23 C
France
vendredi, décembre 9, 2022

s'abonner

Les pays en développement et les États-Unis en désaccord sur la compensation du changement climatique

Au milieu du marathon de deux semaines de négociations à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Charm el-Cheikh, en Égypte, il est devenu clair que la tension la plus difficile à résoudre se situe entre les nations développées – surtout les États-Unis – et leurs homologues les plus pauvres sur la compensation des effets du changement climatique.

Les pays en développement subissent de manière disproportionnée les pires catastrophes naturelles liées au changement climatique, en partie en raison de leur situation géographique et de leurs infrastructures vulnérables. Ces pays réclament depuis des années une indemnisation pour les effets du changement climatique, connus sous le nom de «pertes et dommages», dans le jargon de la diplomatie climatique. À mesure que l’impact du changement climatique s’aggrave, ces demandes se sont intensifiées.

Après une année de catastrophes dramatiques liées au changement climatique, telles que des vagues de chaleur record, des sécheresses et des ouragans tropicaux, des représentants de pays en développement, dont le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, qui préside la conférence de cette année, la COP27, ont déclaré un résultat positif cette fois-ci devra inclure un fonds pour les pertes et dommages. En fait, les petites nations insulaires ont menacé de se retirer de la conférence si le texte d’un accord n’incluait pas un fonds pour les pertes et dommages.

Jusqu’à cette année, les pays riches – craignant qu’accepter la responsabilité des catastrophes liées au changement climatique ne les rendent responsables des dommages dans les pays en développement qui, selon Reuters, pourraient atteindre 400 milliards de dollars par an d’ici la fin de cette décennie – ont refusé de fournir une indemnisation pour pertes et dommages.

Mais une poignée de pays européens ont récemment ouvert leur portefeuille à peine. Le Danemark a offert 13 millions de dollars pour l’indemnisation des pertes et dommages en septembre. La semaine dernière à Charm el-Cheikh, l’Autriche a offert 50 millions de dollars et la Belgique a engagé environ 2,6 millions de dollars pour aider le Mozambique à se remettre de la dévastation de trois cyclones qui l’ont frappé plus tôt cette année. L’Écosse, qui avait précédemment promis plus de 2 millions de dollars, a ajouté environ 6 millions de dollars à cela. Et l’Irlande a déclaré la semaine dernière que 10 millions de dollars sur les 225 millions de dollars qu’elle a déjà engagés dans le financement climatique iront désormais au paiement des pertes et dommages.

Lundi, le G7 – une coalition des pays les plus riches – a lancé un nouveau programme d’assurance, appelé Global Shield, pour fournir une aide après les catastrophes liées au climat dans les pays en développement, dont le Bangladesh, le Costa Rica, les Fidji, le Ghana, le Pakistan, les Philippines et Sénégal. Le fonds commencera avec 200 millions de dollars, dont la majeure partie provient d’une promesse de don de 170 millions de dollars de l’Allemagne.

« Ce qui se passe ici à Charm el-Cheikh est une reconnaissance que nous vivons une dévastation climatique incontrôlable », a déclaré Eddy Pérez, directeur international de la diplomatie climatique au Climate Action Network Canada, à Yahoo News. « Il y a eu un signal d’alarme, et la pression vient de partout pour que ce processus aboutisse. C’est le test décisif pour une COP réussie cette année.

La pression ne vient pas seulement des militants à l’extérieur des salles de réunion. À la suite des inondations massives de cette année au Pakistan, qui ont submergé un tiers du pays et ont été causées en partie par le changement climatique, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé avec insistance à une compensation climatique.

« Les impacts mortels du changement climatique sont ici et maintenant », a déclaré Guterres dans son discours d’ouverture de la conférence. « Les pertes et les dommages ne peuvent plus être balayés sous le tapis. C’est un impératif moral. C’est une question fondamentale de solidarité internationale — et de justice climatique. Ceux qui ont le moins contribué à la crise climatique récoltent la tempête semée par les autres.

Jusqu’à récemment, John Kerry, l’envoyé spécial américain pour le changement climatique, semblait susceptible de poursuivre le refus américain d’envisager de payer pour les pertes et dommages. « En toute honnêteté, la chose la plus importante que nous puissions faire est d’arrêter, d’atténuer suffisamment pour éviter les pertes et les dommages », a déclaré Kerry lors d’un événement du New York Times en septembre. « La prochaine chose la plus importante que nous puissions faire est d’aider les gens à s’adapter aux dommages qui sont déjà là. Et nous avons un nombre limité, vous savez, nous ne le sommes pas – vous me dites que le gouvernement dans le monde a des billions de dollars, parce que c’est ce que ça coûte.

Les pays en développement ont répondu par une pression accrue. En octobre, le V20, un groupe de 58 pays à faible revenu qui sont particulièrement vulnérables au changement climatique, a menacé de cesser de rembourser leurs dettes envers des institutions de crédit comme le Fonds monétaire international, proposant à la place d’utiliser leur argent pour faire face au changement climatique.

Les États-Unis ont par la suite adouci leur opposition à la résolution des pertes et dommages, acceptant – dans une toute première concession – d’inclure une discussion sur le sujet dans le calendrier officiel.

Un projet de texte de l’accord potentiel, publié lundi soir, proposait deux options : un plan de création d’un fonds pour les pertes et dommages d’ici la fin de 2024, ou deux ans d’étude sur la manière dont le problème devrait être résolu. Les États-Unis sont opposés au premier, mais ouverts au second, selon des observateurs qui ont assisté aux séances de négociation.

« Les États-Unis ont déclaré: » Nous voulons un mandat de deux ans, où nous évaluons le paysage financier actuel en termes de pertes et de dommages et identifions les lacunes, ce qui n’est pas pris en charge, puis identifions les priorités qui doivent être traitées « ,  » Brandon Wu, directeur des politiques et des campagnes chez ActionAid USA, un groupe international de défense de la justice sociale, a déclaré à Yahoo News. « Essentiellement, ce qu’ils disent, c’est: » Nous devons faire un tas d’études. Les pays en développement disent : ‘Nous avons fait assez d’études, nous avons eu des années d’études, et ce dont nous avons besoin maintenant, c’est d’un fonds.’ »

Un porte-parole du département d’État américain n’a pas voulu dire directement si les États-Unis soutiendraient la création immédiate d’un fonds pour les pertes et dommages.

« Nous sommes ravis que les parties aient pu se mettre d’accord sur un point de l’ordre du jour lié aux pertes et dommages », a déclaré le porte-parole, Chadwick Houghton, dans un e-mail à Yahoo News. « Cela garantira qu’il y aura un résultat aux discussions, et nous sommes impatients de travailler à ce résultat. »

Même si l’Allemagne fournit la majeure partie des fonds pour Global Shield, la seule mention des pertes et dommages par le président Biden dans son discours à la COP27 la semaine dernière était une phrase vantant le programme, qu’il a déclaré que les États-Unis « soutenaient ».

À ce jour, la majorité des financements pour faire face au changement climatique des pays développés ont été destinés aux pays en développement pour réduire leurs propres émissions, ce que l’on appelle l’atténuation, avec de l’argent pour s’adapter au changement climatique afin de prévenir les pertes et les dommages en tant que deuxième plus subventionné. objectif. Les pays développés se sont engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour le financement climatique, dont la moitié pour l’atténuation et l’autre moitié pour l’adaptation. Cette promesse n’a pas été entièrement tenue. En 2020, 83 milliards de dollars sont allés aux pays en développement, dont seulement 29 milliards de dollars pour l’adaptation.

Ce que veulent les pays en développement, c’est un nouveau fonds – parfois appelé «facilité» dans le jargon des Nations Unies – dédié à la récupération des pertes et des dommages qu’ils subissent.

« Nous ne parlons pas d’un financement climatique typique, qui prend généralement beaucoup de temps pour y accéder », a déclaré Pérez. « Nous parlons ici de secours immédiats. Nous avons besoin d’une architecture pour coordonner les financements et les distribuer le plus rapidement possible. Les États en développement ne demandent que l’architecture, nous n’avons pas besoin de commencer à financer des projets tout de suite. »

Dimanche à Charm el-Cheikh, Kerry a déclaré que les États-Unis étaient « totalement favorables » à la résolution des pertes et dommages et « prêts à 100 % » à participer à ces négociations. Mais la peur d’admettre sa responsabilité reste un point d’achoppement.

« Nous ne soutiendrons aucune installation dotée d’une structure juridique intégrée en matière de responsabilité », a déclaré Kerry. « Mais nous sommes prêts à traiter la question des pertes et dommages et discutons d’options de financement alternatives pour une telle installation. » Au lieu de dire que les États-Unis et leurs pairs sont responsables des dommages, Kerry propose des idées telles que le financement des paiements pour pertes et dommages en vendant des crédits carbone aux entreprises cherchant à compenser leur pollution climatique.

D’autres dirigeants de la COP27 ont lancé des idées similaires. Dans leurs discours à la conférence la semaine dernière, Guterres et Gaston Browne, le Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, qui est également président de l’Alliance des petits États insulaires (AOSIS), ont suggéré de financer la compensation du changement climatique avec un impôt sur les bénéfices exceptionnels sur les combustibles fossiles. entreprises. Mais Browne a déclaré que la mise en place d’un fonds pour les pertes et dommages est un « facteur de succès essentiel » pour la conférence.

