26 C
France
mercredi, septembre 28, 2022

s'abonner

Les Kenyans votent pour un nouveau chef dans une course âprement disputée qui est trop proche pour être appelée

Les Kenyans votent mardi lors d’élections cruciales alors que le président sortant Uhuru Kenyatta se prépare à céder le pouvoir à un nouveau dirigeant.

Environ 22 millions de Kenyans se sont inscrits pour voter, a indiqué l’organe électoral du pays (IEBC), et les bureaux de vote ont ouvert de 6 heures du matin à 17 heures. heure locale (du lundi 23 h HE au mardi 10 h HE).
Les électeurs de tout le pays ont commencé à faire la queue dès 2 heures du matin, heure locale, dans certains endroits, selon les médias locaux.
Les analystes disent que la course est serrée, aucun des principaux candidats n’étant nettement plus élevé que l’autre. Si aucun candidat n’obtient plus de 50% des voix, l’élection se déroulera dans un second tour pour la première fois dans l’histoire du Kenya.

Quels sont les principaux candidats ?
L’élection présidentielle de mardi, selon les sondages d’opinion, est considérée comme une course à deux entre le vice-président William Ruto, 55 ans, et le chef de l’opposition vétéran Raila Odinga, 77 ans.
Odinga est un homme d’affaires et homme politique qui a été Premier ministre du Kenya pendant cinq ans à la suite de l’élection présidentielle contestée de décembre 2007 qui a entraîné des manifestations et des violences généralisées, faisant plus de 1 000 morts.

Odinga fait partie de la dynastie politique du Kenya ; son père Jaramogi Oginga Odinga a été le premier vice-président du Kenya indépendant.
Il a obtenu une maîtrise en génie mécanique en Allemagne de l’Est en 1970 et a été chargé de cours à l’Université de Nairobi après ses études à l’étranger.

Il participe au scrutin pour la cinquième et dernière fois, dit-il après avoir échoué lors de ses quatre tentatives précédentes.
Odinga a reçu le soutien de l’ancien président rival Kenyatta, qui a négligé son adjoint Ruto pour le poste le plus élevé.

Affectueusement surnommé « Baba » par les Kényans, il s’est engagé à mettre en place une protection sociale et un programme universel de soins de santé appelé Babacare pour les ménages pauvres. L’enseignement gratuit jusqu’au niveau collégial fait également partie de ses plans.

C’est peut-être l’année d’Odinga, selon le journaliste et analyste politique Moses Odhiambo.
« On a le sentiment que le côté sur lequel le gouvernement semble s’appuyer gagne. Si vous empruntez aux sondages d’opinion, alors Raila a un avantage », a déclaré Odhiambo à CNN.

Le principal adversaire d’Odinga, Ruto, se décrit comme le « Hustler-in-Chief », citant ses humbles débuts en tant que vendeur de poulet qui s’est frayé un chemin jusqu’à l’une des plus hautes fonctions politiques du Kenya.

Ruto, un ancien enseignant titulaire d’un doctorat en écologie végétale de l’Université de Nairobi, a adopté une approche populiste « d’homme du peuple », conçue pour capturer le plus grand bloc électoral du Kenya – la jeunesse.

Et il semble réussir, a déclaré l’analyste politique chevronné Herman Manyora à CNN : « Ruto a excité les jeunes… presque dans un sens euphorique. Cela pourrait les aider à se rendre aux urnes et à voter. »

Ruto s’est engagé à donner la priorité à l’économie du Kenya et à « élever les citoyens ordinaires » s’il est élu président. »Il y a un monde de différence entre moi et mon concurrent. J’ai un plan, pas lui », déclare Ruto à propos d’Odinga.
Ruto a également été jugé aux côtés de Kenyatta en 2013 devant la Cour pénale internationale aux Pays-Bas pour des crimes présumés contre l’humanité à la suite des violences électorales de 2007. Cependant, les accusations ont ensuite été rejetées.

