L’Équateur lève l’état d’urgence alors que les pourparlers commencent avec les manifestants autochtones

0
47

Le président équatorien Guillermo Lasso a levé l’état d’urgence imposé dans six provinces au milieu de manifestations massives de groupes autochtones, alors que les législateurs ont commencé à entendre une motion de l’opposition visant à le destituer.

La décision de Lasso samedi fait suite aux premiers pourparlers officiels entre des représentants du gouvernement et la plus grande organisation indigène d’Équateur, qui a commencé les manifestations il y a deux semaines pour exiger la réduction des prix de l’essence, l’imposition de contrôles des prix sur les produits agricoles et l’établissement d’un budget plus important pour l’éducation.

La réunion s’est tenue dans l’église basilique du centre colonial de Quito et a réuni le ministre du gouvernement Francisco Jimenez, le ministre des Affaires étrangères Juan Carlos Holguin, le président de la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (CONAIE) Leonidas Iza et d’autres dirigeants sociaux.

Après les pourparlers, Lasso a assoupli les mesures de sécurité, comme demandé par les dirigeants autochtones.

« Le gouvernement national ratifie la volonté de garantir la création d’espaces de paix, dans lesquels les Équatoriens pourront progressivement reprendre leurs activités », a déclaré son bureau.

Iza a déclaré que les groupes autochtones ouvriraient partiellement les routes bloquées lors des manifestations pour permettre à la nourriture d’entrer dans la capitale, où les habitants se sont plaints du manque d’approvisionnement, mais resteraient à Quito jusqu’à ce qu’ils obtiennent une réponse satisfaisante de Lasso.

« Au lieu de nous faire plus peur, ils ont soulevé notre rébellion, notre dignité », a-t-il déclaré.

Virgilio Saquicela, président de l’Assemblée nationale équatorienne, a déclaré aux journalistes qu’une commission serait formée pour faciliter le dialogue afin de mettre fin aux manifestations.

« Il n’y a pas eu d’engagement, mais simplement une décision de la [confédération indigène] … de consulter ses bases sur la désignation d’une commission pour entamer ce dialogue », a déclaré Saquicela, ajoutant que « le gouvernement a fait l’ouverture correspondante ».

Les manifestations, qui ont commencé le 13 juin, ont fait au moins six morts parmi les civils et ont aggravé les relations conflictuelles de Lasso avec l’Assemblée nationale, où les législateurs ont bloqué ses principales propositions économiques alors qu’il luttait pour contenir la montée de la violence qu’il impute aux gangs de la drogue. .

Lors d’une session virtuelle samedi soir, l’assemblée a entendu une demande du parti d’opposition Union for Hope, lié à l’ancien président Rafael Correa, de retirer Lasso.

La demande était fondée sur l’état d’urgence déclaré en raison de « graves troubles internes », qui a maintenant été levé.

Il faudrait les voix d’au moins 92 législateurs du parlement de 137 sièges pour supprimer Lasso, alors que l’Union for Hope ne compte que 47 sièges.

Lasso, qui s’isole à cause du COVID-19, sera autorisé à présenter son cas.

Une fois le débat clos, les législateurs auront 72 heures pour décider d’une ligne de conduite.

Le représentant légal du gouvernement, Fabian Pozo, a déclaré à l’Assemblée nationale que le pays revenait progressivement à la normale et que le gouvernement avait écouté les revendications légitimes des manifestants.

Cette semaine, le gouvernement a également annoncé des engrais subventionnés, une remise de dette et des augmentations budgétaires pour la santé et l’éducation, mais les pourparlers officiels entre l’administration et les manifestants étaient bloqués depuis des jours alors que les affrontements lors des marches se poursuivaient.

Jeudi, la confédération indigène a déclaré qu’un manifestant était décédé des suites de blessures par balles à la poitrine et à l’abdomen alors qu’il manifestait près de l’Assemblée nationale à Quito, où une centaine d’autres personnes ont subi diverses blessures.

La police a tweeté que des policiers avaient également été blessés par des plombs.

Des rapports ont également fait état de manifestants attaquant des véhicules, des civils et des entreprises, forçant la fermeture de certains.

Les autorités affirment que les troubles ont été coûteux, avec des pertes d’environ 50 millions de dollars par jour pour l’économie, tandis que la production de carburant, la plus grande exportation de l’Équateur, a été réduite de moitié.

Le Fonds monétaire international a approuvé vendredi le déblocage d’un financement de 1 milliard de dollars pour l’Équateur à la suite de deux examens d’un accord de prêt de 6,5 milliards de dollars, dont 4,8 milliards de dollars ont été décaissés jusqu’à présent.

Le paiement est destiné à soutenir la reprise économique de l’Équateur après la pandémie de COVID-19, à rétablir la viabilité budgétaire et à réduire la dette publique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here