Les victimes de l’attaque du restaurant Tangshan se remettent de leurs blessures, selon la police chinoise

0
48

Après des jours de pression publique croissante, la police chinoise a finalement publié une mise à jour sur l’enquête sur une attaque brutale dans un restaurant à Tangshan – mais la déclaration n’a pas fait grand-chose pour apaiser l’indignation publique ou répondre aux inquiétudes des victimes

L’agression, qui a eu lieu aux premières heures du 10 juin, a vu plusieurs femmes frappées à plusieurs reprises à coups de pied et de poing par un groupe d’hommes. Il a envoyé des ondes de choc à travers la Chine après que des images de surveillance de l’incident ont été divulguées en ligne.

Un jour après l’attaque, la police de Tangshan a publié un communiqué indiquant que deux femmes avaient été hospitalisées pour des « blessures ne mettant pas leur vie en danger » et étaient dans un « état stable ». Aucune autre information n’a été fournie. Les victimes, ainsi que leurs amis et leur famille, sont également restés silencieux.

Mardi, 11 jours après l’agression et 10 jours après la déclaration initiale, le département de la sécurité publique de la province du Hebei, où se trouve Tangshan, a publié une deuxième déclaration plus longue, affirmant que deux des femmes, âgées de 31 et 29 ans, étaient  » hospitalisés dans le service général pour y être soignés, et leur état s’est amélioré. » Les deux autres victimes, âgées de 24 et 29 ans, n’ont pas eu besoin d’être hospitalisées, a-t-il ajouté.

Selon un rapport médico-légal cité par la police, les femmes hospitalisées ont subi des « blessures légères au deuxième degré », tandis que les deux autres ont eu des « blessures légères ».

Le trou noir d’information de 10 jours avait donné lieu à des allégations répétées selon lesquelles la vidéo de surveillance divulguée n’a capturé qu’une partie de l’attaque, et la violence s’est poursuivie hors caméra dans une ruelle voisine – affirme que CNN ne peut pas vérifier de manière indépendante.

Dans une tentative apparente de réfuter de telles rumeurs, la police du Hebei a déclaré mardi dans un communiqué que les suspects avaient fui les lieux à 2 h 47, sept minutes après le début de l’agression ; et à 2 h 55, les quatre victimes ont été transportées à l’hôpital en ambulance. Des policiers locaux sont arrivés au restaurant à 3 h 09, environ une demi-heure après avoir reçu un appel du public au début de l’attaque, selon le communiqué.

Mais la déclaration a été accueillie avec incrédulité en ligne, de nombreuses autorités critiquant le traitement de l’affaire. Un hashtag associé sur Weibo a été consulté 450 millions de fois en quelques heures.

« Il n’y a donc pas de photos ou de vidéos. Les journalistes ne sont pas autorisés à interviewer (les victimes), et vous seul pouvez divulguer des informations », a déclaré un utilisateur de Weibo, la plate-forme chinoise de type Twitter, faisant référence au manque d’accès fourni aux journalistes.

« Une ville sans crédibilité – osons-nous faire confiance au rapport de blessure ? Et quelle est la fiabilité de cette déclaration de police ? » l’utilisateur a ajouté.
À la suite de l’attaque, les autorités chinoises ont cherché à étouffer les discussions sur la violence sexiste et à déplacer l’attention vers la violence des gangs locaux.

Les reportages des médias d’État se sont largement concentrés sur l’action rapide de la police lors de l’arrestation des suspects et sur la campagne « d’orage » de deux semaines annoncée par les autorités de Tangshan pour réprimer le crime organisé. Des photos et des vidéos de policiers – certains armés d’armes à feu – montant la garde derrière des clients dans des restaurants de barbecue en plein air, similaires à celui où l’incident s’est produit, ont inondé les réseaux sociaux.

Dans le communiqué de mardi, la police a déclaré que quatre des suspects s’étaient rendus à Tangshan depuis la province orientale du Jiangsu trois jours avant l’attaque pour conspirer avec les cinq autres afin de « mener des activités illégales de jeu en ligne et de blanchiment d’argent ». Plusieurs d’entre eux avaient un casier judiciaire, pour des délits allant de la détention illégale à l’atteinte intentionnelle à autrui, ajoute le communiqué.
Les autorités policières ont également lancé une enquête interne pour déterminer si le poste de police local n’avait pas réagi à temps et s’il avait enfreint les lois et règlements lors de l’application de la loi. Un chef adjoint du poste de police local a été suspendu, selon le communiqué.​

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here