Bien que l’élection entraînerait un changement d’administration, l’affiliation de Ruto et Odinga au gouvernement actuel ne fournit pas nécessairement un nouveau phénomène politique, soutient l’analyste Odhiambo.

« Parmi les premiers, les gens tiennent à trouver un équilibre entre ce qui est perçu comme une continuité et la fraîcheur dans une continuité », a déclaré Odhiambo.
« Ruto est le vice-président et fait partie du gouvernement actuel. Il y a une perception qu’Odinga pourrait être une extension du président actuel en raison du soutien que le président lui a apporté. »

Quels sont les problèmes ?
Parmi les principaux problèmes urgents pour l’électorat figurent une myriade de problèmes économiques allant de la dette croissante aux prix élevés des denrées alimentaires et du carburant et au chômage massif des jeunes.
Certaines parties du pays souffrent également d’une sécheresse débilitante qui menace d’exacerber les problèmes d’insécurité croissants.
Selon l’analyste Manyora, de nombreux Kenyans, en particulier les jeunes, sont déçus par le gouvernement et pourraient boycotter les élections.

« Il y a des choses qui pourraient affecter la participation. L’une est la désillusion dans le pays avec le coût de la vie élevé, l’impuissance et le désespoir chez les jeunes, le chômage, les niveaux de pauvreté et les gens qui ne voient rien de ce que les politiciens font pour eux. « , a déclaré l’analyste.

Il a ajouté que les problèmes du Kenya devraient normalement inciter ses compatriotes à voter pour les bons candidats, quelle que soit leur tribu, mais ils ne sont pas « assez en colère ».

« On s’attendrait à ce que ce soit la cause de ces problèmes, les Kenyans se rendront en grand nombre aux urnes pour exprimer leur colère face au coût élevé de la vie en éliminant les responsables … Je ne pense pas que les Kenyans soient à un point où ils sont suffisamment en colère pour traduire le colère en action politique », a déclaré Manyora à CNN.

Le rôle de l’ethnicité
Kikuyu, Luhya, Kalenjin et Luo sont quatre des groupes ethniques les plus peuplés du pays d’Afrique de l’Est.
Le dirigeant sortant Kenyatta fait partie des trois des quatre présidents kenyans issus de l’ethnie dominante Kikuyu depuis l’indépendance du pays en 1963.
« Le problème dans ce pays est que les considérations tribales priment sur tout le reste… La plupart des votes exprimés seraient basés sur la tribu ; très peu de votes proviendront d’électeurs critiques », a déclaré l’analyste Manyora.

Ruto est de la tribu Kalenjin et Odinga est de l’ethnie Luo.
Les deux hommes ont traversé le pays avant de conclure leurs campagnes ce week-end et ont recherché le soutien de ceux qui se trouvaient en dehors de leurs bastions.
Les deux candidats ont également choisi leurs colistiers du Kikuyu – l’un des plus grands blocs électoraux du Kenya – également connu sous le nom de région du Mont Kenya.
Ruto se présente aux côtés du député de premier mandat Rigathi Gachagua tandis qu’Odinga est sur le bulletin de vote avec l’ancien ministre de la Justice et ancien candidat à la présidence Martha Karua.

Karua deviendra la première femme vice-présidente du Kenya si elle est élue. L’analyste Odhiambo dit que le choix de colistier d’Odinga a enthousiasmé les femmes au Kenya.
« Il y a une vague croissante de soutien autour du leadership féminin qui a été accélérée par le choix par Odinga de Martha comme colistière », a-t-il déclaré.

Les femmes représentent 49% des électeurs inscrits au Kenya, selon la commission électorale du pays.
Seules les tribus Kikuyu et Kalenjin ont produit les présidents du pays et c’est la première élection où aucun des principaux candidats n’est un Kikuyu.
Aucun candidat de la tribu Luo n’a remporté d’élection présidentielle.

Related Articles

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles