25 C
France
lundi, décembre 5, 2022

s'abonner

Les législateurs iraniens n’exigent « aucune clémence » pour les manifestants alors que les manifestations de masse se poursuivent

Les législateurs iraniens ont exhorté le système judiciaire du pays à « ne faire preuve d’aucune indulgence » envers les manifestants dans une lettre citée dimanche par la télévision d’État Press TV, alors que des milliers de personnes continuent de se rassembler dans les rues malgré la menace d’arrestation.

La République islamique fait face à l’une des manifestations de dissidence les plus importantes et sans précédent après la mort de Mahsa Amini, une Iranienne kurde de 22 ans détenue par la police des mœurs prétendument pour ne pas avoir porté correctement son hijab.

Dans une lettre ouverte signée par 227 des 290 membres du Parlement iranien, Press TV rapporte que les législateurs demandent que les manifestants reçoivent une « bonne leçon » pour dissuader ceux qui menacent l’autorité du gouvernement iranien.

« Nous, les représentants de cette nation, demandons à tous les responsables de l’État, y compris le pouvoir judiciaire, de traiter ceux qui ont fait la guerre (contre l’establishment islamique) et ont attaqué la vie et les biens des gens comme les Daesh (terroristes), d’une manière qui servirait comme une bonne leçon dans les plus brefs délais », lit-on dans la lettre selon la chaîne publique Press TV.

Les législateurs ont ajouté qu’une telle sanction – dont les modalités n’ont pas été précisées – « prouverait à tous que la vie, la propriété, la sécurité et l’honneur de notre cher peuple est une ligne rouge pour cet établissement (islamique) et qu’il ne ferait preuve d’aucune clémence ». à personne à cet égard.

L’Iran a inculpé au moins 1 000 personnes dans la province de Téhéran pour leur implication présumée dans les manifestations nationales contre la mort d’Amini, la plus grande manifestation de dissidence de ce type depuis des années, a rapporté l’agence de presse d’État IRNA. Leurs procès sont publics et sont en cours depuis plus d’une semaine.

Le groupe norvégien de défense des droits Iran Human Rights (IHR) a déclaré mercredi dernier dans un rapport que des dizaines de manifestants faisaient face à des accusations d’« inimitié contre Dieu » et de « corruption sur terre », qui sont passibles de la peine de mort.

La lettre des membres du Parlement réitère également les affirmations antérieures du gouvernement iranien selon lesquelles les manifestations en cours – qu’il appelle des émeutes – ont été incitées par les États-Unis et d’autres ennemis de l’Iran. Le gouvernement iranien n’a fourni aucune preuve pour étayer ses allégations d’implication étrangère dans le mouvement de protestation.

Javaid Rehman, rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran, a déclaré la semaine dernière au Conseil de sécurité de l’ONU que jusqu’à 14 000 personnes, dont des journalistes, des militants, des avocats et des éducateurs, avaient été arrêtées depuis les manifestations. a éclaté en Iran à la mi-septembre.

Rehman a déclaré que la « réponse violente sans relâche des forces de sécurité » avait fait au moins 277 morts.

La mort récente de la femme kurdo-iranienne Nasrin Qadri a déclenché dimanche une vague de protestations dans sa ville natale de Marivan, le groupe kurde de défense des droits de l’homme Hengaw et le média activiste IranWire alléguant qu’elle avait « subi de graves blessures » à la suite de coups de matraque à la tête portés par des Iraniens. forces de sécurité.

Sa cause de décès a été contestée; le procureur de Shahriyar, une ville située à environ une demi-heure de Téhéran où Qadri aurait vécu, a déclaré que le diagnostic médical initial de sa mort était un empoisonnement, ajoutant que selon une déclaration de famille, elle avait également une maladie antérieure , tel que rapporté par l’Agence de presse de la République islamique (IRNA), gérée par l’État.

Son père a déclaré séparément dans une déclaration à la caméra diffusée à la télévision d’État iranienne que Qadri était décédée de la grippe et que les « rumeurs » sur sa mort étaient fausses – une explication que l’activiste Hengaw Azhin Sheikhi considère comme forcée.

« Ils ont d’abord forcé sa famille à dire publiquement que sa mort avait été causée par la maladie », a déclaré Azhin Sheikhi, de Hengaw, à CNN.

« Les forces de sécurité n’ont pas non plus autorisé ses proches à se rassembler chez ses parents lorsque son corps a été ramené à la maison, et ils ont également interdit tout type de service funéraire ou d’inhumation », a ajouté Sheikh.

CNN ne peut pas vérifier de manière indépendante les chiffres des arrestations, le nombre de morts et de nombreux récits de personnes tuées en raison de la suppression des médias, d’Internet et de la transparence par le gouvernement iranien. Les médias ne peuvent pas non plus accéder directement au gouvernement pour leur compte rendu sur de tels cas, à moins qu’il n’y ait des reportages dans les médias d’État, le porte-parole du gouvernement.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles