l’inventeur de l’harmonica ?

0
35

Malheureusement, l’histoire des premiers instruments occidentaux à anches libres est quelque peu trouble, mais si nous définissons l’harmonica comme un instrument à anches libres soufflées à la bouche où les notes de la gamme sont sélectionnées par la bouche du joueur plutôt que par ses doigts, alors la réponse habituelle à cette question est qu’il a été inventé par Christian Buschmann, âgé de seize ans, en 1821. Buschmann a appelé son nouvel instrument l' »Aura » ou Mundaeoline ».

 

Cependant, la plupart de ce qu’on nous dit sur Buschmann vient d’un livre écrit sur lui par l’un de ses descendants, Heinrich Buschmann. Christian Friedrich Ludwig Buschmann, der Erfinder der Mund- und der Handharmonika a été écrit en 1938, à une époque où l’Allemagne tenait beaucoup à démontrer sa supériorité sur les autres nations. les livres écrits au cours de cette période ont tendance à minimiser les réalisations d’autres pays, souvent au point de falsification délibérée (les Allemands sont loin d’être la seule nation coupable de cela. Ouvrages de référence britanniques identifier fièrement Sir Charles Wheatstone comme l’inventeur de l’harmonica et des textes américains plus anciens souvent utilisés pour créditer Benjamin Franklin – c’est doublement erroné car il était associé à l’harmonica en verre, un type d’instrument entièrement différent et loin de l’avoir inventé, il s’est contenté d’ajouter quelques améliorations.) La date que ce livre donne pour l’invention de Buschmann est 1821, une date répétée dans presque toutes les histoires de l’harmonica écrites depuis lors, décrivant l’aura comme étant de quatre pouces de long et ayant 15 anches en acier montées côte à côte, peut-être conçu simplement comme une aide à l’accord, plutôt que comme un instrument de musique. Cependant, une confirmation indépendante de cette date fait défaut et en fait, une lettre de Christian Buschmann écrite en 1828 à son père (qui vivait en Grande-Bretagne à l’époque) mentionne un instrument de type harmonica que Buschmann Junior n’avait inventé que récemment. Il est décrit comme mesurant quatre pouces de haut et quatre pouces de diamètre (suggérant une forme circulaire, bien que certains aient émis l’hypothèse que l’instrument aurait pu avoir la forme d’un cube), avec 21 anches capables de jouer en harmonie à six voix. Il est possible qu’il s’agisse d’un développement d’une conception antérieure, mais en l’absence de toute documentation contemporaine, d’exemples survivants de ces instruments ou même de photos d’eux, ou de tout détail sur le brevet présumé de Buschmann, il est préférable de prendre toute l’histoire avec un très grosse pincée de sel.

Dans les années 1820, de nombreuses autres personnes expérimentaient des instruments similaires, il est donc probablement imprudent de créditer une seule personne de son invention. À Vienne en 1824, Georg Anton Reinlein obtint un brevet pour la « fabrication d’un harmonica à la ‘chinoise' », bien qu’il s’agisse en fait d’un instrument à soufflet, plutôt que de ce que nous appellerions aujourd’hui un harmonica. Cependant, il faisait certainement des « mundharmonikas » en 1828, comme le montre clairement cet article du Wiener Zeitung de septembre de cette année-là :

 

Aux États-Unis, au cours de la même décennie, un facteur d’orgues appelé James Amireaux Bazin fabriquait également des instruments à anches libres. Dans un numéro de The Musical World and Times daté du 9 avril 1853, il est affirmé que Bazin a été inspiré après avoir étudié une pipe à roseau libre de fabrication allemande qui lui a été envoyée pour réparation en 1821. Au Museum of Fine Arts de Boston, il existe un exemple d’un des harmonicas de Bazin, datant de quelque chose comme 1830. Il s’agit d’un instrument diatonique à deux octaves dans la tonalité de si, ayant 15 anches à soufflage, un peu comme l’aura de Buschmann. L’exemple du MFA a le mot « brevet » gravé dessus, bien qu’il n’y ait aucune trace de brevets accordés à Bazin pour des instruments à anche libre soufflée à la bouche et il est douteux qu’il ait produit des instruments en grande quantité.

À peu près à la même époque, Lewis Zwahlen de New York fabriquait également (ou peut-être simplement distribuait) des instruments de type harmonica, comme celui-ci de la collection Alan Bates. Bien que souvent décrits comme des « harmonicas d’accords », ceux-ci étaient en fait destinés à être joués mélodiquement. Selon un livre de cette période, Instructions for the Æolina (publié par Bourne of New York, 1830), le joueur doit choisir des notes individuelles de chaque groupe d’anches, sautant d’un groupe à l’autre au fur et à mesure que la mélodie progresse, quelque chose cela

a dû demander une grande dextérité.

Peu de temps après l’invention de l’Aura, Buschmann a

commencé à fabriquer des instruments à soufflet qu’il a appelés « Handharmonika », ou « Handaeoline », qui étaient parmi les premiers membres de la famille de l’accordéon. Les accordéons avaient deux jeux d’anches – l’un répondant à une pression positive, l’autre répondant à une pression négative. Un bohème appelé Richter (dont le prénom peut avoir été Joseph, Anton, Jacob, ou peut-être aucun des précédents) est censé avoir emprunté cette idée pour faire l’harmonica diatonique moderne avec à la fois des anches soufflées et tirées, ainsi qu’un accordéon inspiré mise en page des notes – un arrangement qui à ce jour est appelé le « Système Richter ». Diverses dates sont données pour l’innovation de Richter, allant de 1826 à 1857. (Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez consulter cette page.) Christian Messner à Trossingen, Johann Wilhelm Rudolph étaient également impliqués dans la production d’harmonicas en Allemagne à partir de la fin des années 1820. Glier à Klingenthal et Ignaz Hotz à Knittlingen (père de Friedrich Hotz, qui a ensuite développé les harmonicas d’octave Knittlinger System).

Commentez via Facebook