Le 1er navire transportant des céréales ukrainiennes quitte le port d’Odessa

0
48

Le premier navire transportant des céréales ukrainiennes a quitté le port d’Odessa lundi dans le cadre d’un accord négocié par les Nations unies et la Turquie qui devrait libérer de grandes quantités de récoltes ukrainiennes sur les marchés étrangers et atténuer une crise alimentaire croissante.

Le cargo Razoni, battant pavillon de la Sierra Leone, a quitté Odessa avec plus de 26 000 tonnes de maïs à destination du Liban.

« Le premier navire céréalier depuis l’agression russe a quitté le port », a déclaré le ministre ukrainien des Infrastructures, Oleksandr Kubrakov, sur Twitter, en publiant une vidéo du long navire faisant retentir son klaxon alors qu’il se dirigeait lentement vers la mer.

Postant séparément sur Facebook, Kubrakov a déclaré que l’Ukraine est le quatrième exportateur de maïs au monde, « donc la possibilité de l’exporter via les ports est un succès colossal pour assurer la sécurité alimentaire mondiale ».

« Aujourd’hui, l’Ukraine, avec ses partenaires, franchit une nouvelle étape pour prévenir la faim dans le monde », a-t-il ajouté.

A Moscou, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a salué le départ du navire comme « très positif », affirmant qu’il permettrait de tester « l’efficacité des mécanismes convenus lors des pourparlers à Istanbul ».

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré que le Razoni devait accoster mardi après-midi à Istanbul à l’entrée du Bosphore, où des équipes conjointes de responsables russes, ukrainiens, turcs et de l’ONU monteraient à bord pour des inspections.

Le maïs se dirigera ensuite vers le Liban, une nation du Moyen-Orient aux prises avec ce que la Banque mondiale a décrit comme l’une des pires crises financières au monde depuis plus de 150 ans. Une explosion en 2020 dans son port principal de Beyrouth a brisé sa capitale et y a détruit des silos à grains, dont une partie s’est effondrée à la suite d’un incendie d’une semaine juste dimanche.

Le ministère turc de la Défense a déclaré que d’autres navires quitteraient également les ports ukrainiens par les couloirs de sécurité conformément aux accords signés à Istanbul le 22 juillet, mais n’a pas fourni plus de détails.

La Russie et l’Ukraine ont signé des accords séparés avec la Turquie et l’ONU, ouvrant la voie à l’Ukraine – l’un des principaux greniers à blé du monde – pour exporter 22 millions de tonnes de céréales et d’autres produits agricoles bloqués dans les ports de la mer Noire à cause de l’invasion russe.

Les accords permettent également à la Russie d’exporter des céréales et des engrais.

Le ministre turc de la Défense a fait l’éloge d’un centre de coordination conjoint composé de responsables russes, ukrainiens, turcs et de l’ONU comme un lieu où les parties opposées peuvent s’engager.

« Les problèmes qu’ils ont sont évidents, il y a une guerre. Mais c’est le seul endroit où les deux parties peuvent se rencontrer », a déclaré Akar. « Malgré les hauts et les bas, il y a un bon environnement pour le dialogue. »

Le ministère ukrainien des Infrastructures a déclaré que 16 autres navires, tous bloqués depuis le début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie le 24 février, attendaient leur tour dans les ports d’Odessa.

Kubrakov a déclaré que les expéditions aideraient également l’économie ukrainienne brisée par la guerre.

« Le déverrouillage des ports fournira au moins 1 milliard de dollars de revenus en devises à l’économie et une opportunité pour le secteur agricole de planifier pour l’année prochaine », a déclaré Kubrakov.

Les Nations Unies ont salué cette évolution, affirmant dans un communiqué que le secrétaire général Antonio Guterres espère que les expéditions « apporteront la stabilité et le soulagement dont la sécurité alimentaire mondiale a tant besoin, en particulier dans les contextes humanitaires les plus fragiles ».

La reprise des expéditions de céréales est intervenue alors que les combats faisaient rage ailleurs en Ukraine.

Le bureau présidentiel ukrainien a déclaré qu’au moins trois civils avaient été tués et 16 autres blessés par des bombardements russes dans la région de Donetsk au cours des dernières 24 heures.

Le gouverneur de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a réitéré son appel à l’évacuation de tous les habitants. Il a notamment insisté sur la nécessité d’évacuer environ 52 000 enfants encore restés dans la région.

A Kharkiv, deux personnes ont été blessées par une frappe russe dans la matinée. L’un a été blessé alors qu’il attendait un bus et un autre a été blessé lorsqu’un obus russe a explosé près d’un immeuble.

La ville méridionale de Mykolaïv a également fait face à des bombardements répétés, qui ont déclenché des incendies près d’un établissement médical, détruisant une cargaison d’aide humanitaire contenant des médicaments et de la nourriture.

Peu de temps après la signature de l’accord le 22 juillet, un missile russe a visé Odessa. Les analystes ont averti que la poursuite des combats pourrait menacer l’accord sur les céréales.

« Le danger demeure : la région d’Odessa a été constamment bombardée et seuls des approvisionnements réguliers pourraient prouver la viabilité des accords signés », a déclaré Volodymyr Sidenko, un expert du groupe de réflexion Razumkov Center basé à Kyiv.

« Le départ du premier navire ne résout pas la crise alimentaire, ce n’est qu’un premier pas qui pourrait aussi être le dernier si la Russie décide de poursuivre ses attaques dans le sud.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here