27 C
France
lundi, septembre 26, 2022

s'abonner

L’architecture emblématique de Frank Lloyd Wright

Avec une carrière de plus de 70 ans, l’architecte américain Frank Lloyd Wright a changé le cours de l’architecture américaine. Né dans le Wisconsin en 1867, Wright a passé ses années de formation dans le Midwest, et c’est à Chicago, où il a été embauché comme dessinateur dans un cabinet d’architecture, que sa carrière allait décoller après avoir ouvert son propre studio en 1893.

Au cours de sa carrière, il a conçu plus de 1 000 structures, dont environ 650 sont en cours de construction. En tant qu’architecte, décorateur d’intérieur, écrivain et éducateur, il était incroyablement prolifique. En fait, en 1991, l’American Institute of Architects l’a nommé « le plus grand architecte américain de tous les temps ». Beaucoup de ses bâtiments ont été nommés sites du patrimoine mondial de l’UNESCO et on lui attribue la création du premier style d’architecture américain. Qu’y a-t-il au juste dans l’architecture de Frank Lloyd Wright qui a laissé un tel héritage ?

Wright était convaincu que l’architecture était le grand témoignage de chaque civilisation et que les architectes étaient les poètes de leur temps, avec le devoir de capturer leur moment dans l’histoire. Il a réussi à briser les barrières en tant qu’innovateur, passant d’une architecture victorienne fermée et restrictive à un nouveau genre américain qui privilégiait les lignes épurées et les espaces ouverts. À l’intérieur comme à l’extérieur, ses bâtiments jouent sur la nature et ont laissé un héritage qui imprègne encore l’architecture moderne et les arts décoratifs.

Nom et prénom
Frank Lloyd Wright
Naissance
Juin 8, 1867 (Richland Center, Wisconsin)
Mort
Avril 9, 1959 (Phoenix, Arizona)
Travail remarquable
Fallingwater, Guggenheim Museum
Mouvement
Prairie School, Modern
Frank Lloyd Wright architecture Robie House

Robie House, 1909. Chicago, IL (Photo:  Stock Photos from Marek Lipka-Kadaj/Shutterstock)

Styles d’architecture

Nous avons tous entendu parler de Frank Lloyd Wright, mais qu’y a-t-il dans son architecture qui a fait une impression aussi durable ? Bien sûr, avec une si longue carrière, son style a évolué, nous permettant de catégoriser son travail en catégories distinctes qui évoluent les unes dans les autres.

 

Unity Temple Frank Lloyd Wright Prairie Style

Unity Temple, 1905-1908. Oak Park, IL (Photo: Stock Photos from Nagel Photography/Shutterstock)

ÉCOLE DES PRAIRIES

Wright était un chef de file du mouvement de l’école des Prairies, illustré par ses maisons des Prairies construites entre 1900 et 1914. Née dans le Midwest, l’école des Prairies a tenté de développer un style architectural typiquement américain qui n’était pas du tout influencé par les styles européens. Les toits à faible pente, les avant-toits en surplomb et un plan d’étage ouvert sont les caractéristiques du style. L’étendue large et plate des bâtiments était censée imiter le paysage des prairies des environs. Les matériaux naturels comme le bois et la pierre aident également à intégrer les bâtiments à l’environnement, ce qui deviendra de plus en plus important pour le travail de Wright.

Il a également utilisé des éléments de conception coordonnés basés sur la nature dans toutes les maisons, que ce soit dans des vitraux ou des meubles conçus sur mesure. La Robie House à Chicago est un excellent exemple de son travail résidentiel au cours de cette période, tandis que le Unity Temple à Oak Park est un bâtiment public construit dans le style des Prairies. Ces deux bâtiments font partie des pièces d’architecture les plus célèbres de Frank Lloyd Wright.

 

Ennis House - Textile Block Architecture Frank Lloyd Wright

Ennis House, 1924. Los Feliz, CA. (Photo: Mike Dilon via Wikimedia CommonsCC BY-SA 3.0)

RENAISSANCE MAYA

Wright a alors commencé la transition vers un style influencé par l’architecture maya et égyptienne. Le style linéaire utilisait des blocs de béton préfabriqués et s’appelait le style textile. Ce travail s’est déroulé au cours des années 1920, principalement dans une série de maisons en Californie. Comme toujours, le paysage était une grande considération, avec de grandes étendues de verre utilisées pour brouiller les frontières entre l’intérieur et l’extérieur. La maison Ennis à Los Feliz, parfois appelée architecture néo-maya, illustre le travail de Wright dans ce style.

 

rosenbaum house frank lloyd wright usonian house

Interior, Rosenbaum House, 1940. Florence, AL. (Photo: Library of Congress)

USONIEN

Dans les années 1930, Wright a construit une série de 60 maisons connues sous le nom de maisons usoniennes. L’architecte a utilisé le mot Usonian pour décrire sa vision du paysage américain, une vision qui serait libre de notions architecturales antérieures. Ces maisons étaient généralement d’un étage, sans greniers, sous-sols ou beaucoup de stockage. Leurs toits plats et leurs surplombs en porte-à-faux permettaient un chauffage et un refroidissement passifs, et ils possèdent un lien visuel fort entre l’intérieur et l’extérieur.

C’est avec ses maisons Usonian que Wright a inventé le mot carport, utilisé pour décrire le surplomb qui abritait une place de stationnement. Les concepts de Wright pour les maisons usoniennes sont considérés comme les racines des maisons de style ranch qui gagneraient en popularité aux États-Unis dans les années 1950. La maison Rosenbaum à Florence, en Alabama, est considérée comme « l’exemple le plus pur de l’usonien » par le chercheur de Frank Lloyd Wright, John Sargeant.

Frank Lloyd Wright, écrit par l’ancien apprenti Bruce Brooks Pfeiffer, donne un aperçu complet de tout le travail de l’architecte.

 

Architecture organique

Fallingwater - Organic Architecture by Frank Lloyd Wright

Fallingwate1 376 commentaires en modérationr, 1936-1939. Mill Run, PA. (Photo: Carole B. Highsmith via Wikimedia Commons, Public domain)

Wright a commencé à utiliser le terme architecture organique dès 1908 pour décrire sa philosophie architecturale. Il est basé sur l’harmonie entre les habitats humains et le monde naturel, avec une conception conçue pour intégrer l’architecture artificielle dans le paysage. Sans surprise, une grande partie de cette philosophie est influencée par l’architecture japonaise, vers laquelle Wright se tournera de plus en plus pour s’inspirer tout au long de sa carrière.

Fallingwater à Mill Run, en Pennsylvanie, est peut-être l’exemple le plus célèbre d’architecture organique de Wright. L’idée est que l’architecture se fonde si complètement dans le paysage qu’elle devienne une seule et même chose. « Un bâtiment doit sembler se développer facilement à partir de son site et être façonné pour s’harmoniser avec son environnement si la nature s’y manifeste. »

Ceci est également réalisé grâce à la répétition de motifs basés sur la nature dans tout le bâtiment, ainsi qu’à l’utilisation de matériaux naturels. Avec Fallingwater, le choix de Wright de placer la maison directement au-dessus de la cascade et du ruisseau aide à créer la relation étroite avec la nature qu’il souhaitait. «Aucune maison ne devrait jamais être sur une colline ou sur quoi que ce soit. Il devrait être de la colline. Lui appartenir. La colline et la maison doivent vivre ensemble d’autant plus heureuses l’une pour l’autre.

Envie de passer la nuit dans une maison conçue par Frank Lloyd Wright ? Cooke House, située à Virginia Beach, est disponible à la location sur Airbnb.

 

Design d’intérieur et arts décoratifs

Interior, Frank Lloyd Wright Robie House, Chicago

Interior, Robie House. (Photo: Library of Congress)

Wright a porté une attention particulière à tous les aspects de la conception intérieure et extérieure de ses bâtiments. En fait, a-t-il écrit un jour, « faire ainsi d’un lieu d’habitation une œuvre d’art complète… c’est l’opportunité américaine moderne ». Sans surprise, il prend soin de concevoir une grande partie du mobilier et des arts décoratifs qui entrent dans ses maisons et ses bâtiments publics.

Ces motifs décoratifs, inspirés de sources aussi variées que les paravents japonais et la Sécession viennoise, ont laissé un héritage durable. Par exemple, il a été l’un des premiers à adopter l’éclairage encastré, plaçant souvent du papier de riz ou des grilles décoratives en bois devant les luminaires pour filtrer la lumière.

