L’inflation dans la zone euro atteint un nouveau record avec la flambée des prix de l’alimentation et de l’énergie

0
60

Les prix dans la zone euro ont poursuivi leur progression en mai, atteignant un niveau record pour le septième mois consécutif.

L’inflation s’est établie à 8,1% pour le mois, selon les chiffres préliminaires de l’office européen des statistiques mardi, en hausse par rapport au record d’avril de 7,4% et supérieur aux attentes de 7,8%.

Cela survient après que les chiffres de l’inflation de plusieurs grandes économies européennes ont surpris à la hausse ces derniers jours. L’inflation allemande (harmonisée pour être comparable à celle des autres pays de l’UE) a atteint un taux annuel de 8,7 % en mai, selon des chiffres préliminaires publiés lundi – dépassant largement les attentes des analystes de 8 % et marquant une forte pente par rapport aux 7,8 % observés en avril.

L’inflation française a également dépassé les attentes en mai pour atteindre un record de 5,8 %, contre 5,4 % en avril, tandis que les prix à la consommation espagnols harmonisés ont bondi de 8,5 % en mai, dépassant les attentes de 8,1 %.

Dans l’ensemble de la zone euro, la hausse annuelle record des prix à la consommation s’explique par la flambée des coûts de l’énergie, qui ont atteint 39,2 % (contre 37,5 % en avril) et une augmentation de 7,5 % des prix de l’alimentation, de l’alcool et du tabac (contre 6,3 %).

Cependant, même sans les prix de l’énergie et des denrées alimentaires, l’inflation est passée de 3,5 % à 3,8 %, a ajouté Eurostat.

La hausse des prix a été exacerbée ces derniers mois par la guerre en Ukraine, en particulier les coûts alimentaires et énergétiques, alors que les exportations sont bloquées et que les pays occidentaux se démènent pour réduire leur dépendance au gaz russe.

Les dirigeants européens ont convenu lundi soir d’interdire 90% du pétrole brut russe d’ici la fin de l’année, faisant grimper les prix. Charles Michel, président du Conseil européen, a déclaré que cette décision toucherait immédiatement 75 % des importations de pétrole russe.

L’inflation – qui reste constamment élevée non seulement en Europe, mais aussi au Royaume-Uni, aux États-Unis et au-delà – cause des maux de tête aux banques centrales, qui équilibrent également le risque de récession.

Plus tôt ce mois-ci, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a déclaré qu’elle prévoyait une hausse des taux lors de la réunion de la banque centrale en juillet.

« Sur la base des perspectives actuelles, nous serons probablement en mesure de sortir des taux d’intérêt négatifs d’ici la fin du troisième trimestre », a-t-elle écrit dans un article de blog. « Si l’économie de la zone euro était en surchauffe à la suite d’un choc de demande positif, il serait logique que les taux directeurs soient relevés séquentiellement au-dessus du taux neutre. »

Le conseil des gouverneurs de la BCE doit se réunir le 9 juin, puis le 21 juillet.

L’économiste européen en chef de Goldman Sachs, Jari Stehn, a déclaré mardi à CNBC que la banque de Wall Street s’attend à des hausses de 25 points de base du taux de dépôt de la BCE à chacune de ses prochaines réunions au cours de l’année prochaine, faisant passer le taux de -0,5 % actuellement à 1,5 % en juin. 2023. Goldman s’attend à ce que l’inflation globale de la zone euro culmine à 9 % en septembre.

«Mais rappelez-vous qu’une grande partie de cela est due aux prix de l’énergie, en grande partie à des facteurs liés aux goulots d’étranglement mondiaux, et les chiffres de l’inflation sous-jacente, si vous enlevez les prix des aliments et de l’énergie, tournent à environ 3,5%. La croissance des salaires est légèrement supérieure à 2% », a déclaré Stehn avant la publication des données de mardi.

« Ainsi, les pressions inflationnistes sous-jacentes dans la zone euro se sont certainement raffermies, c’est pourquoi nous pensons qu’elles vont se normaliser assez rapidement, mais elles ne se situent pas au même type de niveaux que nous constatons aux États-Unis et au Royaume-Uni, où le noyau dur l’inflation tourne autour de 6% et où les banques centrales – ou la Fed en particulier – doivent adopter une approche plus décisive pour resserrer leur politique que la BCE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here