« Le pire reste à venir »: le FMI abaisse les perspectives de croissance mondiale et de la zone euro

0
174
Nostress Media Ltd

L’économie de la zone euro devrait désormais croître de seulement 0,5 % en 2023, alors que des facteurs tels que la guerre en Ukraine, l’inflation record et l’impact continu de la pandémie de COVID-19 pèsent sur les perspectives, a annoncé mardi le Fonds monétaire international.

La zone euro de 19 pays – qui passera à 20 membres à partir du 1er janvier 2023 avec l’adoption de la monnaie unique par la Croatie – devrait maintenant afficher la croissance la plus lente de toutes les régions du monde l’année prochaine après que le FMI a réduit ses prévisions de 0,7 points de pourcentage par rapport à ses perspectives précédentes communiquées il y a tout juste trois mois.

Nostress Media Ltd

L’Allemagne, locomotive économique de l’Union européenne, devrait désormais afficher une croissance annuelle négative (-0,3 %) tout comme l’Italie (-0,2 %). Les perspectives pour la France et l’Espagne restent positives bien qu’inférieures aux prévisions de juillet, avec un PIB annuel désormais estimé à 0,7 % et 1,2 % respectivement.

L’institution financière basée à Washington a maintenu sa projection inchangée pour les États-Unis qui devraient croître de 1% tandis que l’Asie devrait afficher la plus forte croissance de 4,9%.

Globalement, l’économie mondiale devrait croître de 2,7 %, en baisse de 0,2 % par rapport à la précédente prévision.

« Il s’agit du profil de croissance le plus faible depuis 2001, à l’exception de la crise financière mondiale et de la phase aiguë de la pandémie de COVID-19, et reflète des ralentissements importants pour les plus grandes économies », a déclaré le FMI dans son rapport.

Ils ont souligné qu’une inflation élevée, des conditions financières plus strictes, « l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la pandémie persistante de COVID-19 pèsent tous lourdement sur les perspectives ».

« Plus d’un tiers de l’économie mondiale se contractera cette année ou l’année prochaine, tandis que les trois plus grandes économies – les États-Unis, l’Union européenne et la Chine – continueront de stagner. En bref, le pire est encore à venir, et pour beaucoup de gens, 2023 ressemblera à une récession », a-t-il averti.

Le mois dernier, l’inflation dans la zone euro a atteint 10 % pour la première fois, alimentée par les prix de l’énergie qui ont grimpé en flèche au cours des 12 derniers mois à la suite de l’assaut à grande échelle de la Russie contre l’Ukraine.

La Banque centrale européenne tente de réprimer la flambée des prix en augmentant les taux d’intérêt. Il a déjà opéré sa plus forte hausse jamais enregistrée et a signalé que de nouvelles hausses pourraient être imposées au cours des prochains mois.

« Le risque le plus important pour l’économie de la zone euro est que nous assistions à une nouvelle escalade des forces à l’origine de la dégradation des prévisions », a déclaré la directrice adjointe du FMI, Petya Koeva Brooks, dans une interview accordée à la correspondante d’Euronews, Sasha Vakulina.

« À savoir, l’aggravation de la crise énergétique et l’inflation qui dure encore plus longtemps, ce qui entraînera un nouveau durcissement des politiques et finira par aggraver encore les perspectives en 2023 », a-t-elle ajouté.

Nostress Media Ltd