« Les gens ont sacrifié leur vie pour seulement 10 dollars ». Au moins 78 morts dans la foule au Yémen lors d’un événement caritatif bondé du Ramadan

0
178

Des dizaines de personnes ont été tuées dans une foule dans la capitale du Yémen mercredi alors que les habitants nécessiteux de la nation déchirée par la guerre affluaient pour recevoir des dons de charité des commerçants locaux pendant le mois sacré du Ramadan, ont confirmé des responsables.

La vidéo de la tragédie de Sanaa a montré une scène chaotique avec des dizaines de personnes serrées les unes contre les autres, incapables de bouger et criant à l’aide.

Les personnes piégées formaient un mur emmêlé de corps, certains tendant désespérément les bras pour demander de l’aide. Un couple d’hommes libérés a alors pu être vu en train de tenter d’en sortir d’autres de la cohue mortelle. Les images de la suite montraient des chaussures et des pantoufles entassées en tas ainsi que des écharpes éparpillées sur le sol.

« Ce qui s’est passé ce soir est un accident tragique et douloureux, car des dizaines de personnes ont été tuées à cause d’une grande bousculade d’un certain nombre de citoyens causée par une distribution aléatoire de sommes d’argent par certains commerçants et sans coordination avec le ministère de l’Intérieur », a déclaré le a déclaré le porte-parole du ministère de l’Intérieur dirigé par les Houthis, Abdul-Khaleq al-Ajri, dans le communiqué.

Au moins 78 personnes ont été tuées dans la cohue et des dizaines blessées, a déclaré Mutahar al-Marouni, directeur du bureau de la santé dirigé par les Houthis à Sanaa, à l’agence de presse dirigée par les Houthis Al-Masirah.

Selon Reuters, des centaines de personnes s’étaient entassées dans une école pour recevoir des dons de 5 000 riyals yéménites (environ 9 dollars).

L’incident est survenu quelques jours avant la fête musulmane de l’Aïd al-Fitr, qui marque la fin du mois sacré islamique du Ramadan. Pendant cette période du mois, les gens commencent à donner la Zakat al-Fitr, ou la Zakat de la rupture du jeûne du Ramadan, aux personnes dans le besoin.

Naseh Shaker, un journaliste qui était sur les lieux, a déclaré à CNN qu’il y avait une « très longue file de personnes » rassemblée à l’entrée de l’école, qui était utilisée pour distribuer de la nourriture et une aide financière. Ils avaient commencé à faire la queue après le coucher du soleil dans l’espoir de recevoir le don, a-t-il déclaré.

Lorsque les responsables de la distribution sont arrivés et ont ouvert la porte, « beaucoup de gens se sont précipités dans l’école ».

« C’est un désastre de trouver des gens qui ont sacrifié leur vie pour seulement 10 dollars », a déclaré Shaker. « Les gens ont très faim, les gens sont très pauvres. »

La police et les équipes de secours se sont précipitées sur les lieux, selon le communiqué du ministère de l’Intérieur.

« Les morts et les blessés ont été transférés dans des hôpitaux, et deux commerçants en charge de l’affaire ont été arrêtés », ajoute le communiqué.

Le chef du Conseil politique suprême houthi, Mahdi Al-Mashat, a ordonné jeudi une enquête sur l’incident.

L’Autorité générale de Zakat dirigée par les Houthis a annoncé dans un communiqué qu’elle donnerait un million de riyals yéménites (environ 4 000 dollars) à chaque famille des victimes de la vague de foule.

Il a également déclaré qu’il s’occuperait du traitement des blessés et verserait 200 000 riyals yéménites (environ 800 dollars) à chaque personne blessée.

La pire crise humanitaire au monde
Le Yémen a été décrit par l’ONU comme la pire crise humanitaire au monde. Neuf années de guerre ont tué des milliers de personnes, détruit l’économie et laissé 21,6 millions de personnes – les deux tiers de la population du pays – dans un besoin urgent d’aide humanitaire. Des dizaines de milliers de Yéménites vivent dans la famine, selon l’ONU.

Le conflit du pays a commencé comme une guerre civile en 2014, lorsque les forces houthies ont pris d’assaut la capitale Sanaa et renversé le gouvernement internationalement reconnu et soutenu par l’Arabie saoudite. Cela s’est transformé en une guerre plus large en 2015 lorsqu’une coalition dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue pour tenter de repousser les Houthis.

Mais c’est finalement devenu une guerre par procuration entre l’Iran – qui a été accusé d’armer les Houthis – et l’Arabie saoudite, et la principale arène de leur compétition pour l’influence régionale.

Dimanche, une délégation saoudienne est arrivée à Sanaa pour des entretiens avec les Houthis visant à obtenir un cessez-le-feu permanent. Vendredi dernier, les négociations ont porté leurs plus grands fruits avec un échange de prisonniers de trois jours de près de 900 détenus des deux côtés. Le négociateur en chef houthi Mohammed Abdulsalam a tweeté vendredi que les pourparlers avaient été « sérieux et positifs ».

Le journaliste yéménite Shaker a déclaré que la tragédie de mercredi était le résultat d’années de désespoir économique et que la communauté internationale devrait « agir maintenant » pour arrêter la guerre.

« Les gens ne sont plus tués par des frappes aériennes ou par des bombardements de parties belligérantes. Maintenant, ils meurent parce qu’ils se précipitent pour obtenir de la nourriture », a-t-il déclaré.

 

Source: edition.cnn.com