Certains militants reprochent aux États-Unis et à quelques-uns de leurs alliés en particulier la possibilité qu’un fonds pour les pertes et dommages ne soit pas inclus dans le document de clôture de la conférence. « L’UE semble commencer à écouter certaines des demandes des pays en développement, tandis que les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, la Norvège et… l’Australie, entre autres, sont les bloqueurs les plus visibles », a affirmé Greenpeace dans un communiqué samedi dernier.

Dans une interview accordée dimanche au Sydney Morning Herald, le ministre australien du changement climatique et de l’énergie, Chris Bowen, a nié l’accusation de Greenpeace, mais ne s’est pas engagé à créer un fonds pour les pertes et dommages. « Voyons comment se déroulent les discussions internes », a déclaré Bowen. « Mais je veux dire, je doute fort que ce soit un accord complet à ce sujet lors de cette COP. »

« Des pays comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont un peu plus prudents » que les États-Unis, a déclaré Wu. « Ils ne disent pas catégoriquement : ‘Nous n’allons pas accepter cela.’ Ils disent : ‘Nous reconnaissons le besoin, mais ce n’est pas notre préférence d’avoir une configuration comme celle-ci et que cela se produise si rapidement. ‘ »

Étant donné que toutes les décisions prises lors d’une conférence des Nations Unies sur le changement climatique – également connue sous le nom de « conférence des parties » ou COP – doivent être unanimes, Shoukry essaie de trouver un compromis qui fonctionnera pour tout le monde.

« Il existe une vaste communauté mondiale au sein des parties qui accorde une grande importance aux pertes et dommages », a-t-il déclaré à Bloomberg News.

Cependant, différentes parties veulent des choses différentes. Certains petits États insulaires, dont Antigua et Maurice, soutiennent que la Chine et l’Inde – parce qu’elles sont les principaux émetteurs de gaz à effet de serre – devraient contribuer aux fonds pour les pertes et dommages même si elles ne sont pas des pays développés.

« Nous savons tous que la République populaire de Chine, l’Inde, sont de gros pollueurs et que le pollueur doit payer », a déclaré Browne, le Premier ministre antiguais, mardi dernier. « Je ne pense pas qu’il y ait de laissez-passer gratuit pour n’importe quel pays. »

En raison de sa population de 1,4 milliard d’habitants, l’Inde est le troisième émetteur de carbone après la Chine et les États-Unis. Mais avec un produit intérieur brut de seulement 2 277 $ par personne et par an, selon la Banque mondiale, l’Inde a des émissions par habitant bien inférieures à celles des pays riches d’Amérique du Nord et d’Europe. Ainsi, l’Inde rejette l’idée qu’elle devrait avoir à payer pour les dommages qu’elle subit également. « Il faut se rendre compte que l’Inde elle-même est victime des émissions des pays développés et que nous payons pour notre adaptation et nos pertes et dommages », a déclaré jeudi dernier une source du gouvernement indien à l’Independent.

La Chine, qui est considérablement plus riche que l’Inde, a défini un terrain d’entente : son émissaire pour le climat, Xie Zhenhua, a déclaré que seuls les pays développés devraient être obligés de contribuer à un fonds officiel pour les pertes et dommages, mais que la Chine contribuera volontairement directement à pays touchés.

Même les pays développés qui ont accepté de contribuer financièrement à la compensation du changement climatique n’offrent que des montants symboliques par rapport à l’ampleur de la destruction. Les inondations au Pakistan ont causé plus de 10 milliards de dollars de dégâts et entraîneront une perte d’activité économique estimée à 30 milliards de dollars. En juin, le V20 a publié un rapport estimant que ses membres ont perdu environ 525 milliards de dollars à cause du changement climatique. Cela inclut non seulement les phénomènes météorologiques extrêmes, mais également des problèmes plus progressifs tels que la baisse des rendements des cultures due à l’évolution des régimes de pluie.

Même si les États-Unis acceptaient la création d’un fonds pour les pertes et dommages, cela ne signifie pas que le Congrès, qui verra probablement les républicains prendre le contrôle de la Chambre des représentants, s’approprierait tout financement pour cela.

Les pays en développement, cependant, soutiennent que la compensation du changement climatique n’est pas seulement une obligation morale, mais est dans l’intérêt des pays plus riches qui ne veulent pas faire face à une vague de réfugiés climatiques dans les années à venir.

Comme Conrod Hunte, vice-président de l’AOSIS, le groupe des petites nations insulaires, l’a dit dans un discours à Charm el-Cheikh la semaine dernière : « Nous sommes ici pour pouvoir retourner chez nous et ne pas devenir des personnes déplacées par le climat dans le tiens. »

 

Source:

  1. https://news.yahoo.com/
  2. Getty images

Related Articles

Stay Connected

96,645FansJ'aime
0SuiveursSuivre
- Advertisement -

Latest Articles