Le Royaume-Uni va commencer à évacuer les ressortissants britanniques du Soudan

0
299
Nostress Media internet Ltd

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que le gouvernement contacterait directement les ressortissants britanniques et fournirait des itinéraires hors du pays après l’accord du cessez-le-feu

Le gouvernement britannique se prépare à profiter d’un cessez-le-feu de 72 heures convenu par les factions belligérantes au Soudan pour évacuer les ressortissants britanniques du pays, à la suite d’intenses critiques selon lesquelles il aurait manqué une fenêtre d’opportunité pour évacuer plus que des diplomates britanniques et leurs familles. le dimanche.

Les vols militaires ouverts aux détenteurs de passeports britanniques partiraient d’un aérodrome à l’extérieur de la capitale soudanaise, Khartoum, a indiqué le ministère des Affaires étrangères. La priorité serait donnée aux groupes familiaux avec enfants, aux personnes âgées et aux personnes souffrant de problèmes de santé.

Nostress Media Ltd

Le ministère des Affaires étrangères a dit aux citoyens de ne pas se rendre à l’aérodrome à moins d’être contactés, car il a averti que la situation restait « volatile » et que la capacité à effectuer des évacuations pourrait changer à court terme.

On pense que plus de 2 000 personnes, dont beaucoup ont la double nationalité, ont contacté le ministère des Affaires étrangères pour quitter le Soudan depuis que la violence a éclaté il y a 10 jours opposant des unités de l’armée fidèles à son dirigeant militaire, le général Abdel Fattah al-Burhan, contre les Forces de soutien rapide, dirigé par Mohamed Hamdan Dagalo, dit Hemedti.

Le ministre des Affaires étrangères, James Cleverly, a déclaré : « Le gouvernement britannique coordonne une évacuation des ressortissants britanniques du Soudan. Nous avons commencé à contacter directement les ressortissants et à proposer des itinéraires de départ hors du pays. »

Seuls les détenteurs d’un passeport britannique et les membres de la famille immédiate disposant d’une autorisation d’entrée au Royaume-Uni peuvent embarquer sur les vols d’évacuation. Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que d’autres voies de sortie étaient envisagées, avec deux navires militaires britanniques préparés pour une éventuelle évacuation.

Les ressortissants britanniques ont été avertis que tout voyage à l’intérieur du Soudan était « effectué à vos risques et périls ».

James Heappey, le ministre britannique des forces armées, a déclaré lundi lors d’un briefing que le Royaume-Uni avait reconnu que « le travail n’était pas terminé » lorsqu’il s’agissait de secourir les Britanniques et les binationaux piégés au Soudan.

Les États-Unis ont annoncé lundi soir que les deux forces opposées s’étaient mises d’accord sur un cessez-le-feu de trois jours. « Après d’intenses négociations au cours des dernières 48 heures, les forces armées soudanaises et les Forces de soutien rapide ont convenu de mettre en œuvre un cessez-le-feu national à partir de minuit le 24 avril, pour une durée de 72 heures », a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken. .

Les précédentes tentatives de cessez-le-feu ont échoué au cours de 10 jours de combats qui ont jusqu’à présent tué au moins 427 personnes et blessé plus de 3 700, selon les agences de l’ONU.

Quelques heures avant l’annonce de Blinken, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, avait averti que les combats pourraient « engloutir toute la région et au-delà ».

Les ministres britanniques ont été mis au défi à plusieurs reprises d’expliquer comment d’autres pays avaient réussi à évacuer au moins certains de leurs ressortissants, et si le Royaume-Uni avait perdu une fenêtre d’opportunité pour en extraire un grand nombre dimanche, lors d’une brève accalmie dans les combats.

La France a transporté par avion 491 personnes de 36 pays, dont 12 pays de l’UE, vers Djibouti depuis dimanche, selon le ministère des Affaires étrangères. Parmi eux figuraient deux Grecs et un Belge qui avaient été blessés, ainsi que les ambassadeurs d’Allemagne et de Suisse, a-t-il ajouté.

Deux avions militaires italiens ont atterri lundi à Rome transportant 83 ressortissants italiens et 13 citoyens de diverses nationalités, qui avaient d’abord été évacués vers Djibouti.

 

Source: www.theguardian.com

Nostress Media Ltd