23 C
France
vendredi, décembre 9, 2022

s'abonner

Les parties belligérantes en Éthiopie s’accordent sur la « cessation définitive des hostilités »

Le gouvernement éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) ont convenu de mettre définitivement fin aux hostilités, ce qui constitue une étape importante vers la fin de la guerre acharnée qui a fait des milliers de morts, des millions de déplacés et des millions d’autres qui ont un besoin urgent d’aide alimentaire.

Les deux parties ont déclaré mercredi soir qu’elles « feraient taire les armes de manière permanente et mettraient fin aux deux années de conflit dans le nord de l’Éthiopie » dans un communiqué conjoint publié après que les délégués se soient serré la main.

Les rebelles éthiopiens du Tigré finiront par « désarmer » et « réintégrer » les forces nationales, selon le communiqué. « Nous avons également convenu d’un programme détaillé de désarmement, de démobilisation et de réintégration des combattants du TPLF, en tenant compte de la situation sécuritaire sur le terrain », lit-on.

L’accord a été annoncé pour la première fois par le haut représentant de l’Union africaine (UA) pour la Corne de l’Afrique et l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, lors d’une conférence de presse à la suite des négociations menées par l’UA à Pretoria qui ont duré plus d’une semaine.

Il y aura un « désarmement systématique, ordonné, fluide et coordonné, la restauration des services, un accès sans entrave aux fournitures humanitaires, la protection des civils, en particulier les femmes, les enfants et les autres groupes vulnérables », a déclaré Obasanjo.

Un partenaire de haut niveau de l’UA sera chargé du « suivi, de la supervision et de la mise en œuvre », a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

« Ce n’est pas la fin du processus de paix mais le début de celui-ci », a déclaré Obasanjo.

Bilan « horrible »

Le processus de paix a été agité jusqu’à présent. En septembre, les forces de la région éthiopienne du Tigré ont déclaré qu’elles étaient prêtes à observer un cessez-le-feu immédiat et à accepter un processus de paix dirigé par l’Union africaine pour mettre fin à un conflit avec les forces fédérales qui dure depuis près de deux ans.

Mais les hostilités s’intensifient à nouveau à partir du début octobre.

Le 17 octobre, le chef des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que la situation « devenait incontrôlable » et a réitéré ses appels à l’arrêt immédiat des combats dans le Tigré.

« La violence et la destruction ont atteint des niveaux alarmants. Le tissu social est en train de se déchirer », a déclaré le secrétaire général de l’ONU Guterres aux journalistes.

António Guterres a souligné le bilan « horrible » imposé à la population civile éthiopienne, affirmant que des centaines de milliers de personnes avaient été forcées de quitter leur domicile – beaucoup pour la deuxième fois – depuis la reprise des hostilités en août.

Il a également déclaré que l’ONU avait reçu « des récits troublants de violences sexuelles et d’autres actes de brutalité contre des femmes, des enfants et des hommes ». CNN a précédemment rapporté des preuves d’utilisation délibérée de violences sexuelles comme arme de guerre dans la région du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie.

Guterres a déclaré que 13 millions d’Éthiopiens avaient besoin de nourriture et de soutien dans les régions du Tigré, d’Amhara et d’Afar avant la reprise des hostilités, qui ont interrompu l’acheminement de l’aide pendant plus de sept semaines. Dans le cas du Tigré, ils ont été complètement suspendus, selon Guterres.

« Le niveau de besoin est stupéfiant », a déclaré António Guterres.

De nouveaux pourparlers de paix ont commencé le 24 octobre, marquant la première fois que les deux parties belligérantes se rencontraient publiquement depuis le début du conflit. Ces pourparlers ont eu lieu au milieu de nouveaux combats intenses dans le Tigré au cours desquels les forces éthiopiennes ont gagné du terrain.

Dans un communiqué publié mercredi, le délégué principal du TPLF, Getachew Reda, a reconnu que des milliers de combattants et de civils des deux côtés étaient morts ces derniers jours depuis la reprise des hostilités, et a souligné l’importance de mettre en œuvre l’accord de paix dès que possible.

« Afin de faire face aux souffrances de notre peuple, nous avons fait des concessions car nous devons instaurer la confiance », a-t-il déclaré.

Il a exhorté la communauté internationale à soutenir la cessation, afin d’éviter une reprise des combats.

Dans une déclaration séparée, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a également célébré la conclusion des pourparlers en disant : « notre engagement en faveur de la paix reste inébranlable. Et notre engagement à collaborer pour la mise en œuvre de l’accord est tout aussi fort.

Abiy a également invité des partenaires internationaux à aider à la reconstruction dans les zones touchées par le conflit dans le nord.

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles