L’extrême droite Le Pen prépare une victoire pour les élections legislatives après sa défaite face à Macron

0
74

La dirigeante d’extrême droite française Marine Le Pen a réuni les troupes de son parti lundi, non pas pour pleurer sa perte un jour plus tôt lors de l’élection présidentielle française, mais pour planifier comment orchestrer une victoire lors du vote parlementaire de juin et remporter la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. .

Le président centriste Emmanuel Macron l’a battue 58,5% contre 41,5% pour être réélue dimanche, mais Le Pen a obtenu son plus haut niveau de soutien jamais enregistré lors de ses trois tentatives pour devenir le leader de la France. Cela a donné à la femme de 53 ans un élan nationaliste alors qu’elle se précipitait dans ce qu’on appelle le «troisième tour» de vote, dans l’espoir de renverser la situation sur la majorité de Macron au parlement.

Le Pen a convoqué une réunion nationale de son parti d’extrême droite du Rassemblement national lundi. Les médias français rapportent que Le Pen a déclaré aux responsables du parti qu’elle chercherait à renouveler la représentation de son bastion ouvrier dans le nord de la France n’a pas pu être immédiatement confirmée.

Que Le Pen puisse briser le plafond de la peur qui a contribué à bloquer sa candidature à la présidentielle est essentiel pour remporter suffisamment de sièges au parlement.

Le programme de Le Pen, qui réprimerait sévèrement les immigrés et diminuerait le rôle de l’UE et de l’OTAN en France, a envoyé de nombreux électeurs dans les bras de Macron. Cela n’était pas dû à leur soutien au président de 44 ans mais à leur volonté de bloquer son adversaire populiste. Le Pen a également demandé pourquoi la France envoyait des armes à l’Ukraine.

Une France remaniée sous Le Pen – avec moins d’Europe – a également écarté certains électeurs. Son objectif était de créer une «Europe des nations», remplaçant le système actuel par une version patriotique qui aurait rendu certains pouvoirs aux pays de l’UE, dont elle et d’autres dirigeants populistes estiment que la souveraineté a été diminuée.

Le dirigeant de droite italien Matteo Salvini, un proche allié de Le Pen, s’est engagé à poursuivre leur projet commun vers cette vision.

« En avant, ensemble, pour une Europe fondée sur le travail, la famille, la sécurité, les droits et la liberté », a-t-il déclaré dimanche soir dans un tweet.

Dans son discours de concession dimanche soir, Le Pen a tendu la main à d’autres « patriotes » de droite pour qu’ils se joignent à ses efforts pour briser la majorité de Macron au parlement.

Mais la politique des bras ouverts n’inclura apparemment pas ceux qui ont déserté Le Pen pendant la course présidentielle, ont déclaré plusieurs hauts responsables du parti, faisant référence aux membres du parti qui ont soutenu le candidat d’extrême droite rival Eric Zemmour, qui a été éliminé au premier tour de scrutin. .

Zemmour, insultant Le Pen après sa défaite, a appelé du même souffle à une alliance de la droite pour vaincre Macron.

« Il devrait se dégonfler la tête, ce qui est énorme », a déclaré lundi Louis Aliot, maire de Perpignan et haut responsable du Rassemblement national, sur la radio France-Inter.

Même la nièce populaire de Le Pen, Marion Marechal, qui faisait partie de ceux qui ont soutenu Zemmour, a appelé à une réunion pour construire une coalition électorale d’extrême droite. « L’enjeu est vital pour les législatives », a tweeté Maréchal.

L’Assemblée nationale compte actuellement 577 sièges, Macron et ses alliés en contrôlant 313. Le parti de Le Pen ne compte plus que 8 sièges mais espère un large soutien des autres partis pour entraver la capacité de Macron à faire adopter son programme.

Le système électoral français lui-même est un obstacle majeur aux ambitions parlementaires de Le Pen.

Si elle était devenue présidente, Le Pen serait passée à un système largement proportionnel qui permettrait à son parti de se frayer un chemin vers la pertinence, au moins en étant capable de former un groupe qui lui donnerait plus de poids.

Le vote parlementaire français se déroule en deux tours les 12 et 19 juin. Les candidats qui obtiennent la majorité au premier tour sont élus. Si personne ne le fait – un phénomène courant dans le paysage politique fracturé de la France – ceux qui obtiennent au moins 12,5% des voix dans une course entrent dans un second tour le 19 juin.

La défaite présidentielle de dimanche nourrit encore l’espoir de demain pour les militants d’extrême droite.

« Le mouvement que nous avons créé, nous sommes au début du début », a déclaré Jordan Bardella, qui est président du parti par intérim