Frank Lloyd Wright Stained Glass

Prairie-style glass from Frank Lloyd Wright’s house in Oak Park. (Photo: The Chicago Files)

Il est peut-être mieux connu pour son travail dans le vitrail au plomb. De 1885 à 1923, lorsqu’il a cessé d’utiliser la technique, Wright a conçu 163 bâtiments qui comprenaient du verre au plomb de sa propre conception. Il les considérait comme des « écrans de lumière » et leurs motifs montrent l’influence distincte des estampes japonaises que l’architecte aurait vues lors de sa première visite au Japon en 1905. À ce jour, il est possible d’acheter des meubles, des estampes, des objets de décoration et même des livres à colorier en utilisant ses motifs complexes.

 

Le Guggenheim

frank lloyd wright architecture guggenheim museum

Solomon R. Guggenheim Museum, completed 1959. New York City, NY. (Photo: Stock Photos from Tinnaporn Sathapornnanont/Shutterstock)

Après la Seconde Guerre mondiale, après avoir atteint l’âge de 80 ans, Wright s’est occupé de l’un de ses chefs-d’œuvre les plus importants, le Guggenheim à New York. Il a travaillé pendant 16 ans, de 1943 à 1959, sur le bâtiment. Utilisant les principes de l’architecture organique, la conception est basée sur la spirale d’un coquillage.

Malheureusement, le bâtiment n’ouvrira que 6 mois après sa mort, plusieurs de ses dernières volontés étant ignorées. Par exemple, l’intérieur était censé être peint en blanc cassé, et les visiteurs étaient censés voir l’œuvre en descendant la rampe centrale, et non en montant, car le musée fonctionne maintenant.

En fait, l’architecture a d’abord été confrontée à la critique. Wright voulait créer un musée dont l’espace physique était tout aussi impressionnant que la collection qu’il abritait – quelque chose de désormais banal mais à l’époque controversé. À l’époque, il a été assailli par des critiques qui l’ont surnommé « lave-linge », une « imitation de ruche » et une « cuvette de toilette géante ». Au fil du temps, la commande la plus importante de Wright à New York a été considérée comme un moment charnière dans l’architecture des musées, la libérant des archétypes traditionnels et annonçant l’ère des musées modernes.

 

Héritage

Aujourd’hui, l’héritage de Frank Lloyd Wright perdure, en grande partie grâce au travail de la Fondation Frank Lloyd Wright. Créée par l’architecte en 1940, l’organisation préserve les maisons et les studios emblématiques de Wright, Taliesin et Taliesin West. Ils poursuivent la mission de l’architecte de mieux vivre grâce à une connexion entre la nature et l’architecture en menant une programmation éducative et des événements virtuels.

La Frank Lloyd Wright Conservancy a été créée en 1989 pour « faciliter la préservation et la gestion des ouvrages construits restants conçus par Frank Lloyd Wright par le biais de services de plaidoyer, d’éducation et techniques ». L’organisation travaille sans relâche pour s’assurer que tous les bâtiments de Wright sont préservés et conservés tels quels.

Dans le monde professionnel, l’héritage de Frank Lloyd Wright se traduit par une attention accrue au mariage de l’architecture et de la nature. Alors qu’il était un précurseur dans l’intégration de ses bâtiments dans le paysage naturel, sa philosophie d’architecture organique est devenue un essai de ralliement pour de nombreux architectes contemporains. Et sa capacité à concevoir n’importe quoi, de la façade d’un immeuble à un meuble, est un exemple que de plus en plus de designers prennent.

L’héritage de Wright en tant que principal architecte américain a été renforcé en 2019 lorsqu’il a été annoncé que huit de ses bâtiments aux États-Unis avaient été nommés monuments du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce sont : Unity Temple à Oak Park, Illinois (1909) ; la maison Frederick C. Robie à Chicago, Illinois (1910); Taliesin à Spring Green, Wisconsin (commencé en 1911); Hollyhock House à Los Angeles, Californie (1921); la maison Herbert et Katherine Jacobs à Madison, Wisconsin (1937); Taliesin West à Scottsdale, Arizona (commencé en 1938); Chute d’eau à Mill Run, Pennsylvanie (1939) ; et le Solomon R. Guggenheim Museum à New York, New York (1959).

Related Articles

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles