26 C
France
mercredi, septembre 28, 2022

s'abonner

Les forces tigréennes accusent l’Érythrée d’avoir lancé une offensive

Les forces de la région éthiopienne du Tigré affirment que l’Érythrée a lancé une offensive à grande échelle et que de violents combats se déroulaient dans plusieurs zones le long de la frontière dans ce qui semble être une escalade de la reprise des combats le mois dernier.

Les Érythréens combattent aux côtés des forces fédérales éthiopiennes, y compris des unités de commando, ainsi que des milices alliées, a déclaré mardi Getachew Reda, porte-parole du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

« L’Érythrée déploie toute son armée ainsi que des réservistes. Nos forces défendent héroïquement leurs positions », a écrit Reda sur Twitter.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part des autorités éthiopiennes ou érythréennes, situées au nord du Tigré.

Deux travailleurs humanitaires ont signalé des combats intenses le long de la frontière, notamment des bombardements dans un camp de personnes déplacées, a rapporté l’agence de presse Reuters. Ils n’ont pas précisé si des troupes érythréennes étaient sur le terrain au Tigré.

Un travailleur humanitaire de la ville d’Adigrat, dans le nord de l’Éthiopie, a déclaré à l’Associated Press que les forces érythréennes bombardaient les zones environnantes.

L’envoyé spécial américain pour la Corne de l’Afrique a déclaré que les États-Unis étaient au courant du passage des troupes érythréennes dans la région éthiopienne du Tigré.

« Nous avons suivi le mouvement des troupes érythréennes à travers la frontière … et nous le condamnons », a déclaré Mike Hammer aux journalistes lors d’un briefing après un voyage en Éthiopie pour aider à faciliter les pourparlers de paix dirigés par l’Union africaine entre le gouvernement éthiopien et les forces tigréennes.

« Tous les acteurs étrangers externes doivent respecter l’intégrité territoriale de l’Éthiopie et éviter d’alimenter le conflit », a-t-il déclaré.

Si elle est confirmée, la participation des troupes érythréennes marquerait une escalade dans un conflit qui a été relancé le mois dernier après l’effondrement d’un cessez-le-feu en place depuis mars.

Le Canada et le Royaume-Uni ont émis la semaine dernière des avertissements aux voyageurs demandant à leurs citoyens en Érythrée d’être vigilants après que les autorités ont appelé les citoyens à se présenter pour le service militaire.

On estime que la guerre au Tigré a tué des dizaines de milliers de personnes et laissé des millions de personnes sans services de base pendant plus d’un an.

Des experts des Nations Unies ont déclaré lundi qu’il existe des motifs raisonnables de croire que « des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité » ont été commis par le gouvernement éthiopien dans la région du Tigré.

Le représentant permanent de l’Éthiopie auprès de l’ONU à Genève, Zenebe Kebede Korcho, a déclaré que les conclusions des experts étaient « contradictoires et biaisées ».

« Il n’y a pas une seule preuve qui montre que le gouvernement éthiopien a utilisé l’aide humanitaire comme instrument de guerre », a déclaré l’envoyé à l’agence de presse AFP, qualifiant le rapport de « moquerie » et « d’ordures ».

« Par conséquent, nous n’avons pas d’autre choix que de rejeter ce rapport. »

Les forces érythréennes ont combattu aux côtés des troupes fédérales éthiopiennes dans le Tigré lorsque la guerre a éclaté en novembre 2020. Les forces érythréennes ont été impliquées dans certaines des pires atrocités commises dans le conflit – des accusations qu’elles nient. La guerre a repris en août après une accalmie des combats plus tôt cette année.

À l’intérieur du Tigré, des millions d’habitants sont encore largement coupés du monde. Les communications et les services bancaires sont coupés et leur restauration a été une demande clé dans les efforts de médiation.

L’entrée en force de l’Érythrée dans la guerre du Tigré pourrait potentiellement compliquer les efforts de paix entre les dirigeants tigréens et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, qui a rompu les liens avec l’Érythrée dès son arrivée au pouvoir en 2018.

Mais ce rapprochement a été considéré avec suspicion par les autorités tigréennes, pour lesquelles le président érythréen Isaias Afwerki reste un ennemi deux décennies après que l’Éthiopie et l’Érythrée ont mené une sanglante guerre frontalière.

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles