Le Credit Suisse affirme avoir perdu 68 milliards de dollars d’actifs au dernier trimestre, les sorties de fonds se poursuivent

0
239

Le Credit Suisse (CSGN.S) a déclaré lundi que 61 milliards de francs suisses (68 milliards de dollars) d’actifs avaient quitté la banque au premier trimestre et que les sorties de fonds se poursuivaient, soulignant le défi auquel était confronté UBS Group AG (UBSG.S) pour sauver son rival.

Il a également indiqué que les dépôts de la clientèle ont diminué de 67 milliards de francs au cours du trimestre et qu’il y a eu d’importants non-renouvellements de dépôts à terme arrivant à échéance.

La plupart des sorties d’actifs provenaient de sa division de gestion de patrimoine et se sont produites dans toutes les régions.

« Ces sorties se sont modérées mais ne se sont pas encore inversées au 24 avril 2023 », a déclaré le Credit Suisse.

Les actions d’UBS et de Credit Suisse ont légèrement augmenté au début des échanges, certains analystes notant que les sorties de fonds n’étaient pas aussi graves que prévu.

Mais d’autres ont dit que l’ampleur était alarmante.

La capacité du Credit Suisse à générer des revenus semble tellement compromise que « l’accord pourrait bien rester un frein aux résultats d’exploitation d’UBS à moins qu’un plan de restructuration plus approfondi ne soit annoncé », a déclaré l’analyste londonien Thomas Hallett de KBW dans une note aux clients.

Les actifs gérés par le pôle phare de la gestion de fortune ont chuté à 502,5 milliards de francs fin mars, contre 707 milliards déclarés pour la même période l’an dernier.

La banque, âgée de 167 ans, a annoncé des résultats pour ce qui sera probablement la dernière fois, car son mariage organisé par l’État avec UBS devrait être bientôt conclu.

Les clients ont rapidement commencé à retirer de l’argent du Credit Suisse en proie aux scandales après avoir été pris au piège des turbulences du marché déclenchées par l’effondrement des prêteurs américains Silicon Valley Bank et Signature Bank.

Cela a conduit les autorités suisses à préparer un plan de sauvetage qui a vu UBS accepter de reprendre le Credit Suisse pour 3 milliards de francs suisses en actions et assumer jusqu’à 5 milliards de francs de pertes. Il comprenait également 200 milliards de francs de garanties financières de l’État.

Le Credit Suisse a déclaré qu’à la fin du premier trimestre, il avait 108 milliards de francs suisses d’emprunts nets au titre de ces facilités après avoir remboursé 60 milliards. Depuis lors, il a remboursé 10 milliards supplémentaires.

La banque a également déclaré qu’elle avait mutuellement accepté de mettre fin à l’acquisition prévue de 175 millions de dollars de l’activité de banque d’investissement de Michael Klein, qu’elle avait l’intention de scinder avec sa propre branche de banque d’investissement.

UBS a annoncé son intention de réduire la banque d’investissement du Credit Suisse.

L’AVENIR DU CREDIT SUISSE
Une éviscération des actifs a également eu lieu dans la branche suisse de la banque, qui a vu les clients privés retirer 6,9 milliards de francs en raison de la perte de confiance, soulevant des questions sur l’avenir de la marque Credit Suisse.

Les « résultats montrent la position difficile dans laquelle se trouve la franchise de CS et le travail à faire pour qu’UBS reprenne CS », ont déclaré les analystes de RBC Capital Markets dans une note aux clients.

Lors de l’assemblée générale annuelle d’UBS qui s’est tenue ce mois-ci, le vice-président de la banque, Lukas Gaehwiler, a déclaré que le Credit Suisse continuerait à opérer sous son propre nom en Suisse dans un avenir prévisible.

Au milieu de la pression croissante en Suisse pour que les activités nationales du Credit Suisse soient scindées, Gaehwiler a déclaré qu’UBS n’avait pas encore décidé ce qu’elle ferait et que « toutes les options sont sur la table ».

UBS n’a pas encore fait d’annonce sur le nombre d’emplois du Credit Suisse qui seront supprimés, mais après le rachat, les dirigeants d’UBS ont déclaré qu’ils s’attendent à ce que l’accord apporte 8 milliards de dollars de réductions de coûts d’ici 2027, dont 6 milliards de dollars proviendraient de la réduction du nombre. d’employés à temps plein dans l’ensemble des activités de l’entreprise.

UBS a déclaré lundi que Christian Bluhm – dont le départ avait été précédemment signalé – continuera en tant que directeur des risques dans « l’avenir prévisible » à travailler sur le rachat du Credit Suisse.

 

Source: www.reuters.com