25 C
France
lundi, août 8, 2022

s'abonner

Les combattants demandent l’évacuation des blessés de l’usine de Marioupol

In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman, injured during fighting against Russian forces, poses for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, Azov Special Forces Regiment's servicemen, injured during fighting against Russian forces, pose for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)
In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman receives treatment inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman, injured during fighting against Russian forces, poses for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)
In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman, injured during fighting against Russian forces, poses for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman, injured during fighting against Russian forces, poses for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)

 

Les combattants du régiment Azov, l’unité ukrainienne enfermée dans l’aciérie assiégée d’Azovstal dans la ville portuaire dévastée de Marioupol, ont publié des photos de leurs camarades d’armes blessés qui, selon eux, se trouvent dans l’usine, ainsi qu’un appel aux Nations Unies et la Croix-Rouge pour organiser leur évacuation.

Dans une déclaration accompagnant les photos publiées sur une chaîne Telegram intitulée « Azov – Marioupol » mardi, ils ont déclaré que les blessés, qui, selon eux, n’étaient plus des combattants, vivaient dans des conditions insalubres « avec des plaies ouvertes bandées avec des restes de bandages non stériles, sans les médicaments nécessaires et même sans nourriture.

La déclaration disait que « le monde civilisé tout entier doit voir les conditions dans lesquelles se trouvent et agissent les défenseurs blessés et estropiés de Marioupol ».

« Nous exigeons l’évacuation immédiate des militaires blessés vers les territoires sous contrôle ukrainien, où ils seront assistés et soignés », conclut le communiqué, notant qu’il y avait plusieurs centaines de combattants blessés dans l’usine.

In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman, injured during fighting against Russian forces, poses for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman, injured during fighting against Russian forces, poses for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)

In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman, injured during fighting against Russian forces, poses for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)In this photo provided by Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office, an Azov Special Forces Regiment's serviceman, injured during fighting against Russian forces, poses for a photographer inside the Azovstal steel plant in Mariupol, Ukraine, Tuesday, May 10, 2022. (Dmytro 'Orest' Kozatskyi/Azov Special Forces Regiment of the Ukrainian National Guard Press Office via AP)

La série de 10 photos montre des combattants gravement blessés, dont deux debout sur des béquilles qui ont été amputés de la jambe gauche, un avec le bras gauche amputé à l’épaule et un autre avec le bras droit amputé au-dessus du coude, le moignon bandé. Deux autres sont montrés en train d’être soignés par des médecins, et un autre a un dispositif de fixation externe, qui est vissé dans des membres cassés pour les stabiliser, sur son bras droit.

L’Allemagne rouvre son ambassade à Kiev et soutient les enquêtes sur les crimes de guerre
Il n’a pas été possible de vérifier de manière indépendante où les photos ont été prises ou l’identité des personnes représentées.

L’aciérie en bord de mer est la seule partie de la ville portuaire stratégique qui n’a pas été reprise par les forces russes. Avec un dédale de tunnels et de bunkers s’étendant profondément sous l’usine, des centaines de civils s’y étaient réfugiés du bombardement intense de leur ville. Des responsables ukrainiens et russes ont déclaré que les dernières femmes, enfants et personnes âgées restantes avaient été évacuées de l’usine plus tôt cette semaine, mais la confusion persistait quant à savoir si tous les civils avaient été évacués après que deux responsables ukrainiens ont estimé mardi qu’il en restait.

Le régiment Azov a un passé controversé. Il dérive d’un groupe appelé le bataillon Azov, qui s’est formé en 2014 comme l’une des nombreuses brigades de volontaires dans la lutte contre les séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine. Il a puisé ses premiers combattants dans les cercles d’extrême droite et a suscité des critiques pour ses tactiques. Plus tard en 2014, il s’est scindé en deux groupes, l’un intégré à la Garde nationale sous le nom de Régiment Azov, et l’autre devenant un mouvement politique d’extrême droite.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles