24 C
France
lundi, août 8, 2022

s'abonner

Le Canada dit que les excuses du pape aux Autochtones ne suffisent pas

Le gouvernement canadien a clairement indiqué mercredi que les excuses du pape François aux peuples autochtones pour les abus dans les pensionnats dirigés par l’église du pays n’allaient pas assez loin, suggérant que la réconciliation au cours de l’histoire difficile est encore un travail en cours.

La réaction officielle du gouvernement est intervenue alors que Francis est arrivé à Québec pour des réunions avec le premier ministre Justin Trudeau et la gouverneure générale Mary Simon à sa résidence de Québec, la forteresse de la Citadelle au sommet d’une colline, lors de la deuxième étape de la visite d’une semaine de Francis au Canada.

Les critiques du gouvernement font écho à celles de certains survivants et concernent l’omission par François de toute référence aux abus sexuels subis par les enfants autochtones dans les écoles, ainsi que sa réticence initiale à nommer l’Église catholique comme une institution responsable.

Francis a déclaré qu’il était en « pèlerinage pénitentiel » pour expier le rôle de l’Église dans le système des pensionnats, dans lequel des générations d’enfants autochtones ont été retirés de force de leur foyer et forcés de fréquenter des internats gérés par l’Église et financés par le gouvernement pour s’assimiler. dans la société chrétienne canadienne. Le gouvernement canadien a déclaré que les abus physiques et sexuels étaient monnaie courante dans les écoles, les élèves étant battus pour avoir parlé leur langue maternelle.

Francis a présenté ses excuses lundi pour le « mal » du personnel de l’église qui travaillait dans les écoles et l’effet « catastrophique » du système scolaire sur les familles autochtones. Dans un discours devant les autorités gouvernementales mercredi, Francis s’est de nouveau excusé et a qualifié le système scolaire de « déplorable ».

Francis a noté que le système scolaire était « promu par les autorités gouvernementales de l’époque » dans le cadre d’une politique d’assimilation et d’émancipation. Mais répondant aux critiques, il a ajouté que « les institutions catholiques locales avaient un rôle » dans la mise en œuvre de cette politique.

Les peuples autochtones exigent depuis longtemps que le pape assume la responsabilité non seulement des abus commis par des prêtres catholiques individuels et des ordres religieux, mais aussi du soutien institutionnel de l’Église catholique à la politique d’assimilation et de la justification religieuse de la papauté au XVe siècle pour l’expansion coloniale européenne pour répandre le christianisme.

Plus de 150 000 enfants autochtones du Canada ont été retirés de leur foyer du XIXe siècle jusqu’aux années 1970 et placés dans des écoles dans le but de les isoler de l’influence de leur famille et de leur culture.

Trudeau, un catholique dont le père, Pierre Trudeau, était premier ministre lorsque les derniers pensionnats étaient en activité, a insisté sur le fait que l’Église catholique en tant qu’institution portait le blâme et devait faire plus pour expier.

S’exprimant devant François, il a noté que la Commission de vérité et réconciliation du Canada avait demandé en 2015 que des excuses papales soient présentées sur le sol canadien, mais que la visite de François « n’aurait pas été possible sans le courage et la persévérance » des survivants des Premières Nations, Des Inuits et des Métis qui se sont rendus au Vatican le printemps dernier pour faire pression pour obtenir des excuses.

« Mes excuses pour le rôle que l’Église catholique romaine, en tant qu’institution, a joué dans les mauvais traitements sur les abus spirituels, culturels, émotionnels, physiques et sexuels subis par les enfants autochtones dans les pensionnats dirigés par l’Église », a déclaré Trudeau.

Le gouvernement canadien s’est excusé pour son rôle dans l’héritage scolaire. L’ancien premier ministre Stephen Harper a présenté des excuses officielles au sujet des pensionnats au Parlement en 2008, les qualifiant de triste chapitre de l’histoire canadienne et affirmant que la politique d’assimilation forcée avait causé beaucoup de tort.

Dans le cadre du règlement d’une poursuite impliquant le gouvernement, des églises et les quelque 90 000 étudiants survivants, le Canada a versé des réparations s’élevant à des milliards de dollars transférés aux communautés autochtones. L’Église catholique, pour sa part, a versé plus de 50 millions de dollars et compte ajouter 30 millions de dollars de plus au cours des cinq prochaines années.

Trudeau a laissé entendre que l’église devait faire beaucoup plus et que, bien que la visite de François ait eu «un impact énorme» sur les survivants, ce n’était qu’un premier pas.

Outre le contenu de son discours, les remarques de Trudeau ont enfreint le protocole habituel des voyages papaux. Selon le protocole diplomatique, seul Simon était censé s’adresser au pape en sa qualité de chef d’État représentatif. Simon, un Inuk qui est le premier Autochtone à occuper le poste essentiellement honorifique de gouverneur général, s’est adressé à François.

Mais le Vatican a déclaré que le bureau de Trudeau avait demandé au Premier ministre d’être autorisé à faire quelques remarques introductives, une demande qui est arrivée quelques jours avant le départ de François de Rome, mais après que l’itinéraire du pape ait été finalisé et imprimé.

Un haut responsable du gouvernement canadien a déclaré que Trudeau prononçait généralement des remarques lors des visites de dirigeants étrangers et qu’il était important pour lui de s’adresser aux Canadiens lors de la visite de François « en particulier compte tenu de l’importance de la question ». Il a cependant été ajouté à la dernière minute.

Avant l’arrivée de Francis à Québec, le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, a déclaré que les « lacunes » dans les excuses de Francis ne pouvaient être ignorées.

Faisant écho aux critiques de certains survivants de l’école, Miller a noté que Francis n’avait pas mentionné les abus sexuels dans sa liste des abus subis par les enfants autochtones dans les écoles. Francis a énuméré lundi à la place les abus physiques, verbaux, psychologiques et spirituels. En outre, Miller a noté que François avait parlé lundi du « mal » commis par des chrétiens individuels « mais pas de l’Église catholique en tant qu’institution ».

Phil Fontaine, un survivant d’abus sexuels dans les écoles et ancien chef national de l’Assemblée des Premières Nations, a déclaré que la référence supplémentaire mercredi aux « institutions catholiques locales » allait au-delà des excuses initiales de Francis et était significative et le plus proche qu’il pouvait obtenir pour s’excuser pour toute l’Église au Canada.

« Cela reflète la réalité que l’Église catholique au Canada n’est pas une institution. Il est composé d’environ 73 institutions juridiques différentes, qui étaient toutes accusées dans les poursuites », a déclaré Fontaine dans un communiqué.

La visite de Francis a suscité des émotions mitigées parmi les survivants et leurs proches, ainsi que parmi les dirigeants autochtones et les membres de la communauté. Certains ont accueilli ses excuses comme authentiques et utiles pour les aider à guérir. D’autres ont dit que ce n’était que la première étape d’un long processus de réconciliation. D’autres encore ont dit qu’il n’allait pas assez loin en assumant la responsabilité des torts institutionnels remontant à des siècles.

François lui-même a reconnu que les blessures mettront du temps à guérir et que sa visite et ses excuses n’étaient que les premières étapes. Mercredi, il s’est engagé, ainsi que l’église canadienne locale, à « avancer dans un cheminement fraternel et patient avec tous les Canadiens, conformément à la vérité et à la justice, travaillant pour la guérison et la réconciliation, et constamment inspiré par l’espoir ».

« C’est notre désir de renouveler la relation entre l’Église et les peuples autochtones du Canada, une relation marquée à la fois par un amour qui a porté des fruits exceptionnels et, tragiquement, des blessures profondes que nous nous engageons à comprendre et à guérir », a-t-il déclaré.

Mais il n’a énuméré aucune action spécifique que le Saint-Siège était prêt à entreprendre.

Trudeau a également déclaré que la visite était un début et que la réconciliation était le devoir de tous. « Il est de notre responsabilité de voir nos différences non pas comme un obstacle mais comme une occasion d’apprendre, de mieux se comprendre et de passer à l’action. »

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles