23 C
France
vendredi, décembre 9, 2022

s'abonner

Les manifestations atteignent 19 villes en Iran malgré les perturbations d’Internet

Des manifestations ont balayé au moins 19 villes d’Iran mercredi, déclenchées par la mort d’une femme de 22 ans détenue le mois dernier par la police des mœurs du pays, alors même que les forces de sécurité ciblaient des manifestants dans les rues, ont déclaré des militants.

Les protestations contre la mort de Mahsa Amini sont devenues l’un des plus grands défis à la théocratie iranienne depuis le mouvement vert de 2009. Parmi les manifestants figuraient des travailleurs du pétrole, des lycéens et des femmes qui défilaient sans leur foulard obligatoire ou leur hijab.

Les appels à manifester à partir de mercredi midi ont vu un déploiement massif de policiers anti-émeute et d’officiers en civil dans tout Téhéran et dans d’autres villes, ont déclaré des témoins et des vidéos. Des témoins ont également décrit des perturbations affectant leurs services Internet mobiles.

NetBlocks, un groupe de défense, a déclaré que le trafic Internet iranien avait chuté à environ 25 % par rapport au pic, même pendant une journée de travail au cours de laquelle des étudiants étaient en classe à travers le pays.

« L’incident est susceptible de limiter davantage la libre circulation de l’information au milieu des manifestations », a déclaré NetBlocks.

Malgré les perturbations, des témoins ont vu au moins une manifestation à Téhéran d’une trentaine de femmes qui avaient enlevé leur foulard en scandant : « Mort au dictateur ! Ces cris, faisant référence au guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, peuvent entraîner un procès à huis clos devant le tribunal révolutionnaire du pays avec la menace d’une condamnation à mort.

Les voitures qui passaient ont klaxonné pour soutenir les femmes malgré les menaces des forces de sécurité. D’autres femmes ont simplement continué leur journée sans porter le hijab dans une protestation silencieuse, ont déclaré des témoins. Des manifestations ont également eu lieu sur les campus universitaires de Téhéran, des vidéos en ligne censées le montrer.

Des avocats ont également manifesté pacifiquement devant l’Association du barreau central iranien à Téhéran, scandant : « Femme, vie, liberté » – un slogan des manifestations jusqu’à présent. La vidéo correspondait à des caractéristiques connues du bâtiment de l’association. Une vidéo ultérieure les a montrés en train de fuir après que les forces de sécurité leur ont tiré des gaz lacrymogènes, a déclaré le Centre pour les droits de l’homme en Iran, basé à New York.

Au moins trois avocats figuraient parmi les quelque deux douzaines arrêtées là-bas, a indiqué le centre.

« Les avocats prêts à défendre les détenus arrêtés pour manifestation pacifique sont la dernière bouée de sauvetage pour les citoyens attaqués par le gouvernement iranien », a déclaré Hadi Ghaemi, directeur exécutif du centre. « Les manifestations doivent être autorisées sans menace de violence étatique mortelle ou d’arrestation arbitraire. »

Le centre a déclaré avoir suivi les manifestations dans au moins 19 villes à travers l’Iran.

La collecte d’informations sur les manifestations reste difficile au milieu des restrictions d’Internet et des arrestations d’au moins 40 journalistes dans le pays, selon le Comité pour la protection des journalistes.

Le gouvernement iranien insiste sur le fait qu’Amini n’a pas été maltraitée, mais sa famille affirme que son corps présentait des ecchymoses et d’autres signes de coups après son arrestation pour avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique. Des vidéos ultérieures ont montré des forces de sécurité battant et bousculant des manifestantes, y compris des femmes qui ont arraché leur hijab.

Khamenei, s’adressant mercredi au Conseil d’opportunité du pays, a de nouveau affirmé que les ennemis étrangers de l’Iran avaient fomenté ce qu’il a qualifié de manifestations « dispersées ».

« Certaines de ces personnes sont des éléments de l’ennemi et si elles ne le sont pas, elles sont dans la direction de l’ennemi », a déclaré Khamenei.

La télévision d’État iranienne, longtemps contrôlée par les partisans de la ligne dure du pays, a diffusé des images qu’elle décrit comme des femmes manifestant en faveur du port obligatoire du hijab dans tout l’Iran. Seuls l’Afghanistan et l’Iran imposent le hijab par la loi et par la force.

La colère a été particulièrement vive dans les régions kurdes de l’ouest de l’Iran, car Amini était kurde. Mercredi, un groupe kurde appelé l’Organisation Hengaw pour les droits de l’homme a montré des images de magasins fermés et de rues vides dans certaines zones, décrivant cela comme une grève des commerçants.

Le groupe a également publié une vidéo qui, selon lui, provenait de la ville natale d’Amini, Saqqez, qui montrait des camions de la police anti-émeute se déplaçant dans la ville.

Alors que les manifestations se sont concentrées sur la mort d’Amini, la colère mijote en Iran depuis des années face à l’économie cratérisée du pays. Les sanctions contre le programme nucléaire de Téhéran ont entraîné un effondrement de la monnaie du pays, le rial, anéantissant les économies de beaucoup.

On ne sait toujours pas combien de personnes ont été tuées ou arrêtées jusqu’à présent lors des manifestations.

Un groupe basé à Oslo, Iran Human Rights, a estimé mercredi qu’au moins 201 personnes ont été tuées. Cela comprend environ 90 personnes tuées par les forces de sécurité dans la ville de Zahedan, dans l’est de l’Iran, lors de manifestations contre un policier accusé de viol dans une affaire distincte. Les autorités iraniennes ont décrit les violences de Zahedan comme impliquant des séparatistes anonymes, sans fournir de détails ni de preuves.

De nombreuses vidéos ont émergé de la police anti-émeute tirant sur la foule, certaines utilisant probablement des tirs réels. Sentant apparemment la pression du public, le chef de la police iranienne, le général Hossein Ashtari, a déclaré à la télévision l’État  mercredi sans apporter la preuve que des « groupes contre-révolutionnaires à l’étranger » portaient des uniformes de police et tiraient sur la foule. Il a affirmé que ses officiers avaient procédé à l’arrestation de certaines de ces personnes.

Pendant ce temps, le ministre iranien de l’Éducation, Yousof Nouri, a offert la première confirmation que des enfants d’âge scolaire avaient été arrêtés au milieu des manifestations. Il a refusé de donner un chiffre pour ces arrestations, a rapporté le journal Shargh, affirmant seulement que les personnes détenues avaient été placées « dans un centre psychiatrique », et non en prison.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles