et Helsinki extradent les membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui se bat contre l’État turc depuis des décennies et est considéré comme un groupe terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux.

La Turquie a notamment accusé la Suède de clémence envers le PKK et sa branche syrienne, les Unités de protection du peuple (YPG). En juin, il a déclaré avoir fourni à Oslo et Helsinki une liste de personnes qu’il souhaitait extrader.

Le PKK est mis sur liste noire par Ankara et la plupart de ses alliés occidentaux. Mais les YPG ont été un acteur clé de l’alliance militaire dirigée par les États-Unis qui combat le groupe ISIL (ISIS) en Syrie.

Kristersson a qualifié la rencontre de mardi avec Erdogan de « très productive ».

« La Suède respectera toutes les obligations faites à la Turquie dans la lutte contre la menace terroriste », a-t-il déclaré.

« Mon gouvernement a été élu il y a quelques semaines à peine avec pour mandat de faire passer la loi et l’ordre en premier. Et cela inclut la lutte contre le terrorisme et les organisations terroristes comme le PKK en Suède », a-t-il ajouté.

Alors que la Suède a par le passé exprimé son soutien aux YPG et à son aile politique, le gouvernement de Kristersson semble prendre ses distances.

Le parlement suédois a déclaré qu’il voterait la semaine prochaine un amendement constitutionnel qui permettrait de renforcer les lois « anti-terroristes », une demande clé de la Turquie.

L’amendement permettrait à de nouvelles lois de « limiter la liberté d’association des groupes impliqués dans le terrorisme », a déclaré le Parlement dans un communiqué, ajoutant que le vote était prévu pour le 16 novembre.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, s’est rendu à Ankara la semaine dernière pour plaider en faveur de la Suède et de la Finlande, affirmant que leur adhésion « enverrait un message clair à la Russie ».

Stoltenberg a souligné que les deux hommes avaient convenu de concessions à la Turquie en juin, notamment en répondant à sa demande d’expulsion ou d’extradition de « suspects terroristes ».

Le président finlandais Sauli Niinisto a déclaré lundi aux journalistes qu’il s’attendait à ce que l’adhésion à l’OTAN « se fasse dans un délai raisonnable ».

En août, la Suède a annoncé qu’elle avait décidé d’extrader vers la Turquie un homme d’une trentaine d’années qui était recherché pour escroquerie. Il s’agissait du premier cas depuis que la Turquie a exigé la collaboration de Stockholm pour les extraditions.

La Turquie a levé son veto sur la candidature de la Finlande et de la Suède en juin après des semaines de négociations tendues. La Turquie a depuis exprimé sa frustration face à l’absence de progrès.